Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 289
Autres

le (1m21s)

Giordano Bruno. "Le banquet des cendres" (1584) : À celui qui n'est pas content, exergue [Lecture] / Michel Segonzac

Giordano Bruno. "Le banquet des cendres" (1584) : À celui qui n'est pas content, exergue [Lecture] / Michel Segonzac. In "Journées Giordano Bruno", organisées par l'Université de Toulouse en partenariat avec le Muséum de Toulouse, l’Institut Universitaire de France et Il Laboratorio de l'Université Toulouse Jean-Jaurès-campus Mirail, sous l'égide du Consulat Général d'Italie et avec le soutien de l'Institut culturel italien de Marseille. Toulouse, 9-11 octobre 2014. Session I : Giordano Bruno, figure de l'errance, 9 octobre 2014.Lecture de l'exergue du Banquet des Cendres, ...
Voir la vidéo
Autres

le (49s)

Giordano Bruno : phrases prononcées pendant son procès [Lecture] / Michel Segonzac

Giordano Bruno : phrases prononcées pendant son procès [Lecture] / Michel Segonzac. In "Journées Giordano Bruno", organisées par l'Université de Toulouse en partenariat avec le Muséum de Toulouse, l’Institut Universitaire de France et Il Laboratorio de l'Université Toulouse Jean-Jaurès-campus Mirail, sous l'égide du Consulat Général d'Italie et avec le soutien de l'Institut culturel italien de Marseille. Toulouse, 9-11 octobre 2014. Session III : Giordano Bruno et la science, 11 octobre 2014.Extraits de Giordano Bruno, Œuvres complètes, Documents I Le procès, Paris, Éditions Les Belles Lettres, 2000.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h45m39s)

De l'art à l'écran, et retour

L’histoire de la relation de l’art à l’image en mouvement n’est certes pas terminée, mais plus de cent ans après la naissance du cinéma, le rapport s’est pour une part inversé : les galeries sont désormais truffées d’écrans, grands ou petits. Pour n’être plus argentique, du moins dans la plupart des cas, ces écrans empruntent au moins autant au cinéma que ce que celui-ci autrefois emprunta (et continue d’emprunter) à l’art. Entre-temps l’art et le cinéma n’ont cessé de « s’entreportraiturer ».
Voir la vidéo
Vidéocours

le (54m37s)

La science pense-t-elle ?

Lorsque Heideger écrit en 1954 : " La science ne pense pas ", il parle en tant que métaphysicien. Sortie de son contexte, cette formule a connu la postérité et est alors devenue très provocatrice. Mais elle peut servir de point de départ à un débat sans concession sur les rapports entre science et philosophie, science et société, science et éthique. On verra que si la science ne pense pas, les scientifiques -ici des physiciens- pensent et prennent position aussi bien sur l'histoire de la philosophie que sur le rôle joué par le scientifique dans l'histoire contemporaine ou encore le ...
Voir la vidéo
Vidéocours

le (51m47s)

Les sciences de l'esprit

Que signifie percevoir, reconnaître un visage, manier le langage, être conscient, penser, ressentir une émotion ? Ces interrogations autrefois littéraires et philosophiques sont devenues récemment scientifiques. Les très jeunes sciences cognitives explorent aujourd'hui, méthodiquement, le territoire de l'esprit. Ce faisant, n'ont-elles pas déjà commencé à renouveler les débats au sein même de la philosophie ? Ne proposent-elles pas des bases nouvelles pour les sciences humaines ? Et, plus généralement, ne remettent-elles pas profondément en cause, l'idée que nous nous faisons de notre activité mentale ?GénériqueA venir
Voir la vidéo
Conférences

le (55m12s)

Regards français sur la peinture espagnole à l'époque de Georges Bizet / Jean Nayrolles

Regards français sur la peinture espagnole à l'époque de Georges Bizet / Jean Nayrolles, in "Carmen. Construction(s) de la culture espagnole dans la France du XIXe siècle", journée d'étude organisée par l'Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues (IRPALL) de l'Université Toulouse Jean Jaurès dans le cadre d'un partenariat avec le Théâtre du Capitole, sous la responsabilité et la coordination de Michel Lehmann et Christine Calvet. Université Toulouse Jean Jaurès, Théâtre du Capitole, 22 mars 2018.Monument de l’art lyrique, opus maximum, icône d’Espagne, la Carmen de Bizet est bien de son temps, mais en est-elle le témoin ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h37m0s)

Sommes-nous seuls dans la galaxie ?

Conférence du mardi 7 juin 2005 par Nicolas Prantzos. LE PARADOXE DE FERMI - " Où sont-ils ? " Depuis Galilée, la science moderne n'a cessé de "provincialiser" notre place dans l'Univers, remplaçant progressivement l'anthropocentrisme initial par une confiance quasi-illimitée au principe copernicien : notre position spatio-temporelle n'a rien d'exceptionnel. Cependant, jusqu'à présent, l'observation astronomique ne nous a rien apporté sur les formes de vie qui pourraient peupler l'Univers et encore moins sur l'existence d'éventuelles formes de vie intelligentes ou de civilisations technologiquement avancées... Il existe un fait d'observation, dont l'importance se mesure difficilement : ...
Voir la vidéo
Conférences

le (40m56s)

Le Premier Homme : comment vivre sans Dieu ?

Dans Le Premier Homme, Camus annonçait l’ouverture d’un troisième volet de son œuvre : le cycle de l’amour, après ceux de l’absurde et de la révolte. Le Premier Homme se constitue ainsi comme une nouvelle Genèse. Jacques Cormery, nouvel Adam, a cette particularité de s’avancer dans un univers sans créateur. Si Camus se déclarait d’une incroyance « passionnée », on est frappé pourtant par la perpétuelle résurgence de la question de Dieu, grand absent-présent du Premier Homme. La structure du manuscrit inachevé conduit Jacques Cormery à accepter la dérobade et l’oubli de l’origine, avant un ressourcement dans l’évocation de l’enfance.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte