Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

"Cum grano salis" : le problème de l'apophtegme humoristique dans la seconde moitié du XVIe siècle / Nicolas Kiès


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/cum_grano_salis_le_probleme_de_l_apophtegme_humoristique_dans_la_seconde_moitie_du_xvie_siecle_nicolas_kies.10997?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

"Cum grano salis" : le problème de l'apophtegme humoristique dans la seconde moitié du XVIe siècle / Nicolas Kiès

"Cum grano salis" : le problème de l'apophtegme humoristique dans la seconde moitié du XVIe siècle / Nicolas Kiès. In colloque "Usages et enjeux de l'apophtegme dans les littératures européennes des XVIe et XVIIe siècles", organisé par l'équipe « Littérature et Herméneutique » du laboratoire Patrimoine, Littérature, Histoire (ELH-PLH) à Université de Toulouse-Le Mirail, les 2 et 3 février 2012.

A la suite de Barbara C. Bowen, qui affirmait « qu’à partir de la publication des Apophthegmata d’Erasme on ne peut plus distinguer entre sententia et facetia », nous proposons d’interroger le rapprochement entre trait facétieux et dit mémorable au XVIe siècle, à la lumière de nos travaux sur la bigarrure et en particulier sur les « contes et discours bigarrez » de la fin du XVIe siècle. L’hypothèse de la rencontre entre facétie et apophtegme soulève des enjeux d’ordre lexical et, plus profondément, des problèmes d’identification générique : 
1) A côté du très polysémique facecie, le mot apophthegme devient au cours du siècle une sorte d’hyperonyme du dit bref, proche du substantif rencontre. Il désigne volontiers des railleries triviales (Des Périers), voire des gaffes (Tabourot). 
2) Apophtegmes et bons mots « facecieux » voisinent en outre dans les mêmes compilations de « dits mémorables ». Le phénomène est ancien : la veine humoristique est principalement représentée, chez Plutarque ou Diogène Laërce, par les apophtegmes cyniques, dont se fait largement écho Erasme. Cependant, à en croire la plupart des compilateurs, la recherche de l’édification prime sur la visée humoristique : significativement, si le locuteur peut prononcer tel apophtegme plaisant en riant, comme pour manifester sa supériorité intellectuelle ou morale, il ne provoque que rarement le rire de l’auditoire. 
Les « contes et discours bigarrez » des années 1580 (en particulier les Serées de G. Bouchet et les Contes et discours d’Eutrapel de N. Du Fail) vont plus loin. A la faveur de devis à bâtons rompus, ils orchestrent des rencontres inattendues entre des matériaux fondamentalement hétérogènes, et se présentent ouvertement comme facétieux : à la différence des Essais de Montaigne, le rire l’emporte sans conteste sur le sourire. La frontière entre apophtegme et facétie, ou entre apophtegme sérieux et apophtegme plaisant, devient éminemment poreuse. Les diverses rencontres ne sont plus séparées par des blancs textuels comme dans les compilations d’Erasme ou de Lycosthène : elles sont au contraire emportées dans le mouvement des devis, qui ne cessent de mêler les tons, les formes et les sujets. Reprenant un mot d’Henri Estienne, Bouchet se plaît à considérer les apophtegmes comme des « apostumes » (I, 94). 
Ces auteurs réinterprètent ainsi la forme de l’apophtegme, mêlée au sein des « rencontres » : 
- critère énonciatif : le mot n’est plus seulement prononcé par des Grands, mais aussi par des anonymes, y compris le petit peuple des « métiers ». Les intentions des locuteurs peuvent également changer : un même apophtegme, en devenant involontaire (Tabourot), gagne une vis comica insoupçonnée. 
- critère thématique : plusieurs « dits memorables » perdent tout contenu philosophique, ou sont interprétés à plus bas sens
- critère « formel » : les apophtegmes ne sont plus systématiquement séparés par des blancs. Le bref côtoie le long.
- critère de l’usage : le « memorable » ne se limite plus au didactique. L’apophtegme fait souvent rire le cercle des entreparleurs, et vise à enrichir des conversations ultérieures.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 2 Février 2012
    Durée du programme : 33 min
    Classification Dewey : Littérature française : Histoire et étude par points spécifiques (courants littéraires, thèmes etc.)
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD)
    Disciplines : Littérature française et de langue française
    Collections : Usages et enjeux de l'apophtegme dans les littératures européennes (XVIe-XVIIe siècles)
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : KIÈS Nicolas
    producteur : Université Toulouse II-Le Mirail
    Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean
    Editeur : SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : littérature française (16e siècle), aphorismes et apophtegmes, facéties (littérature humoristique)
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l'Université Toulouse 2-Le Mirail et aux auteurs.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte