Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 34
Conférences

le (1h1m5s)

L’invisible initiation : devenir filles et garçons dans les sociétés rurales d’Europe

Daniel Fabre, Ethnologue, anthropologue, directeur d’études, École des hautes études en sciences socialesLes sociétés rurales européennes depuis l'époque moderne ne connaissent pas les grands rites initiatiques qui marquent, dans d'autres sociétés, le passage à l'âge adulte. Pourtant la distinction entre les deux sexes et l'accès à la maturité sociale sont des principes centraux dans l'organisation et la reproduction des sociétés villageoises du vieux continent. L'initiation y est donc remplacée par un trajet initiatique discret et même invisible. Il passe, pour les garçons, par des expériences de transgression des frontières – entre sauvage et domestique, vivants et morts, masculin et féminin. ...
Voir la vidéo
Conférences

le (45m23s)

Cerveau, sexe, et préjugés

Avec l'avancée des connaissances en neurosciences, on serait tenté de croire que les idées reçues sur les différences cérébrales entre les femmes et les hommes ont été balayées. Or médias et magazines continuent de nous abreuver de vieux clichés qui prétendent que les femmes sont "naturellement" bavardes et incapables de lire une carte routière, alors que les hommes seraient nés bons en maths et compétitifs. Ces discours laissent croire que nos aptitudes et nos personnalités sont câblées dans des structures mentales immuables. Or les progrès des recherches montrent le contraire : le cerveau, grâce à ses formidables propriétés de plasticité, ...
Voir la vidéo
Conférences

le (45m0s)

On ne naît plus femme ou homme par hasard

Il naît un peu plus de garçons que de filles : 105 garçons pour 100 filles en moyenne. Ce rapport varie très peu dans l'espèce humaine, que ce soit dans l’espace ou dans le temps. Pourtant la proportion de garçons chez les nouveau-nés s’est mise à augmenter dans les années 1980 dans plusieurs pays d’Asie de l’Est, notamment en Chine et en Corée du Sud. Il existe une préférence marquée pour les garçons dans ces pays et elle est très ancienne. Pourquoi n’avait-elle pas entraîné jusque-là une hausse de la proportion de naissances masculines ? Ce déséquilibre, lié à l’avortement ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h45m23s)

Les initiations : une seconde naissance, pourquoi et pour qui ?

Dans de très nombreuses sociétés existent des institutions qu’on appelle « initiations ». Elles consistent à faire franchir aux individus selon leur sexe et selon leur âge certaines étapes dans la connaissance de l’ordre de l’univers, des règles de conduite appropriées dans la société à laquelle ils appartiennent. Ces savoirs sont transmis par étapes au cours de cérémonies. Mais les initiations ne sont pas seulement un processus de transmission de connaissances, ce sont également des institutions prenant en compte pleinement l’éducation sociale des individus. Les initiations instituent une division au sein des sociétés entre initiés et non-initiés. Ceux-ci jouissant alors ...
Voir la vidéo
Conférences

le (50m11s)

Approche épidémiologique des relations nutrition santé

L’épidémiologie a pour objectif de décrire la fréquence des événements de santé ainsi que d’étudier les facteurs de risque ou de protection de ces maladies. L’épidémiologie repose donc sur la mise en œuvre d’études descriptives (ou étiologiques) de différentes natures et dont les résultats présentent des niveaux de preuves variés. L’épidémiologie nutritionnelle s’intéresse aux facteurs liés à la nutrition et impliqués dans le déterminisme des maladies. La littérature scientifique disponible à ce jour permet d’affirmer avec certitude l’existence de relation entre certains facteurs nutritionnels et le risque de certaines pathologies. Mais un grand nombre d’incertitudes persistent empêchant d’aboutir à un ...
Voir la vidéo
Conférences

le (54m5s)

Islam et interdits alimentaires

La loi islamique a défini un ensemble de règles concernant l’alimentation, que l’on peut répartir en trois ensembles. Un premier concerne les espèces alimentaires illicites à la consommation. Le second a trait au protocole de la mise à mort des animaux licites à la consommation, y compris concernant le gibier. Enfin le troisième et dernier ensemble précise l’échange alimentaire. Les règles qui ressortissent des deux premiers ensembles ont un caractère prescriptif plus fort et plus contraignant. C’est d’ailleurs généralement à elles que l’on pense ...
Voir la vidéo
Conférences

le (52m11s)

Mangerons-nous encore ensemble demain ?

L’homme est un mangeur social. Le plus souvent, les humains mangent en groupe, de manière commensale*. Il existe de façon quasi universelle, et dans chaque groupe humain, des règles gouvernant le partage de la nourriture et les modalités de l’alimentation en commun. Les « manières de table » sont inculquées aux enfants et, avec elles, à travers elles, les règles les plus fondamentales du rapport à autrui et aux proches, du partage, de la responsabilité et de la solidarité. Le fait de manger ensemble est réputé rapprocher : puisque manger la même chose, c’est produire la même chair, le même ...
Voir la vidéo
Conférences

le (55m39s)

Famines et crises de surmortalité au XXe siècle, le cas de l’Ukraine

Au début des années 1930, la politique de confiscation des récoltes a causé une terrible famine dans les régions céréalières du sud de l’URSS et tout particulièrement l’Ukraine. Les conséquences démographiques – déficit de naissances, surmortalité, migrations – ont été massives. Néanmoins leur ampleur réelle a longtemps fait l’objet d’estimations contradictoires, faute d’accès à l’ensemble de l’information. Pour l’Ukraine, une réévaluation précise fondée sur toutes les sources disponibles permet aujourd’hui de fournir un ordre de grandeur à peu près fiable des pertes immédiates : ...
Voir la vidéo
Conférences

le (52m39s)

Abondance, bombance et combat chez Rabelais

« Festins pantagruéliques », « banquets gargantuesques » : les géants de Rabelais ont prêté leur nom à la langue française pour qualifier des repas de très bonne chère. Chacun a en tête les célèbres illustrations de Gustave Doré qui montrent des héros démesurés, gonflés de viandes, au visage lippu, et à la bouche dégoulinant de jus. La conférence propose de revenir sur ce mythe en montrant dans quel cadre historique, anthropologique et imaginaire s’inscrivent ces agapes. L’appétit rabelaisien comme métaphore de la curiosité humaniste sera notamment remis en question. L’alimentation s’associe à maints champs culturels. La conférence montrera l’apogée ...
Voir la vidéo
Conférences

le (33m48s)

Manger pour être en bonne santé ?

Depuis quelques années les injonctions à « bien manger » pour rester en bonne santé se font plus présentes dans l’espace public (publicité, télévision, emballages de produits alimentaires…). Les liens entre alimentation et santé sont censés être connus de tous et prendre une part importante dans les choix alimentaires. Cependant, l’alimentation recouvre de multiples significations qui s’avèrent plus ou moins compatibles avec le suivi des recommandations nutritionnelles. Les représentations de l’alimentation et les pratiques alimentaires dans la France contemporaine sont loin d’être homogènes et ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte