Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

California ou la découverte de l'Amérique / Jean-Michel Maulpoix


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/california_ou_la_decouverte_de_l_amerique_jean_michel_maulpoix.4148?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

California ou la découverte de l'Amérique / Jean-Michel Maulpoix

California ou la découverte de l'Amérique, lecture de Jean-Michel Maulpoix. In colloque international L'Art de la Ville / The Art of the City" organisé par l'équipe de recherche "Cultures Anglo-Saxonnes" (CAS) de l'Université de Toulouse-Le Mirail, 6-8 novembre 2008.

Jean-Michel Maulpoix lit un texte de sa plume, par lequel il narre poétiquement son voyage aux État-Unis en 1993. Parti chargé de représentations de l'Amérique alimentées par le cinéma et la littérature, il découvre l'espace américain dans une rencontre avec la ville de Los Angeles, ses boulevards, son campus universitaire, ses restaurants, la côte atlantique... attentif à ses sensations : "cette ville n'a pas de substance. L'excitation passée, j'en découvre le vide. Je ne peux m'appuyer sur rien, je ne parviens pas à m'orienter. Nulle part je ne parviens à isoler quelque élément qui me donnerait l'échelle de l'ensemble, le mode d'emploi, la direction à prendre. Tout flotte, libre d'attache. Me voici égaré dans une civilisation qui paraît avoir subi une gigantesque psychanalyse et qui l'inflige à son tour à quiconque la découvre." En correspondance avec l'intervention de Jean-Luc Nancy dans ce même colloque, l'auteur parle de mouvement, de passage, de circulation... Il remarque "dans cette mégapole, on n'existe pas quand on ne circule pas." Plus loin, "tout le long de la mer, entre Santa Monica et Venice, on circule, on patine. On court, on roule, on glisse à la surface de sa propre vie. Ou plutôt de la vie tout court, qui ne semble plus être celle de quelqu'un. On roule sur la Californie."

* Illustration du programme et de la séquence vidéo de Lionel Tréboit, 2009.


 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte