Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

L'apophtegme chez La Fontaine : un modèle possible pour les fables / Christine Noille-Clauzade


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/l_apophtegme_chez_la_fontaine_un_modele_possible_pour_les_fables_christine_noille_clauzade.11000?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

L'apophtegme chez La Fontaine : un modèle possible pour les fables / Christine Noille-Clauzade

L'apophtegme chez La Fontaine : un modèle possible pour les fables / Christine Noille-Clauzade. In journées d'études "Usages et enjeux de l'apophtegme dans les littératures européennes des XVIe et XVIIe siècles", organisées par l'équipe « Littérature et Herméneutique » du laboratoire Patrimoine, Littérature, Histoire (ELH-PLH) à Université de Toulouse-Le Mirail, les 2 et 3 février 2012.

En paratexte de son premier recueil de Fables choisies mises en vers (1668), La Fontaine fabrique  trois modèles possibles pour l'invention et la lecture des fables, dont il nous suggère qu'Esope est le père: le modèle argumentatif de l'histoire animalière exemplaire, le modèle herméneutique de l'énigme déchiffrée et le modèle ambigu du "bon mot", une des traductions de l'apophtegme dans ce second XVIIe siècle. Et de fait, s'il existe quelques fables de déchiffrement et si quantité de fables sont des variations sur le modèle de l'exemple fictif, un certain nombre de fables sont motivées par la mise en scène d'un bon mot. L'apophtegme apparaît ainsi comme un dispositif possible pour la composition des fables, posant des questions complexes concernant leur structuration -puisqu'il travaille la fable dans le sens de la polyphonie et de la décomposition (le bon mot ayant vocation à être mémorisable, citable, autonomisable)- tandis que la fable travaille le bon mot dans le sens de l'intégration et de la cohésion.

  •  
  •  
    Date de réalisation : 2 Février 2012
    Durée du programme : 36 min
    Classification Dewey : Littérature française : Histoire et étude par points spécifiques (courants littéraires, thèmes etc.)
  •  
    Catégorie : Conférences
    Niveau : niveau Licence (LMD), niveau Master (LMD)
    Disciplines : Littérature française et de langue française
    Collections : Usages et enjeux de l'apophtegme dans les littératures européennes (XVIe-XVIIe siècles)
    ficheLom : Voir la fiche LOM
  •  
    Auteur(s) : NOILLE-CLAUZADE Christine
    producteur : Université Toulouse II-Le Mirail
    Réalisateur(s) : JIMENEZ Jean
    Editeur : SCPAM Université Toulouse II-Le Mirail
  •  
    Langue : Français
    Mots-clés : fables, littérature française (17e siècle), Jean de La Fontaine (1621-1695), mots d'esprit et jeux de mots
    Conditions d’utilisation / Copyright : Tous droits réservés à l'Université Toulouse 2-Le Mirail et aux auteurs.
 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte