Canal-U

Mon compte
Institut national d’histoire de l’art

« Bas-fonds du baroque. Rome des vices, de la misère et des excès ». Exposition Académie de France à Rome – Villa Médicis et Petit Palais, 2014 – 2015


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/institut_national_de_l_histoire_de_l_art/embed.1/bas_fonds_du_baroque_rome_des_vices_de_la_misere_et_des_exces_exposition_academie_de_france_a_rome_villa_medicis_et_petit_palais_2014_2015.14691?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

« Bas-fonds du baroque. Rome des vices, de la misère et des excès ». Exposition Académie de France à Rome – Villa Médicis et Petit Palais, 2014 – 2015

De nombreuses expositions ont mis en scène la Rome fastueuse et virtuose du Seicento, héritière de l’Antiquité, au service du pouvoir triomphal des Papes. Mais la fresque se doit d’être plus complexe.

Francesca Cappelletti, professeur à l'Université de Ferrare et Annick Lemoine, maître de conférences à l'université de Rennes et chargée de mission pour l'histoire de l'art à la Villa Médicis, sont les commissaires de l'exposition « Bas-fonds du baroque. Rome des vices, de la misère et des excès » qui aura lieu en 2014-2015 à la Villa Médicis à Rome et au Petit Palais à Paris. 

L’ambition de cette exposition est de montrer, pour la première fois, l’envers du décor de cette Rome splendide du premier XVIIe siècle : non plus la Rome du « beau idéal », mais celle « d’après nature ». Car cette autre Rome – la Rome « grossière et commune », celle des vices, de la misère et des excès – fut à l’origine d’une production artistique inédite et stupéfiante, tant par sa diversité, ses paradoxes et ses inventions.

 

Le Festival de l'histoire de l'art, un événement gratuit et ouvert à tous les amoureux et curieux d'art et d'histoire, a été créé en 2011 par le Ministère de la culture et de la communication, l’Institut national d’histoire de l’art et le Château de Fontainebleau, avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Événement éphémère qui a lieu tous les ans à la fin du mois de mai, ces trois journées permettent de profiter librement de conférences, débats, concerts, expositions, projections, lectures et rencontres dans le château et dans plusieurs sites de la ville de Fontainebleau. Le Festival explore chaque année un thème et invite un pays dont les méthodes en histoire de l'art sont comparées à celles de la France. En 2013, le thème était "l'Ephémère" tandis que le Royaume-Uni était pays invité.

Afin de laisser une trace de ce partage de savoir, l'INHA, coordinateur scientifique de l'événement, en association avec l'EHESS, a décidé de capter quelques-unes des 300 conférences et événements que le Festival propose.

Logo de l'école pratique des hautes études en sciences sociales (EHESS)

 

Pour plus d'informations: festivaldelhistoiredelart.com

Le Festival explore chaque année un thème. En 2013 celui de l’Ephémère a donné l’occasion au public de découvrir des arts assez peu étudiés en France. L’art de l’éphémère est celui de l’instant ou plus précisément celui d’un moment privilégié capable d’associer dans une parfaite harmonie l’architecture, la peinture, le costume, la musique… Le Festival a ainsi abordé l’architecture éphémère des fêtes et cérémonies, toutes les productions occasionnelles : affiches, placards illustrés, officiels ou clandestins, graffiti, mais aussi les arts de la table, les arts prenant le corps pour support (coiffure, tatouages), la performance… Le sujet engage également un questionnement important sur la politique muséale, tiraillée aujourd’hui entre collections permanentes et expositions temporaires, et sur les conceptions fort différentes du rapport entre éphémère et durable dans les cultures et les arts du monde.

L’ensemble des manifestations était en 2013 placé sous le regard privilégié d’un pays invité, le Royaume-Uni. Dans ce grand pays de musées, d’artistes contemporains, de galeries et de ventes aux enchères, d’expositions, d’instituts d’histoire de l’art, les Britanniques ont un rapport à l’histoire de l’art très différent des Français : dès le XVIIe siècle, les initiatives y partent d’individus ou d’institutions privées, grands collectionneurs et archéologues, connaisseurs ou universitaires, et non de l’Etat.

 

logo du ministère de la culture et de la communication    logo de l'institut national d'histoire de l'art    logo du château de Fontainebleau

 

  •  
  •  
    Date de réalisation : 2 Juin 2013
    Durée du programme : 54 min
    Classification Dewey : Les arts, Art rococo
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Arts
    Collections : Festival de l'histoire de l'art
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : Lemoine Annick, Cappelletti Francesca
    Réalisateur(s) : BLERALD Serge
  •  
    Langue : FRA
    Mots-clés : art baroque, Rome, présentation d'exposition
    Conditions d’utilisation / Copyright : INHA-2013
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Art, histoire de l’art et médias : je t’aime moi non plus
 Le bal des Quat’Z’Arts
 La Risata continua de Gino De Dominicis
 Le rire de Goya
 Rires et sourires gothiques
 Carnaval contre Carême : ordres et désordres du rire au Moyen Âge. Carte blanche du centre allemand d’histoire de l’art.
 VOD – Video On demand « Histoires d’en rire »
 Picasso-Miró : chassés-croisés
 Chronologies, chrononymies et autres figures du temps (1) : Alain Corbin
 Le Saint Sérapion de Zurbarán
 Le rire féroce de Tomi Ungerer
 L’heure espagnole avec Salvador Dalí
 Chronologie chrononymies et autres figures du temps (2) : autour d'Henri Zerner
 Autoportrait de l’artiste en bouffon : formes et fonctions de l’autodérision dans la peinture néerlandaise de la Renaissance au XVIIe siècle
 Le "travail du rire" : la figure de Franco dans le cinéma post-franquiste
 Entretien entre l'artiste espagnol Miquel Barceló et Pierre Rosenberg, conférence inaugurale du Festival de l'histoire de l'art - édition 2016
 Teaser Art & Caméra 2016 - Rire, Espagne et Films sur l'art
 Lecture musicale : Oedipe sur la route d’Henry Bauchau
 Le bal des Matières : la fête comme célébration artistique
 Pour une anthropologie des matériaux de l’architecture
 La Victoire de Samothrace, du chef d’oeuvre à la matière
 Matière à sensation. La viande, enjeu de l’art contemporain
 Modeler, mouler, modifier, compléter : le Balzac de Rodin, de l’esquisse au grand modèle
 Aux prises avec la matière
 Métiers d’art et création contemporaine : le retour de la « belle matière »
 Conscience et inconscience du patrimoine en Orient : destructions et protection
 La sculpture en absence de vision
 Matisse gratte
 L’Aubette, une salle des fêtes en quatre dimensions : tentative de reconstitution
 Les Cathédrales de Claude Monet, objet de restauration
 Art déco : un entretien entre Lidewij Edelkoort et le Studio Formafantasma
 Entre concept et image dans l’oeuvre de Jan Dibbets - conférence inaugurale de la 5e édition du Festival
 Echos de l’Ile des morts : autour d’une œuvre d’Arnold Böcklin (2e partie)
 Echos de l’Ile des morts : autour d’une œuvre d’Arnold Böcklin (1ère partie)
 Marque déposée
 Jacques Doucet, collectionneur et mécène
 Friedrich Dürrenmatt. Portrait, répliques et libres propos d’un dramaturge
 Autour d’Alain Schnapp : politique de l’archéologie, histoire de l’art et des civilisations
 Olivier Mosset, un artiste collectionneur
 Collections, anthropologie et les archives de la diversité culturelle
 Les musées et les collectionneurs
 Helvètes et Gaulois : de Napoléon III au partenariat franco-suisse Bibracte-Laténium
 Harald Szeemann et Jean-Christophe Ammann
 Étourneaux, performance sonore de Denis Savary (deuxième partie)
 Bâle et ses collections d’art
 Autour du Diskurs in der Enge de Paul Nizon
 Patrimoine et passion : collectionner en Suisse
 Nouvelles recherches sur les collections italiennes au XVIe-XVIIe siècles
 Étourneaux, performance sonore de Denis Savary (première partie)
 Le mouvement dans l’art grec : visions modernes et images antiques
 Joshua Reynolds et l'exposition temporaire
 Table ronde sur les instituts de recherche en histoire de l’art
 Peter Greenaway présente ses influences artistiques lors de l'avant-première de son film Goltzius and the Pelican Company
 Camille Broucke et Brigitte Lam: Conserver et valoriser l’éphémère : le Centre national du costume de scène de Moulins et le Festival International d’Art lyrique d’Aix-en-Provence
 Le développement du merveilleux chez Thomas Corneille de 1673 à 1681 (décor, machines, éclairages)
 Écrins de l’éphémère. Les théâtres historiques, leur décor, leur conservation et leur utilisation
 Écrins de l’éphémère. Les théâtres historiques, leur décor, leur conservation et leur utilisation
 Écrins de l’éphémère. Les théâtres historiques, leur décor, leur conservation et leur utilisation
 L’histoire des arts - un enseignement en devenir
 Oeuvre au crible entre Jean-Marc Avrilla et les Bells Angels Archives et création : histoire des pratiques musicales et sonores sur la Côte d’Azur des années 1950 à nos jours
 L’art français en Angleterre au XVIIIe siècle : la collection Rothschild du Waddesdon Manor
 Jennifer Montagu, « With varied and well expressed figures, and justly proportioned allusions »: la sculpture en sucre dans l’Italie baroque
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte