Canal-U

Mon compte
Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail)

ProusTime 2. L'interpolation des temps dans "la Recherche" : introduction / Isabelle Serça


Copier le code pour partager la vidéo :
<div style="position:relative;padding-bottom:56.25%;padding-top:10px;height:0;overflow:hidden;"><iframe src="http://www.canal-u.tv/video/universite_toulouse_ii_le_mirail/embed.1/proustime_2_l_interpolation_des_temps_dans_la_recherche_introduction_isabelle_serca.35341?width=100%&amp;height=100%" style="position:absolute;top:0;left:0;width:100%;height: 100%;" width="550" height="306" frameborder="0" allowfullscreen scrolling="no"></iframe></div> Si vous souhaitez partager une séquence, indiquez le début de celle-ci , et copiez le code : h m s
Contacter le contributeur
J’aime
Imprimer
partager facebook twitter Google +

ProusTime 2. L'interpolation des temps dans "la Recherche" : introduction / Isabelle Serça

ProusTime 2. L'interpolation des temps dans "la Recherche" : introduction / Isabelle Serça, in Atelier ProusTime. A la recherche du temps avec Proust. Séance 2. Peut-on prévoir le passé ? / Peut-on se souvenir du futur ?, organisé par l'Équipe Littérature et Herméneutique (ELH) du laboratoire de recherche Patrimoine, Littérature, Histoire (PLH), sous la direction scientifique d'Isabelle Serça. Museum de Toulouse, Quai des savoirs, 19 avril 2017.

Présentation du projet, de ses enjeux et du thème de l’Atelier ProusTime 2, « Peut-on se souvenir du futur ? Peut-on prévoir le passé ? » à partir de la notion d’interpolation, telle qu’elle est utilisée, au sens figuré, par Proust.
« La notion que je propose pour aborder ces va-et-vient entre passé, présent et futur -ces interactions de temporalité- est celle d'interpolation, notion prise au sens figuré, permet d'apréhender, pour faire vite, un temps non-linéaire. Ce terme d'interpolation est un bon outil conceptuel pour fonder une recherche transversale puisqu'il ressortit à deux domaines, d'une part la philologie, et, d'autre part, les mathématiques. Interpoler c'est -stricto sensu- introduire dans un texte par erreur ou par fraude des mots qui ne figuraient pas dans l'original. Dans son acception  large, le terme perd sa connotation péjorative et signifie plus ou moins, intercaler, insérer. Le domaine textuel est premier, siège ensuite celui des mathématiques où interpoler -cette fois sans idée d'erreur- consiste à intercaler des valeurs intermédiaires dans une série de valeurs connues, par opposition à extrapoler. L'idée essentielle, qu'il s'agisse d'une série de termes mathématiques ou d'un texte, c'est que l'interpolation est un ajout dans un ensemble terminé. "La Recherche" se constitue d'ailleurs selon ce mouvement, le roman, procédant d'une perpétuelle expansion, à l'image de celle que crée l'insertion d'une parenthèse dans une phrase. L'étude des brouillons de Proust montre comment il découpait ici pour coller là, ou, quand il n'y avait plus de place, insérait une paperolle dans des opérations de déplacement qu'il nomme lui-même "intercalage" dans ses notes de régie » (Isabelle Serça).

 

commentaires


Ajouter un commentaire Lire les commentaires
*Les champs suivis d’un astérisque sont obligatoires.
Aucun commentaire sur cette vidéo pour le moment (les commentaires font l’objet d’une modération)
 

Dans la même collection

FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte