Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

Pour une écoute des bruits de la pensée / François Noudelmann


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/pour_une_ecoute_des_bruits_de_la_pensee_francois_noudelmann.35495?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

Les chapitres


Pour une écoute des bruits de la pensée / François Noudelmann

Pour une écoute des bruits de la pensée / François Noudelmann, conférence présentée par Jean-Yves Laurichesse (laboratoire Patrimoine, Littérature, Histoire) et co-organisée avec Nathalie Cochoy (laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes) dans le cadre du séminaire "Poéthiques", Université Toulouse Jean Jaurès, 28 avril 2017.
* Illustration : Eugène Grasset, Harmonies, 1893.

« La pensée fait du bruit, pas seulement parce qu'elle parle, mais aussi en raison des éléments sonores qui la composent. La voix, le ton, l'accent, l'intensité, le volume sont constitutifs de l'exposition des idées, trop souvent oubliés derrière l'énoncé. Or une pensée doit s'écouter, comme le suggérait Nietzsche qui se vantait d'avoir les meilleures oreilles de la philosophie ». Dans cette conférence, François Noudelmann propose de définir et de pratiquer une "écoute seconde" sensible à la dimension sonore des discours théoriques -davantage qu'à leur signification- qui donne accès à l'élaboration de la pensée. Pour cela, il convient de porter attention aux bruits, aux cris, aux silences, à l'accent, à l'accentuation, aux souffles, chuchotements, grincements, claquements... porter attention à la "voix pensive", aux diverses voix d'un même penseur. En prenant appui sur des textes ou des enregistrements sonores de philosophes (Hegel, Schopenhauer, Nietzsche, Derrida, Deleuze, Sartre, Barthes, Jankélévitch...), François Noudelmann suggère de résister à "une surdité volontaire" et de s'intéresser aux milieux sonores qui composent les textes et qui modifient le cours de la pensée. « Au lieu de chercher une stylistique de la voix propre, l'écoute des caractéristiques vocales mises en jeu dans l'énonciation orale donne à entendre des registres sonores et donc différentes relations du parleur aux idées qu'il expose ». François Noudelmann propose une « lecture acousmatique  des textes qui vise à entendre ses substrats sonores dont les vibrations sont soit à l'origine soit à l'issue des mots et des phrases ».

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte