Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Escribir en comunidad en tiempos de violencia / Cristina Rivera Garza


Marie-Agnès PALAISI-ROBERT (Professeur, Études Hispaniques et Hispano-Américaines, Université Toulouse Jean-Jaurès)

Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/escribir_en_comunidad_en_tiempos_de_violencia_cristina_rivera_garza.20431?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Escribir en comunidad en tiempos de violencia / Cristina Rivera Garza

Les réflexions de Cristina Rivera Garza s’inscrivent dans la lignée des travaux d’Achile Mbembe, Giorgio Agamben, Michel Foucault et Judith Butler. Face au déferlement de violences dont souffre le Mexique depuis une vingtaine d’années, violences liées au narcotrafic et à la corruption, puis accrues après que le président Calderón a déclaré la guerre au narcotrafic en 2006, quel est le pouvoir de l’écriture dans une société gangrénée par la violence ? Face à la démission de l’état mexicain, quel est le devoir du citoyen et celui de l’écrivain ? Cristina Rivera Garza propose de créer le terme de « nécroécriture » pour identifier tous les textes parus depuis 1994 qui représentent la mort dans tous ses états et qui s’articule sur le glissement d’un « biopouvoir » (Foucault) à une « nécropolitique » (Agamben) pour comprendre le Mexique contemporain. La nécroécriture pourrait-elle être une autre forme de représentation de la mort capable de stopper le déferlement d’images morbides et violentes diffusées par les medias et les narcotrafiquants et d’en infléchir le sens ?
Las reflexiones de Cristina Rivera Garza se enmarcan en la continuidad de los trabajos de Achile Mbembe, Giorgio Agamben, Michel Foucault y Judith Butler. Frente a la desencadenamiento incontrolable de la violencia en México desde hace unos veinte años, violencias vinculadas con el narcotráfico y la corrupción y que se multiplicaron aún después que el presidente Calderón declaró la guerra al narcotráfico en el 2006, ¿cuál es el poder de la escritura en una sociedad asfixiada por la violencia ? Frente a la dimisión del estado mexicano, ¿cuál es el deber del ciudadano ? ¿Del escritor? Cristina Rivera Garza crea el término de necroescritura para identificar los textos publicados desde 1994 que representan la muerte bajo todas sus formas y lo articula en torno al paso de un « biopoder » (Foucault) a una « necropolítica » (Agamben) para comprender el México contemporáneo. La necroescritura ¿podría ser otra forma de representación de la muerte capaz de detener el desembocamiento de imágenes mortíferas y violentas difundidas en los media y por los narcotrafiquantes ? ¿Sería capaz  de modificar el sentido de la vida y la muerte ?

Escribir en comunidad en tiempos de violencia / Cristina Rivera Garza, conférence présentée par Marie-Agnès Palaisi-Robert, in journée d'étude "Nécroécriture et capitalisme au Mexique" organisée dans le cadre du séminaire Arpège "Les outils du genre" par l'Institut de Recherche et d’études culturelles (IRIEC) et l'Institut Pluridisciplinaire pour les Études sur les Amériques à Toulouse (IPEAT) à l'occasion de la Semaine littéraire latino-américaine. Université Toulouse Jean Jaurès, 13 mars 2015.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 13 Mars 2015
    Durée du programme : 48 min
    Classification Dewey : Critique et histoire de la littérature de langue espagnole en Amérique du Sud
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Master (LMD), L3
    Disciplines : Langue et Littérature espagnole et latino-américaine
    Collections : Grandes conférences
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : RIVERA GARZA Cristina, PALAISI-ROBERT Marie-Agnès
    producteur : Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
    Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean
    Editeur : SCPAM / Université Toulouse-Jean Jaurès-campus Mirail
  •  
    Langue : Espagnol
    Mots-clés : littérature mexicaine (20e-21e siècles), violence (dans la littérature), littérature et société
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l'Université Toulouse Jean Jaurès et aux auteurs.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Épistémologie féministe : le mirage de la connaissance objective / María Luisa Femenías
 Visualisation, analyse et évaluation automatique de la prosodie de la parole / Daniel Hirst
 Traduire les images du Goulag : problème de fidélité et d'opacité / Liuba Jurgenson
 Les métamorphoses de la fiction / Jacques Rancière
 Les sociétés littorales face au défi du changement climatique / Virginie Duvat
 Les excès du genre : concept, image, nudité / Geneviève Fraisse
 Sur les traces de "Little Foot" / Laurent Bruxelles
 Jacques Lordat (1773-1870) ou la naissance de la neuropsycholinguistique cognitive. Du vitalisme au cognitivisme ? / Jean-Luc Nespoulous
 Réussir son apprentissage en FOAD : poids de l’intuition / Jean Frayssinhes
 Propriété intellectuelle et plagiat / Stanley Claisse
 Singapour : tête de pont chinoise ? État des lieux des relations diplomatiques et culturelles / Louis Borer
 De la peur à l'espérance / Jean Delumeau
 Apprendre pour transmettre. L'éducation contre l'idéologie managériale / François Rastier
 Épistémologie ou diététique de la recherche interdisciplinaire ? / Yves Michaud
 Histoire des traductions, histoire culturelle / Yves Chevrel
 Nouveaux modes de gouvernance des universités. Quand la fusion s'impose : la (re)naissance de l'université de Strasbourg / Christine Musselin
 Interroger la politique, interroger le commun / Jean-Luc Nancy
 Renouer avec la chaîne vertueuse de l'alimentation / Carlo Petrini
 La France de 2012 a-t-elle encore une identité géographique ? / Armand Frémont
 La géographie des conflits / Yves Lacoste
 Pouvons-nous construire des universités ? / François Dubet
 Le monde et la diversité des langues / Claude Hagège
 La théorie des opérations énonciatives / Antoine Culioli
 Les formations de l'inconscient : le séminaire V de Lacan / Jacques Alain Miller
 Le rôle historique des institutions dans le progrès des sciences / Jacques Blamont
 La néolithisation de l'Europe : questions ouvertes / Jean Guilaine
 La sociologie peut-elle prévoir ? / Edgar Morin
 La laïcité dans l'Union européenne (1) / Jean Baubérot
 Construction, crise et renouveau de la morale laïque en France face à l'Europe (2) / Jean Baubérot
 Le jugement esthétique / Gérard Genette
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte