Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 35
Conférences

le (16m24s)

Journées EMOIS Nancy 2013 : Développement et évaluation d’un algorithme de représentation des parcours de soins de patientes atteintes de cancer du sein à partir des données d’un système d’information régional.

... cancers de la région Poitou-Charentes, Faculté de Médecine, Centre Hospitalier Universitaire dePoitiers, Poitiers, France et Centre d’Investigation Clinique (CIC 802) Inserm, Poitiers, France)Résumé :Introduction : Le registre général des cancers de...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h35m17s)

11e Journée de la recherche hospitalo-universitaire 2016 : Les Pôles en Recherche

Cette édition 2016 de la Journée de la Recherche Hospitalo Universitaire, organisée conjointement par le CHRU de Nancy et l’Université de Lorraine, est placée sous le signe de l’accueil et de l’ouverture sur l’extérieur. L’accueil de l’Agence Nationale de la Recherche, dont le représentant évoquera la mission de soutien financier aux  programmes de recherche dans toutes les spécialités y compris la santé. Cette structure a porté les investissements d’Avenir qui ont vu la sélection du RHU Nancéien Fight HF en 2013.  L’ouverture aux chercheurs ...
Voir la vidéo
Conférences

le (45m23s)

Cerveau, sexe, et préjugés

Avec l'avancée des connaissances en neurosciences, on serait tenté de croire que les idées reçues sur les différences cérébrales entre les femmes et les hommes ont été balayées. Or médias et magazines continuent de nous abreuver de vieux clichés qui prétendent que les femmes sont "naturellement" bavardes et incapables de lire une carte routière, alors que les hommes seraient nés bons en maths et compétitifs. Ces discours laissent croire que nos aptitudes et nos personnalités sont câblées dans des structures mentales immuables. Or les progrès des recherches montrent le contraire : le cerveau, grâce à ses formidables propriétés de plasticité, ...
Voir la vidéo
Conférences

le (45m0s)

On ne naît plus femme ou homme par hasard

Il naît un peu plus de garçons que de filles : 105 garçons pour 100 filles en moyenne. Ce rapport varie très peu dans l'espèce humaine, que ce soit dans l’espace ou dans le temps. Pourtant la proportion de garçons chez les nouveau-nés s’est mise à augmenter dans les années 1980 dans plusieurs pays d’Asie de l’Est, notamment en Chine et en Corée du Sud. Il existe une préférence marquée pour les garçons dans ces pays et elle est très ancienne. Pourquoi n’avait-elle pas entraîné jusque-là une hausse de la proportion de naissances masculines ? Ce déséquilibre, lié à l’avortement ...
Voir la vidéo
Conférences

le (50m11s)

Approche épidémiologique des relations nutrition santé

L’épidémiologie a pour objectif de décrire la fréquence des événements de santé ainsi que d’étudier les facteurs de risque ou de protection de ces maladies. L’épidémiologie repose donc sur la mise en œuvre d’études descriptives (ou étiologiques) de différentes natures et dont les résultats présentent des niveaux de preuves variés. L’épidémiologie nutritionnelle s’intéresse aux facteurs liés à la nutrition et impliqués dans le déterminisme des maladies. La littérature scientifique disponible à ce jour permet d’affirmer avec certitude l’existence de relation entre certains facteurs nutritionnels et le risque de certaines pathologies. Mais un grand nombre d’incertitudes persistent empêchant d’aboutir à un ...
Voir la vidéo
Conférences

le (54m5s)

Islam et interdits alimentaires

La loi islamique a défini un ensemble de règles concernant l’alimentation, que l’on peut répartir en trois ensembles. Un premier concerne les espèces alimentaires illicites à la consommation. Le second a trait au protocole de la mise à mort des animaux licites à la consommation, y compris concernant le gibier. Enfin le troisième et dernier ensemble précise l’échange alimentaire. Les règles qui ressortissent des deux premiers ensembles ont un caractère prescriptif plus fort et plus contraignant. C’est d’ailleurs généralement à elles que l’on pense ...
Voir la vidéo
Conférences

le (52m11s)

Mangerons-nous encore ensemble demain ?

L’homme est un mangeur social. Le plus souvent, les humains mangent en groupe, de manière commensale*. Il existe de façon quasi universelle, et dans chaque groupe humain, des règles gouvernant le partage de la nourriture et les modalités de l’alimentation en commun. Les « manières de table » sont inculquées aux enfants et, avec elles, à travers elles, les règles les plus fondamentales du rapport à autrui et aux proches, du partage, de la responsabilité et de la solidarité. Le fait de manger ensemble est réputé rapprocher : puisque manger la même chose, c’est produire la même chair, le même ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte