Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 379
Clip pédagogique

le (1m55s)

Sur les traces... Ronald Pulliam : l'union fait la force

En 1973, le chercheur Ronald Pulliam est l’un des premiers à s’intéresser à la vie en groupe des espèces et des avantages qu’elle offre pour se protéger des prédateurs. A l’intérieur d’un groupe, chaque individu peut bénéficier de la vigilance des autres en diminuant son propre niveau de vigilance mais en maintenant intact ses chances de jouer l’attaque d’un prédateur.
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (2m23s)

Sur les traces... Sir John Krebs : le meilleur rapport qualité prix

Sir John Krebs développe la théorie de l’approvisionnement optimal selon laquelle la sélection naturelle favorise les comportements d’exploitation des ressources qui sont bien plus sobres au plan énergétique. De quelle manière le comportement animal se rapproche-t-il de l’optimum économique ? Le choix que les animaux réalisent ne relèvent pas de l’arbitraire mais au contraire répondent à une logique économique.
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (2m8s)

Sur les traces... Henry Walter Bates : l'évolution du mimétisme

Henry Walter Bates découvre que certains papillons présentent un aspect similaire à des espèces venimeuses alors qu’il s’agit d’espèces éloignés de papillons non venimeux. C’est ce qu’on appelle le mimétisme batésien. Cette forme d’adaptation allant jusqu’à tromper un prédateur est bien une marque de la sélection naturelle et aussi l’une des preuves les plus évidentes de l’évolution animale.
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (2m22s)

Sur les traces... Geoff Parker : la compétition spermatique

Le chercheur anglais Geoff Parker a été le premier à réaliser que la compétition que se livrent les mâles pour séduire les femelles ne s’arrête pas à l’accouplement. Les stratégies employées par les mâles et les femelles pour reproduire leurs gènes ne se limitent pas aux comportements reproducteurs. Elles se prolongent dans la compétition que se livrent les spermatozoïdes pour accéder à l’ovule.
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (2m18s)

Sur les traces... Niko Tinbergen : la fonction adaptative du comportement

Le néerlandais Niko Tinbergen a été un des premiers à s'interroger sur la valeur adaptative du comportement. Quelle est l'utilité pratique du comportement de l'animal dans son environnement ? La logique évolutive d'un comportement est à rechercher dans ses conséquences en situation naturelle, en termes de survie et de reproduction des individus. Tinbergen a reçu le prix Nobel en 1973 pour ses recherches.
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (2m7s)

Sur les traces... Amotz Zahavi : principe du handicap

Amotz Zahavi fonde un concept pour expliquer l’évolution des signaux de communication chez l’espèce animale. La théorie du handicap suggère que pour qu’un signal soit fiable chez le récepteur il doit être coûteux pour l’émetteur. Certains comportements et caractéristiques anatomiques apparemment aberrants semblent à première vue réduire les chances individuelles de survie de l'animal qui les exhibe.
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (1m45s)

Sur les traces... Lucius Columelle : la mise en valeur des terres

Au 1er siècle, Columelle, ancien légionnaire romain, publie un ouvrage d'agronomie intitulé De l'agriculture. Il dénonce l'idée couramment répandue de l'épuisement de la terre par les cultures et donc du principe du temps de repos des sols. Selon lui, il suffit de restituer les débris végétaux au sol et de les mélanger à la terre pour assurer de bonnes récoltes...  
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (2m23s)

Sur les traces... Antoine Parmentier : la pomme de terre

En 1771, Antoine Parmentier répond à un concours lancé par l'Académie de Besançon qui doit permettre de trouver un nouveau végétal à utiliser en période de disette. Parmentier remporte le concours en suggérant de fabriquer du pain à base de pommes de terre. Pour faire accepter l'idée que la pomme de terre est consommable par l'homme, Parmentier doit se battre de nombreuses années contre les préjugés...  
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (2m12s)

Sur les traces... Henri Duhamel de Monceau : l'épidémiologie végétale

En 1722, un botaniste confie au jeune Henri Duhamel de Monceau le soin d'enrayer la maladie de « la mort du safran ». Il se lance alors dans des travaux expérimentaux et observe la présence d'une plante parasite. Pour prouver son hypothèse, il réalise plusieurs expériences et devient ainsi un des précurseurs de l'épidémiologie végétale et jette les bases de l'agronomie moderne.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte