Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 5587
Clip pédagogique

le (3m58s)

Mais tout a une fin

Même si l'on peut conserver, au plan académique, la date de 1492, la rupture décisive qui marque la fin du Moyen Âge se produit entre 1680 et 1780, période qui correspond à un vaste changement d'échelle provoqué par deux révolutions, l'une scientifique, l'autre industrielle, dont les effets se font véritablement sentir à partir du début du 19e siècle.Cette vidéo est issue du MOOC "Découper le temps : les périodes de l'histoire".
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (7m53s)

La "Renaissance" carolingienne

Fondé sur une alliance entre le pape et la dynastie des Pépinides, et sur la série de conquêtes menées par Charlemagne à la fin du 8e siècle, l'empire carolingien promeut une renaissance culturelle et administrative, mais disparaît dès le 9e siècle, sous l'effet de violents conflits entre les différents héritiers de l'empereur. De courte durée, l'empire carolingien instaure cependant une forme nouvelle de structuration politique, la vassalité.Cette vidéo est issue du MOOC "Découper le temps : les périodes de l'histoire".
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (8m45s)

La révolution féodale

À partir du 11e siècle l'ensemble de l'Occident chrétien est structuré par l'institution féodale. À la tête de la société, une aristocratie militaire, unie par la vassalité, exerce à partir de châteaux son “dominium” sur les paysans, désormais regroupés dans des villages polarisés autour du château et de l'église. On observe alors une formidable croissance, non seulement à la campagne, mais également dans les villes, qui connaissent elles aussi un renouveau à la fois économique et politique.Cette vidéo est issue du MOOC "Découper le temps : les périodes de l'histoire".
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (11m19s)

Le Moyen Âge : une civilisation médiévale?

En parallèle aux transformations sociales et économiques provoquées par l'institution du système féodal, on observe une mutation profonde de la culture et de la religion qui va à son tour entraîner la renaissance de l'État. La réforme grégorienne instaure à partir du 11e siècle une stricte séparation entre clercs et laïcs et renforce le pouvoir du pape, lequel s'appuie sur une profonde rénovation de la culture et de l'éducation. Cette rénovation profite dans un second temps à des États nouveaux, royaumes et cités, dont la guerre, parce qu'elle entraîne et justifie un prélèvement fiscal important, constitue le principal moteur.Cette vidéo ...
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (5m22s)

Le Moyen Âge n'est jamais fini (partie 1)

Pour trouver une fin au Moyen Âge, il faudrait identifier une rupture. Cette rupture ne peut pas être trouvé dans les guerres car elles n’ont pas cessé en Europe. Elles permettent de légitimer la demande fiscale et de développer l’Etat. Si, la fiscalité génére de nombreuses révoltes, le développement de l’Etat permet le développement des institutions représentatives.Cette vidéo est issue du MOOC "Découper le temps : les périodes de l'histoire".
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (9m5s)

Le Moyen Âge n'est jamais fini (partie 2)

À partir du 13e siècle, on observe d'une part une diffusion de la culture parmi les laïcs, avec d'une part l'émergence d'une littérature vernaculaire et d'autre part une révolution de l'image liée à la nécessité de représenter le mystère de la présence du Christ, qui entraîne un développement continu du naturalisme. Là aussi, il est difficile d'identifier une rupture avant le 19e siècle.Cette vidéo est issue du MOOC "Découper le temps : les périodes de l'histoire".
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (8m15s)

La renaissance en question

Depuis longtemps, la pertinence du terme de Renaissance, pour désigner la période des 15e-16e siècle en Europe, est discutée. Trois types de remise en cause ont été adressés à cette idée de Renaissance. Les médiévistes invitent à minimiser son importance au vu des ruptures déjà opérées au Moyen Âge. Pour certains anthropologues, cette notion de Renaissance serait bien trop européo-centrée. Enfin, la force même de l’Italie dans la dynamique de la Renaissance a été nuancée.Cette vidéo est issue du MOOC "Découper le temps : les périodes de l'histoire".
Voir la vidéo
Clip pédagogique

le (11m47s)

L’âge classique entre crises et révolutions

Le 17e siècle n’a pas de dénomination caractéristique, à l’inverse du 16e siècle, ou du 18e siècle et de ses lumières. Le 17e siècle est tout autant celui durant lequel émerge une pensée et un art classiques, que celui traversé par des crises et des révolutions. L’étendu du règne de Louis XIV, enfin, a participé à rapprocher, dans les consciences, le 17e siècle de la figure de ce roi.Cette vidéo est issue du MOOC "Découper le temps : les périodes de l'histoire".
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte