Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 298
Label UNT Documentaires

le (51m53s)

Faits comme des rats ? - Grand Prix du FFUP

Faits comme des ratsDocumentaire de 52 minutes qui présente l'expérience des rats plongeurs, mise en œuvre par Didier DESOR (Nancy-Université )L'expérience des rats plongeurs fascine parce qu'elle nous renvoie à notre comportement et nous interpelle.Pourquoi certains rats plongent-ils pour aller chercher leur nourriture alors que d'autres se contentent de la leur "voler" ?Par quoi sont déterminés les rôles ?Peut-on étendre cette observation au genre humain ?Et moi, dans tout ça, de quel côté serais-je ???Les expériences complémentaires et la modélisation apportent-elles des réponses ?Générique :Réalisateur : Philippe ThomineChef de projets : Jacqueline RiesMusique : Jean PoinsignonChef opérateur : Bruno Soupart ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (51m53s)

Faits comme des rats ? - Grand Prix du FFUP

Documentaire qui présente l'expérience des rats plongeurs, mise en œuvre par Didier DESOR (Nancy-Université )L'expérience des rats plongeurs fascine parce qu'elle nous renvoie à notre comportement et nous interpelle.Pourquoi certains rats plongent-ils pour aller chercher leur nourriture alors que d'autres se contentent de la leur "voler" ?Par quoi sont déterminés les rôles ?Peut-on étendre cette observation au genre humain ?Et moi, dans tout ça, de quel côté serais-je ???Les expériences complémentaires et la modélisation apportent-elles des réponses ?Générique :Réalisateur : Philippe ThomineChef de projets : Jacqueline RiesMusique : Jean PoinsignonChef opérateur : Bruno SoupartIngénieur du son : Christian LamalleMonteur : ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (21m13s)

Entretien avec Pablo Fendrik (Rencontres 2009)

Pablo Fendrik, cinéaste argentin, vient cette année avec deux films de fiction, "El asaltante" (l'Assaillant) et "La sangre brota" (Sang impur). Il fait un cinéma qui cherche à provoquer des réactions chez son public, un cinéma qui refuse la passivité et l’abêtissement des médias. Dans son pays, la place des œuvres nationales est très réduite, et ses films, qui ont eu grand succès à l’étranger, n’ont pas encore été vus chez lui. Entretien réalisé dans le cadre des 21ème Rencontres Cinémas d'Amérique latine de Toulouse.Transcription et traduction de Nina Elisabeth et Brice Wittmann.
Voir la vidéo
Entretiens

le (24m46s)

Entretien avec Maria Isabel Ospina (Rencontres 2009)

María Isabel Ospina a réalisé un documentaire, "Y estarán todos" (Il y aura tout le monde), sur sa famille et sa ville d’origine, Cali, en Colombie. Ce film la fait revenir sur les circonstances sociopolitiques de l’éclatement du groupe familial à la suite de la ruine économique de toute une classe sociale, la petite bourgeoisie d’origine modeste, conséquence de la guerre contre les cartels de la drogue. Entretien réalisé dans le cadre des 21ème Rencontres Cinémas d'Amérique latine de Toulouse Traduction et transcription réalisées par Valérian Guilley et Lise Decaunes.
Voir la vidéo
Documentaires

le (37m6s)

Hommes, femmes, sortir des stéréotypes

Ce documentaire donne la parole à des chercheurs de différentes disciplines, à des artistes, à des citoyens.Ce faisant, il remet en cause nos certitudes.Pour prendre un exemple : allez, c'est clair, les femmes sont plus bavardes, plus sociales et les hommes plus taciturnes, mais plus courageux et plus agressifs !Et puis meilleurs en sciences face aux femmes plus littéraires…Et si tout cela était une invention ? Une invention des hommes et des femmes justement, qui prend corps et se réalise, puisque tout le monde y croit.
Voir la vidéo
Témoignages

le (9m0s)

Tanner par Tanner : une leçon de cinéma (1/6)

Partie 1 : Introduction par Pierre Maillard"Le désir est une nécessité absolue pour faire du cinéma. Ce métier demande du temps, de la patience, de l'énergie. Sans un désir très fort, les choses partent en quenouille. Il faut, pour travailler le cinéma, être travaillé par lui. Il ne faut pas vouloir faire des films, mais faire du cinéma, ce qui est très différent. Ce désir doit être comme un poing fermé, qu'on laisse au fond de sa poche pendant le travail du film. (...) Je sais parfaitement pourquoi on rate un film, ou une partie de film, ça m'est arrivé, ...
Voir la vidéo
Témoignages

le (19m52s)

Tanner par Tanner : une leçon de cinéma (2/6)

Partie 2 : Le métier de réalisateur, le groupe des 5, mon premier travelling, La Salamandre"Le désir est une nécessité absolue pour faire du cinéma. Ce métier demande du temps, de la patience, de l'énergie. Sans un désir très fort, les choses partent en quenouille. Il faut, pour travailler le cinéma, être travaillé par lui. Il ne faut pas vouloir faire des films, mais faire du cinéma, ce qui est très différent. Ce désir doit être comme un poing fermé, qu'on laisse au fond de sa poche pendant le travail du film. (...) Je sais parfaitement pourquoi on rate un ...
Voir la vidéo
Témoignages

le (17m21s)

Tanner par Tanner : une leçon de cinéma (3/6)

Partie 3 : Avoir un bon réseau, les deux marchés, le choc du néoréalisme, quitter la Suisse"Le désir est une nécessité absolue pour faire du cinéma. Ce métier demande du temps, de la patience, de l'énergie. Sans un désir très fort, les choses partent en quenouille. Il faut, pour travailler le cinéma, être travaillé par lui. Il ne faut pas vouloir faire des films, mais faire du cinéma, ce qui est très différent. Ce désir doit être comme un poing fermé, qu'on laisse au fond de sa poche pendant le travail du film. (...) Je sais parfaitement pourquoi on rate ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte