Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 91
Conférences

le (1h40m31s)

Paulette Roulon Doko (Llacan) : "Récit et canon, réflexion à partir d'exemples gbaya"

A partir d'une première analyse de récits de témoignage sur le passage des mercenaires dits 'rebelles' en français local en 2006 au village de Ndongue (7 récits), je m'interrogerai sur ce qui peut être 'canonique' dans ces récits appelés ɲɛ́rɛ̀ "conversation" en gbaya en prenant en compte les propositions de définition de William Labo dans Oral narratives of personal experience (document pdf sur Internet)Cette conférence a été donnée dans le cadre de l'opération de recherche "discours canoniques dans leurs modalités linguistiques" coordonnée par Sandra Bornand.
Voir la vidéo
Conférences

le (30m20s)

COLLOQUE "LES PARLERS DU CROISSANT" - Maximilien Guérin (CNRS-LLACAN) La dérivation nominale dans les parlers du Croissant

<p>Secondes Rencontres Les parlers du Croissant Montluçon - 15 et 16 mars 2019 Organisées par le projet « Les parlers du Croissant » (ANR) et l’opération LC4 (Labex EFL) Comité d’organisation Maximilien GuérinNicolas QuintMagali Sansonetti La zone du Croissant linguistique correspond à la frange Nord du Massif Central. Les parlers gallo-romans qu'on y pratique traditionnellement présentent simultanément des traits typiques des variétés d'oc et d'oïl. Ce colloque présentera les résultats des recherches menées sur ces parlers dans le cadre des projets "Les parlers ...
Voir la vidéo
Conférences

le (29m3s)

COLLOQUE "LES PARLERS DU CROISSANT" - Amélie Deparis (Inalco / LLACAN) Le Crozantais : quelques caractéristiques marquantes d’un parler oc-oïl du Croissant

Secondes Rencontres Les parlers du CroissantMontluçon - 15 et 16 mars 2019Organisées par le projet « Les parlers du Croissant » (ANR) et l’opération LC4 (Labex EFL)Comité d’organisation Maximilien GuérinNicolas QuintMagali SansonettiLa zone du Croissant linguistique correspond à la frange Nord du Massif Central. Les parlers gallo-romans qu'on y pratique traditionnellement présentent simultanément des traits typiques des variétés d'oc et d'oïl. Ce colloque présentera les résultats des recherches menées sur ces parlers dans le cadre des projets "Les parlers du Croissant" financés par l'ANR et le Labex EFL, portés par ...
Voir la vidéo
Conférences

le (25m47s)

COLLOQUE "LES PARLERS DU CROISSANT" - Nicolas Quint (CNRS-LLACAN) "De l’intérêt typologique d’étudier des parlers de frontière : le cas du drablésien, parler d’Azérables (Creuse)"

<p>Secondes Rencontres Les parlers du Croissant Montluçon - 15 et 16 mars 2019 Organisées par le projet « Les parlers du Croissant » (ANR) et l’opération LC4 (Labex EFL) Comité d’organisation Maximilien GuérinNicolas QuintMagali Sansonetti La zone du Croissant linguistique correspond à la frange Nord du Massif Central. Les parlers gallo-romans qu'on y pratique traditionnellement présentent simultanément des traits typiques des variétés d'oc et d'oïl. Ce colloque présentera les résultats des recherches menées sur ces parlers dans le cadre des projets "Les parlers ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h37m55s)

Jean Derive (Université de Chambéry-Llacan) : "Les incidences linguistiques (phonologie, morphologie, syntaxe) des propriétés canoniques de quelques genres du discours en pays manding"

Les discours canoniques, i. e. des énoncés textualisés dans le cadre des conventions énonciatives propres aux différents genres du discours, ont de ce fait, chacun, des  propriétés stylistiques spécifiques. Mais certaines de ces propriétés stylistiques ne manquent pas d'avoir des incidences sur la linguistique proprement dite, influant sur la phonologie (par ex. transgression du régime tonal, nasalisation de certains phonèmes...), sur la morphologie (phénomène de dérivations atypiques, néologismes), sur la syntaxe (constructions atypiques, notamment par ellipses), sur le registre de la langue (archaïsmes). Quelques cas seront examinés, à partir d'un échantillon ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h21m44s)

Awa Traoré (doctorante de l’Université de Madrid) et Jean Derive (Llacan) : “Modalités du formatage canonique des contes dioula et leur signification culturelle”

Il s’agira dans un premier temps de recenser toutes les formules susceptibles d’être un trait définitoire du genre “conte” chez les Dioula (en prenant en compte l’existence d’éventuelles variantes pour chaque séance formulaire) à partir d’un corpus d’une cinquantaine de contes enregistrés dans la ville de Kong à deux époques relativement éloignées (décennie 1970-1980 et 2011) auprès de conteurs et de conteuses de statuts et d’âges différents. Cette variété permettra d’évaluer dans quelle mesure les canons du conte sont les mêmes pour tout société et dans quelle mesure il peut y avoir ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte