Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Frères, sœurs, contes de fées, peintures et correspondance : raconter, taire, imaginer les ressemblances dans les familles italiennes (XVIIe siècle) / Benedetta Borello


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/freres_s_urs_contes_de_fees_peintures_et_correspondance_raconter_taire_imaginer_les_ressemblances_dans_les_familles_italiennes_xviie_siecle_benedetta_borello.10352?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Frères, sœurs, contes de fées, peintures et correspondance : raconter, taire, imaginer les ressemblances dans les familles italiennes (XVIIe siècle) / Benedetta Borello

Frères, sœurs, contes de fées, peintures et correspondances : raconter, taire, imaginer les ressemblances dans les familles italiennes (XVIIe siècle) / Benedetta Borello. In "Frères et sœurs du Moyen Âge à nos jours", colloque international organisé par le laboratoire France Méridionale et Espagne: histoire des sociétés, du Moyen Âge à l'époque contemporaine (Framespa) de l'Université Toulouse II-Le Mirail et par le Centre de recherches historiques de l'Ouest (Cerhio), Toulouse : Université Toulouse II-Le Mirail, 22-23 mars 2012. (Ce colloque de Toulouse constitue la seconde partie d'un double colloque international dont la première partie s'est tenue à Rennes, les 1er et 2 décembre 2011). Session 3 : Genre et fratrie, 23 mars 2012.

Les ressemblances entre frères et sœurs ne constituent pas un sujet aisément repérable dans les conversations épistolaires familiales de l'époque moderne, alors que les portraits de famille les représentent traditionnellement dans des vêtements et des postures semblables, que dans les contes de fées, frères et sœurs sont également décrits comme identiques et que, dans les faits, ils embrassaient les mêmes carrières que leurs proches et que la transmission des patrimoines suivaient rigoureusement les liens du sang. Si bien que, lorsque l'on confronte ces deux types de sources, la correspondance d'une part, les contes de fées et les portraits de l'autre, un décalage évident apparaît.
Les contes de fées italiens et français des XVIIe et XVIIIe siècles, comme la littérature épique du Moyen Age avant eux, mettaient en récit des frères et sœurs (et dans certains contes des demi-frères et demi-sœurs aussi) identiques et interchangeables. Sur les peintures, leurs visages sont identiques et ils sont placés à côté de l'un ou l'autre des parents, comme une trace évidente de la filiation.
Au contraire, dans les lettres écrites par les parents et grands-parents de trois familles nobles italiennes (Spada, Maidalchini, Barberini) à propos de leurs enfants, il n'est pas question de ressemblance physique entre frères et sœurs, mais les maladies, les différences (ou, à l'inverse, les similitudes) de tempérament et la vivacité des enfants sont décrites avec un luxe et une profusion de détails. Les hommes du XVIe et du XVIIe siècles savaient que, d'une manière ou d'une autre, l'on pouvait faire remonter de nombreux traits à des substances transmises par leur père ou leur mère (tout comme le patrimoine était transmis en ligne héréditaire directe).
Les portraits et contes de fées constituaient le témoignage d'un discours sur le devoir être, tandis que la correspondance parlait la langue commune de la relation directe entre parents, enfants, frères et sœurs, dans laquelle le discours sur le devoir être constituait le côté le moins évident -mais certes pas le moins important- de la relation familiale.

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

 Frères et sœurs du Moyen Âge à nos jours : ouverture du colloque / Fabrice Boudjaaba, Christine Dousset, Sylvie Mouysset
 Indivision et seigneurie entre frères à travers les successions féodales en Rouergue au XIVe siècle / Emmanuel Johans
 Faux frères-âmes sœurs ? Les relations ambiguës entre les bâtards royaux et les héritiers de la Couronne / Véronique Garrigues
 Des scènes du quotidien aux scènes historiques, images de frères et sœurs dans la peinture du XIXe siècle / Michaël Vottero
 "Knit together in brotherly society". L'idéal fraternel au sein des corporations de métiers londoniennes dans la seconde moitié du XVIe siècle : l'exemple des spectacles / Olivier Spina
 "Le gardien de mon frère" : les relations adelphiques dans le christianisme, entre le meurtre d'Abel et les "frères en Christ" / Anne-Laure Zwilling
 Genre et fratrie dans les portraits de famille vénitiens du XVIe siècle / Fabien Lacouture
 Vigilantes de la sexualidad femenina, defensores del honor familiar. Hermanos guardianes de sus hermanas. El caso español de los Tiempos Modernos (siglo XVII-XVIII) / Marta Ruiz Sastre
 Fratries et fraternités en Italie entre le Risorgimento et la Première Guerre mondiale, ou comment la littérature vient au secours de l'histoire / Isabelle Payet
 L'évolution des attitudes dans la relation frère-sœur du XVIe au XVIIIe siècle / Michel Nassiet
 Parcours scolaires et socialisation du genre : frères et sœurs au sein des familles nombreuses / Julien Bertrand, Olivier Vanhée
 La sœur dans la fratrie à travers l'étude des factums d'avocats (France, 1770-1780) / Géraldine Ther
 Cain y Abel. Conflictividad fraternal en el Reino de Aragón (siglos XVIII y XIX) / Francisco J. Alfaro Pérez
 Représentation de l'amitié masculine fraternelle dans les récits de vie des soldats à la fin de l'Ancien Régime / Naoko Seriu
 Frères et sœurs de Caïn. Le lien fraternel à l'épreuve du crime au XVIIIe siècle / Julie Doyon
 Aimer son frère, haïr sa sœur : affects et patrimoine dans la société roumaine (1700-1830) / Constanta Vintilă-Ghiţulescu
 Différence et indifférence. Le genre de la transmission et ses conséquences à partir des exemples parisiens et normands sous l'Ancien Régime / Jérôme-Luther Viret
 Vivre un idéal de fraternité universelle : la "Tribu Arc-en-ciel" de Joséphine Baker / Yves Denéchère
 Transmettre aux frères et sœurs : étude des liens adelphiques dans des testaments roussillonnais du XVe siècle / Laurence Alessandria
 Des liens d'amour et d'intérêt : système d'héritage, dotation et relations entre frères et sœurs dans l'Italie moderne (Turin XVIIIe siècle) / Béatrice Zucca Micheletto
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte