Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

En quoi la poésie contemporaine peut-elle être dite encore "pastorale" ? / Jean-Claude Pinson


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/en_quoi_la_poesie_contemporaine_peut_elle_etre_dite_encore_pastorale_jean_claude_pinson.34127?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


En quoi la poésie contemporaine peut-elle être dite encore "pastorale" ? / Jean-Claude Pinson

En quoi la poésie contemporaine peut-elle être dite encore "pastorale" ? / Jean-Claude Pinson, conférence présentée par Nathalie Cochoy (laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes, axe "Poéthiques") et Jean-Yves Laurichesse (laboratoire Patrimoine, Littérature, Histoire), Université Toulouse Jean Jaurès, 24 mars 2017.
* Illustration : Lionel Tréboit, Femme au balcon, huile sur toile, 2005.

« Jean-Claude Pinson ne cesse de s'interroger sur la question du pourquoi de la littérature et en particulier de la poésie et de sa contribution à une "habitation du monde", même s'il trouve cette expréssion trop emphatique. Jean-Claude Pinson est poéte et philosophe, il n'envisage pas la littérature comme une construction de mots retranchée du monde mais, au contraire, comme un moyen d'approcher au plus près l'intensité du vivre souvent estompée ou simplement oubliée par les exigneces de l'époque. En lisant, en écrivant, en prêtant attention aux mouvements et aux nuance de la langue, il tente de retrouver ce qu'il nomme « la fraîcheur évanescente du sensible ». Il s'intéresse à cet instant, à ce toucher, entre l'écriture et la vie où le lecteur, avec les mots de [Yves] Bonnefoy « lève les yeux de son livre » et, encore habité par sa lecteure, le noue à sa propre existence.
« Toute grande œuvre poétique
(littéraire) [...] n'est pas seulement un objet verbal offert à la jouissance esthétique, à l'analyse ou à la réflexion, ni même simplement vecteur d'un questionnement. Elle est aussi proposition de monde -et notamment proposition, une ou plurielle, quant à telle ou telle modalité possible de son habitation. En même temps qu'elle est invention de formes, événement de langage, elle est, plus ou moins directement, en vue de l'existence ; en vue d'une habitation ragrée du monde. En faisant entendre une voix, en racontant (ou en ne racontant pas) des histoires, en jouant des émotions ou en les déjouant, elle pose, plus ou moins obliquement, la question "poéthique" du comment vivre, la question de la "vraie vie" toujours absente et toujours recherchée. » ( extrait de "Sentimentale et naïve : nouveaux essais sur la poésie contemporaine", 2002).
Les travaux actuels de Jean-Claude Pinson portent sur le rôle de la littérature face à une terre menacée et sur un engagement écologique de cette littérature » (Nathalie Cochoy).

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte