Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 377
Conférences

le (1h55m27s)

La Caméra bouge. Une conférence de Willy Kurant

Le 12 mars 2010, Willy Kurant, directeur de la photographie (Godard, Welles, Skolimowski…), donnait une conférence-démonstration sur les mouvements de caméra. Y ont pris part les concepteurs, les fabricants et les loueurs de machinerie, membres associés de l’Association française des directeurs de la photographie cinématographique (A.F.C.), ainsi que l’Association française des cadreurs de fictions (A.F.C.F.).
Voir la vidéo
Conférences

le (38m37s)

Claudia Cardinale, un dialogue avec Alberto Moravia. Lecture de C. Cardinale et René de Ceccatty

En 1961, Alberto Moravia s’entretient avec Claudia Cardinale. Elle a 23 ans, est déjà l’actrice star de Rocco et ses frères et La fille à la valise. Trois ans après l’interview, elle jouera dans l’adaptation des Indifférents. L’écrivain interroge ici la comédienne sur son corps, « en tant qu’objet dans l’espace ». C’est un blason féminin et un dialogue universel. Il y est question de la beauté, du sommeil, du temps, du rêve, de la mort, de l’histoire. On sent Claudia Cardinale décontenancée par la précision de l’écrivain. Mais elle joue le jeu de la profondeur et se révèle peu ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h35m47s)

Wajda par Wajda : une leçon de cinéma

"Le problème principal du cinéma politique n'est pas d'accepter ou de refuser l'ingérence de la censure, mais de concevoir une œuvre qui rende les procédés de la censure inopérants. On ne peut censurer que ce qui ne dépasse pas l'imagination des censeurs. Créez quelque chose de vraiment original, les censeurs y perdront leurs ciseaux avec leur latin. (...) Seul l'artiste répond de ce qu'il dit à son public. C'est le mode d'emploi de sa liberté. L'artiste doit parfois faire comprendre à son peuple ce que celui-ci ne veut pas entendre. Il a besoin d'une liberté en quelque sorte double : ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h11m7s)

Robertson le fantasmagore. Conférence de Jérôme Prieur

Au détour du Père-Lachaise, se dresse le mausolée d'Étienne-Gaspard Robertson né à Liège le 15 juin 1763 et mort aux Batignolles le 2 juillet 1837. Physicien renommé en son temps et jusqu'à Saint-Pétersbourg pour ses ascensions aérostatiques et les séances de fantasmagories qu'il donnait à la fin du Directoire, au couvent des Capucines, Robertson avait inventé l'art de la nuit, la projection lumineuse, le cinématographe.
Voir la vidéo
Conférences

le (27m51s)

La Turquie dans l'Union Européenne : avis européens

La Turquie dans l'Union Européenne : avis européens Samedi 23 janvier à 16h à l’IFEALe Prof. Dr. Hakan Yılmaz (Université du Bosphore-Dépt. de Science Politique et Relations Internationales) a présenté les recherches qu’il a coordonnées sur le thème :“European Perceptions of Turkey as a Future Member State: Results of an Opinion Poll in France, Germany, Poland, Spain and United Kingdom” Ce projet a été réalisé par le Centre d’Etudes Européennes de l’Université du Bosphore en collaboration avec l’Université autonome de Madrid, l’Université de Granada et l’Association de Dialogue avec l’Europe. Il a bénéficié par ailleurs du soutien de l’Union Européenne.
Voir la vidéo
Entretiens

le (53m0s)

Dialogue avec Pedro Costa (1/3)

Dialogue à la Cinémathèque française avec Bernard Benoliel1ère partie : du Sang à Dans la chambre de Vanda"Une leçon apprise des Straub, c'est qu'on gagne beaucoup à s'imposer des limites réalistes, mais sans faire de sacrifices. Que chaque mot est action, que le rêve que tu portes doit d'abord être dans les choses que tu choisis de filmer. (...) Straub, c'est cette attention permanente, la recherche de cette intensité phénoménale dans les films, cette énergie en tout, qu'on ne retrouve pas dans la vie." (Dans la chambre de Vanda - Conversation avec Pedro Costa, éditions Capricci, 2008)
Voir la vidéo
Entretiens

le (34m30s)

Dialogue avec Pedro Costa (2/3)

Dialogue à la Cinémathèque française avec Bernard Benoliel2ème partie : de Vanda à Ventura (En avant jeunesse)"Une leçon apprise des Straub, c'est qu'on gagne beaucoup à s'imposer des limites réalistes, mais sans faire de sacrifices. Que chaque mot est action, que le rêve que tu portes doit d'abord être dans les choses que tu choisis de filmer. (...) Straub, c'est cette attention permanente, la recherche de cette intensité phénoménale dans les films, cette énergie en tout, qu'on ne retrouve pas dans la vie." (Dans la chambre de Vanda - Conversation avec Pedro Costa, éditions Capricci, 2008)
Voir la vidéo
Entretiens

le (10m18s)

Dialogue avec Pedro Costa (3/3)

Dialogue à la Cinémathèque française avec Bernard Benoliel3ème partie : filmer la présence humaine"Une leçon apprise des Straub, c'est qu'on gagne beaucoup à s'imposer des limites réalistes, mais sans faire de sacrifices. Que chaque mot est action, que le rêve que tu portes doit d'abord être dans les choses que tu choisis de filmer. (...) Straub, c'est cette attention permanente, la recherche de cette intensité phénoménale dans les films, cette énergie en tout, qu'on ne retrouve pas dans la vie." (Dans la chambre de Vanda - Conversation avec Pedro Costa, éditions Capricci, 2008)
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte