Canal-U

Mon compte
Université de tous les savoirs

L'histoire de l'art au tournant


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/embed.1/l_histoire_de_l_art_au_tournant.950?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Auteur(s) :
BELTING Hans

Producteur Canal-U :
Université de tous les savoirs
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


L'histoire de l'art au tournant

"L'histoire de l'art en tant que discipline entra dans sa phase active de science humaine à peu près au moment où furent fondés les musées. Elle adopta d'emblée elle-même une orientation muséale, ce qui s'explique facilement par le fait que son sujet était constitué des oeuvres anciennes qui étaient présentées dans les musées. Pour être en mesure de classer ces oeuvres, il fallait disposer des noms exacts et de données historiques adéquates. La simple étiquette qu'on apposait à un tableau exposé dans le musée exigeait des informations sur le maître qui en était l'auteur, ainsi que sur la place occupée dans la production artistique d'ensemble par une oeuvre qu'on pouvait rencontrer dans le musée.

Toutefois, de simples dates ne nous apprennent pas grand chose lorsqu'on ne les replace pas dans un développement personnel ou général, dont elles tirent tout leur sens. De même, les biographies d'artistes ne prirent sens qu'à partir du moment où on fut en mesure de les intégrer à une histoire générale, par exemple à l'histoire de l'"école" à laquelle appartenait tel artiste. Dans le cas des collections du Louvre, l'"école française" joua bien entendu un rôle essentiel. Lorsqu'on pensait en termes de catégories nationales, les "écoles" faisaient office pour l'art de concepts généraux.

Cependant, leur rayonnement ne coïncidait pas avec les frontières des nations modernes. Sans quoi il n'aurait pu exister d'école vénitienne ou florentine, lesquelles nous indiquent justement qu'à cette époque l'Italie n'en était encore qu'à ses premiers pas de nation. Les premiers catalogues du Louvre s'efforcent de s'éloigner encore un peu plus de l'artiste et de l'école, pour représenter la marche des arts à travers le temps sous la forme d'un événement universel. Le "progrès" régi par des lois devenait par là le moteur d'une "histoire de l'art" qui était pourtant parvenue, dans l'Antiquité comme pendant la Renaissance, à un achèvement dont le classicisme tendait précisément à remettre en question le progrès. Ainsi s'opposèrent d'emblée deux paradigmes, dont la contradiction se révéla difficile à résoudre."

  •  
  •  
    Date de réalisation : 7 Avril 2000
    Durée du programme : 73 min
    Classification Dewey : Philosophie et théorie des beaux-arts et des arts décoratifs, Histoire et géographie des beaux-arts et des arts décoratifs
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : Tous publics / hors niveau
    Disciplines : Histoire de l'art et Archéologie, Arts : critique et théorie
    Collections : Deuxième étape de réflexion et de critique : y a-t-il encore des sciences humaines ?
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : BELTING Hans
    producteur : Mission 2000 en France
    Réalisateur(s) : UTLS - la suite
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : art, histoire de l'art
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte