Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 312
Conférences

le (44m3s)

Pourquoi le destinataire du sublime n’est-il pas un simple spectateur ?

« Grâce à sa nature », écrit Longin, « notre âme, sous l’action du véritable sublime, s’élève en quelque sorte, exulte et prend l’essor, remplie de joie et d’orgueil, comme si c’était elle qui avait produit ce qu’elle a entendu ». Et Burke de renchérir : « L’esprit revendique […] toujours pour lui-même une part de la dignité et de l’importance des choses qu’il contemple ». Dans la tradition du sublime, le spectateur désintéressé s’efface devant l’amateur passionné, le témoin ou l’acteur esthétique qui non seulement cherchent à lutter de vitesse avec le sublime pour ...
Voir la vidéo
Conférences

le (42m10s)

Le sublime et la rhétorique de la dissimulation

Partendo dalle antiche teorie della muta eloquentia, del silenzio espressivo e del sermo figuratus, così come esse vengono illustrate negli antichi manuali di retorica (e soprattutto entro le trattazioni dello stile alto), ci si propone di illustrare l’importanza del rapporto tra il sublime e le tecniche della dissimulazione nel linguaggio politico, con alcuni riferimenti al principio cinquecentesco della sprezzatura.
Voir la vidéo
Conférences

le (26m27s)

Un livre terrible pour temps de terreur (Lyotard et la 3e Critique de Kant)

Que penser de la terreur au XXIe siècle ? Et, surtout, pourquoi ? À quelles fins ? Étant donné le terrorisme tel qu’il se manifeste à présent, comment imaginer ce que le siècle de la Terreur aurait pensé du phénomène actuel ? Nous savons que le XVIIIe siècle a théorisé la terreur avant de la mettre en pratique. Le processus inverse est-il possible aujourd’hui ? Peut-on, à l’aide de la théorisation, en venir à bout de la pratique de la terreur aujourd’hui ? Au XVIIIe siècle l’idée de la terreur atteint son point culminant dans la philosophie critique d’Emmanuel Kant. ...
Voir la vidéo
Conférences

le (30m23s)

Fitting networks : documentary proofs and aesthetic ambiguities - the case of 9/11

In New York, September 11 (Editions Magnum, 2001), Thomas Hoepker claims : “I strongly believe in documentary photography, in taking pictures of real life. When I looked at the pictures from our photographers, there were some that were wonderful or clever compositions, but they emphasized the artistry in photography rather than telling the story. We didn’t put those pictures in this book. I don’t think they belong in this book because they do not serve its purpose, which is to bear witness. In a moment like this you must be very humble. When something like this happens, nothing you do ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte