Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 5468
Label UNT Documentaires

le (14m10s)

Le grand radiotélescope de Nançay

Présentation des principes de la radioastronomie et, parmi tous les équipements de l'Observatoire de Nançay, du grand radiotélescope. - Les principes de la réception des ondes radio venant de l'espace par des radiotélescopes simples ou assemblés en interféromètres. - Le grand radiotélescope, formé de deux immenses réflecteurs - le réflecteur plan, mobile, et le miroir sphérique - et d'antennes collectrices, au foyer de ce miroir : description du fonctionnement, des dimensions, de la structure de grille des réflecteurs...GénériqueRéalisateur : Eric Duvivier Auteur scientifique : Jean Heidmann (Observatoire de Paris, Meudon). Production : CNRS et Sciencefilm Diffuseur : CNRS Images. www.cnrs.fr/cnrs-images/
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (17m59s)

La jeunesse des atomes froids (2006)

À l'occasion de l'inauguration de l'Institut Francilien des Atomes Froids (IFRAF), qui regroupe, sous la responsabilité de Michèle Leduc, six laboratoires d'Ile-de-France, organisés en réseau, spécialisés dans la manipulation des atomes froids, de jeunes chercheurs évoquent les principales expériences en cours dans leurs équipes. Celles-ci sont menées dans la continuité des découvertes de Claude Cohen-Tannoudji, Prix Nobel de physique, depuis les premiers condensats de Bose-Einstein obtenus en 1995 jusqu'aux développements les plus récents. Les six laboratoires sont : Le Laboratoire Kastler-Brossel (LKB). Le Laboratoire Charles Fabry de l'Institut d'Optique (LCFIO). Le Laboratoire des systèmes de référence temps-espace (SYRTE). Le Laboratoire ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (7m5s)

Le miroir dans la cloche

Les miroirs des grands télescopes sont périodiquement démontés pour des travaux d'entretien. Cette opération a lieu tous les 18 mois pour le télescope principal de l'Observatoire de Haute Provence. Le miroir primaire mesure deux mètres de diamètre et pèse 1,2 tonnes. Les techniciens le démontent. Le miroir est ensuite nettoyé avec un mélange d'eau et de détergent. Le revêtement d'aluminium est enlevé à la soude caustique, puis a lieu un dégraissage à l'acide nitrique. Dans une cloche à vide, un nouveau revêtement d'aluminium est déposé par vaporisation d'un filament. Finalement le miroir est remonté et le télescope peut reprendre son ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (9m26s)

Les neutrinos de Chooz (1995)

Yves Declais, physicien à l'IN2P3, décrit une expérience dont le but est de déterminer si le neutrino a une masse. Un détecteur de neutrinos est en cours de construction dans l'ancienne centrale nucléaire de Chooz (Ardennes), définitivement arrêtée. Les neutrinos seront émis par les réacteurs d'une nouvelle centrale située à proximité, qui fonctionnera à partir de 1996. Le film montre essentiellement le montage du détecteur qui est une sphère acrylique de 1,8 m de diamètre. Il possède des scintillateurs qui émettent des flashes de lumière lorsqu'ils sont frappés par les neutrinos. Ces flashes sont transformés en impulsions électriques par 192 ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (11m10s)

Odeillo, le soleil apprivoisé (2002)

Le four solaire d'Odeillo (Pyrénées Orientales) est le plus puissant appareil de ce type construit à ce jour (1 000 kW) et sert de référence en la matière. Il dépend de l'Institut de science et de génie des matériaux et procédés (IMP) du CNRS. La lumière solaire est captée par un champ de 63 miroirs plans appelés héliostats, mobiles sur deux axes de façon à pouvoir suivre la course du soleil. Les rayons solaires sont réfléchis sur un grand miroir parabolique (hauteur : 40 m, largeur : 54 m) et sont concentrés dans la tour foyer de 20 m de ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (21m49s)

Le proton nous enterrera tous

Des physiciens des particules du CNRS et du CEA, en collaboration avec des laboratoires de recherche allemands, tentent une expérience dans le but d'observer la désintégration naturelle d'un proton, auquel est attribué une durée de vie moyenne de 1032 années, durée absolument gigantesque. Cet événement, s'il se produisait, renforcerait les théories de l'unification des forces. Au laboratoire souterrain de Modane, les équipes fabriquent un appareillage constitué de couches de plaques de fer (riches en protons peu chers) alternant avec des détecteurs (compteurs Geiger, montés au Laboratoire de l'Accélérateur Linéaire d'Orsay, et chambres à plasma, fabriquées dans les ateliers du Centre ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (18m16s)

Thémistocle (1990)

Parmi les signaux que nous envoie l'espace sous forme de photons, les rayons gammas, venant des profondeurs de l'univers, sont les plus énergétiques. Ce film explique à l'aide d'animations l'origine des gammas cosmiques et le principe de leur détection, et présente l'expérience Thémistocle qui utilise des réseaux de détecteurs optiques au sol pour repérer des sources de rayons gammas. Lors de son entrée dans l'atmosphère, une particule cosmique est multipliée et forme une gerbe de particules secondaires d'énergies plus faibles. Le fait que les gammas arrivent d'une direction fixe dans l'espace permet de les identifier comme tels. Dans les Pyrénées, ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h9m15s)

Number-theoretic methods in quantum computing

An important problem in quantum computing is the so-called approximate synthesis problem: to find a quantum circuit, preferably as short as possible, that approximates a given unitary operator up to given epsilon. Moreover, the solution should be computed by an efficient algorithm. For nearly two decades, the standard solution to this problem was the Solovay-Kitaev algorithm, which is based on geometric ideas. This algorithm produces circuits of size O(log^c(1/epsilon)), where c is approximately 3.97. It was a long-standing open problem whether this exponent ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (29m18s)

Les cyclotronistes du Collège

Le 1er cyclotron français, construit au Laboratoire de chimie nucléaire du Collège de France, dirigé par Frédéric Joliot, commence tant bien que mal à fonctionner en 1938. Sa principale mission est de produire les radioéléments artificiels que demandent les chercheurs, parmi lesquels Irène Joliot-Curie. Modifié 20 ans plus tard, il permettra d'étudier les réactions nucléaires. Le fonctionnement de cet accélérateur de particules ionisées repose sur une équipe technique. Les témoignages de ces cyclotronistes, anciens collaborateurs des Joliot, remontent pour certains, à la période de l'Occupation. Tous se remémorent cette époque des débuts de la Big Science, qui fut aussi celle ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte