Canal-U

Mon compte
Centre Georges Chevrier - UMR 7366 CNRS uB

Qu'est-ce qu'une école de pensée ? - Ouvertures disciplinaires


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/cgc/embed.1/qu_est_ce_qu_une_ecole_de_pensee_ouvertures_disciplinaires.26729?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Qu'est-ce qu'une école de pensée ? - Ouvertures disciplinaires

Malgré quelques réflexions déjà publiées sur la question (Jean-Louis Fabiani, « Faire école en Sciences Sociales », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, par exemple) la notion « d’école » dans une discipline reste largement impensée et fait partie de ces termes polysémiques dont l’évidence apparente du sens dissimule la complexité.

Il s’agit de réfléchir aux conditions sociales d’existence de telles communautés de pensée pour construire des critères qui autorisent à parler d’une « école » (ou d’absence d’école autour d’un auteur), c’est-à-dire d’un collectif plus ou moins structuré et délimité dans le temps et l’espace, autour duquel un certain nombre d’individus se reconnaissent et agissent dans un champ disciplinaire. Qu’est-ce qui fait aussi qu’une école peut perdurer après la disparition de ses « fondateurs » ? Raisonner à partir de cas particuliers (école dite de « Chicago » en sociologie par exemple) permet, dans une perspective comparative, d’aider à préciser ce qu’on entend par ce terme.

Une des ambitions de ce projet est aussi d’étendre la comparaison à une perspective transdiciplinaire : un juriste désigne-t-il la même chose qu’un architecte ou un historien quand il évoque une « école » pour qualifier certains noms de sa discipline ? Une école de droit par exemple a-t-elle des particularités qui lui sont propres ? Est-elle comparable, et dans quelle mesure, à une « école » d’historiens ou de philosophes ?

Enfin, cette perspective comparative permet d'alimenter une réflexion sur ce que peuvent révéler de tels usages et désignations, en termes d’enjeux et de stratégies de positionnement, de performativité, d’interprétation des évolutions que connaît une discipline… que ces dénominations soient ou non l’objet de reconstructions faites plus ou moins a posteriori : le sociologue Blumer parle-t-il de la même chose que nous quand il évoque « l’école de Chicago » dans les années 1930 ? Que mettons-nous derrière l’appellation « École Française de Sociologie » en 2015 ? Et pourquoi ? Voire : pourquoi est-on tenté parfois de parler « d’école » pour réifier des collectifs qui ne se sont jamais pensés ni mis en scène comme tels ?

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte