Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 377
Conférences

le (1h19m41s)

Du fétichisme hypermoderne. Conférence de Gérard Wajcman

Le fétichisme ne peut plus être regardé par la clinique, parce qu'aujourd'hui, le rapport fétichiste à l'objet est devenu la norme sociale. L'œil du cinéma se montre bien plus acéré pour "cliniquer" les nouvelles perversions.Gérard Wajcman, écrivain, psychanalyste, maître de conférences au département de psychanalyse de l'Université Paris 8. Dirige le Centre d'Etude d'Histoire et de Théorie du Regard. Auteur, notamment, de L'Objet du siècle ; Collection ; Fenêtre, chroniques du regard et de l'intime et de L'Œil absolu (paru chez Denoël, 2010).
Voir la vidéo
Conférences

le (1h16m1s)

David Lynch : la double vie des personnages. Conférence de Diane Arnaud

Le cinéma de Lynch voit double en concevant ses personnages. D'un côté, le geste de l'artiste, modelant ses créatures et animant des figures, jusqu'à les transformer. De l'autre, le désir du metteur en scène de s'attacher au corps d'un acteur, de le rediriger vers un autre rôle, de changer son image. Miroitement incessant entre création et fiction qui reflète les troubles du sujet, d'Eraserhead à Inland Empire.Diane Arnaud enseigne l'analyse et l'esthétique filmiques à l'Université Paris Diderot. Elle a publié des ouvrages sur Alexandre Sokourov et Kiyoshi Kurosawa, ainsi que plusieurs articles sur David Lynch.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h19m50s)

Mulholland Drive, film matrice (2000-2010). Conférence de Jean-Marc Lalanne

Film sur le double, la dualité, les reflets, Mulholland Drive a lui-même été beaucoup dupliqué. Il a livré un modèle de récit – affecté d'une césure – qui, à mesure qu'on le retrouve dans d'autres films, est devenu le signe d'une époque (les années 2000). Ce modèle, il ne l'a pourtant pas inventé, on peut en pister les ancêtres dans le cinéma hollywoodien classique. Mais parce qu'il lui a donné une forme particulièrement frappante, à la fois glamour et moderne, c'est désormais presque à lui seul qu'on se réfère en matière de clivage narratif. Mulholland Drive, matrice des années 2000, ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h26m34s)

Les grands cinéastes de la chevelure. Conférence d'Alain Bergala

Tous les cinéastes ont filmé des cheveux de femmes. Mais les grands cinéastes de la chevelure féminine sont finalement peu nombreux. A quoi les reconnaît-on ? A ce que les cheveux de femmes, chez eux, ne sont pas seulement décoratifs, mais relèvent d'une émotion intime et singulière qui ébranle souterrainement leurs films.Alain Bergala est le commissaire de l'exposition Brune Blonde à la Cinémathèque française. Cinéaste, critique, enseignant à la femis, il est l'auteur de nombreux ouvrages sur Rossellini, Kiarostami, Jean-Luc Godard.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h47m19s)

Larry Clark par Larry Clark : une leçon de cinéma

"Gus Van Sant et moi, nous avons démontré que les films mettant en scène des adolescents ne sont pas forcément des comédies bébêtes. Je veux que les kids se reconnaissent en voyant mes films, c'est très important pour moi. C'est étonnant de constater que la culture américaine est orientée vers la jeunesse, mais qu'elle ne lui parle pas vraiment".Entretien avec Larry Clark, Cahiers du cinéma, octobre 2003.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h7m50s)

Tout est plaisir. Conférence de Jean Douchet

Lubitsch croit à une discipline du plaisir. Car la vie ressemble à un casse-tête épicurien où chaque instant serait volé à la mort. Il faut donc vivre, sourire et prendre ce qui vient. Plaisir immédiat, physique, mais plaisir aussi de société. Il n'y a de plaisir que dans l'instabilité permanente.Jean Douchet est critique et enseignant. Il a publié, entre autres, L'Art d'aimer et Nouvelle Vague. Il anime aussi le Ciné-club Jean Douchet à la Cinémathèque française.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h12m24s)

Amitié : la dernière retouche d'Ernst Lubitsch. Lecture de Jacques Bonnaffé

Dans ce texte magnifique publié à la fin de sa vie, Samson Raphaelson, écrivain et co-scénariste de Lubitsch sur neuf films – parmi lesquels Haute pègre, The Shop Around the Corner ou Le Ciel peut attendre – raconte, plus qu'un chapitre de ses mémoires qu'il n'écrivit jamais, le scénario incroyable et véridique du fil(m) invisible de sa relation avec le cinéaste. L'histoire d'une amitié pudique qui se révèle parce que le ciel a décidé d'attendre...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte