Canal-U

Mon compte
BioTV

Les thalassémies : des maladies méconnues en France


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/biotv/embed.1/les_thalassemies_des_maladies_meconnues_en_france.1606?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
WAJCMAN Henri

Producteur Canal-U :
BioTV
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Les thalassémies : des maladies méconnues en France

Les thalassémies sont dues au défaut de synthèse de l'une des chaînes de globine. Comme l'hémoglobine humaine adulte est un tétramère constitué par deux chaînes de type alpha et deux chaînes de type beta, on peut considérer- en première approximation - qu'il existe des alpha et des beta thalassémies. Les alpha thalassémies sont le plus souvent dues à des délétions de gènes et comme le gène alpha est dupliqué sur le chromosome 16, les formes où un ou deux gènes sont inactifs sont de peu de conséquence clinique. Il faut que trois gènes sur quatre soient inactifs pour provoquer une anémie hémolytique où les chaînes beta en excès s'associent sous forme d'un tétramère anormal (l'Hb H) qui précipite dans le globule rouge. La forme où les quatre gènes alpha sont inactifs est léthale in utero. Ces alpha thalassémies sont particulièrement fréquentes dans les populations originaires du sud-est asiatique. Les beta thalassémies posent un problème totalement différent. Les formes hétérozygotes sont pratiquement sans traduction clinique. Les formes homozygotes conduisent à une maladie grave la thalassémie majeure. Les chaînes alpha en excès sont hautement instables et précipitent dans les précurseurs érythroïdes de la moelle dès qu'elles sont synthétisées, causant une érythropoïèse inefficace avec expansion de tous les espaces hématopoïétiques. On compte plus de 200 anomalies moléculaires responsables de beta thalassémies, il s'agit presque toujours de mutations ponctuelles ou de très courtes insertions ou délétions empêchant la biosynthèse de la chaîne. Transfusions et chélation de la surcharge en fer ont considérablement amélioré le pronostic encore souvent sévère. Les béta thalassémies sont surtout observées dans le bassin méditerranéen et le Moyen-Orient où elles ont suivi les traces de l'agriculture, de l'irrigation et du paludisme. Elles sont également fréquentes en Asie.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte