Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 533
Label UNT Documentaires

le (1m39s)

L'hydre à deux bouches

A ranger au rang des curiosités de la nature, cette hydre verte possède deux orifices buccaux. Chose rare sans doute mais pas inexplicable. En effet, le haut pouvoir bourgeonnant et régénérateur des tissus de l'hydre est connu depuis longtemps et on peut imaginer qu'une blessure ou une coupure aie pu endommager la région orale en provoquant une scission de part et d'autre de laquelle la bouche se soit dupliquée.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (3m25s)

Hydres verte et brune, les cnidocystes

Les cellules urticantes des coelenthérés sont bien présentes chez les hydres d'eau douce. Elles sont portées par les tentacules et regroupées en boutons urticans. Les cnidocystes apparaissent comme des cellules de grande dimension et hautement spécialisées. Ils portent un cnidocil sensoriel. Ils contiennent un liquide urticant et un tube enroulé dans le cytoplasme, terminé par une pointe épineuse. Ces structures ne peuvent être discernables qu'à un plus fort grossissement. Une fois stimulé par une proie, le cnidocil sensoriel déclenche la dévagination soudaine du tube enroulé terminé par la pointe épineuse en forme de harpon. Ainsi, la proie est "harponnée" par ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m1s)

Hydre verte, le bourgeonnement

La reproduction asexuée consiste en une excroissance qui prend forme dans le dernier tiers du corps de l'hydre, près du pied. Elle est constituée des deux tissus fondamentaux de l'hydre, l'épiderme et l'endoderme. Le bourgeon apparaît comme une hernie de la paroi, largement ouverte dans la cavité gastrique. L'allongement du bourgeon fait apparaître les ébauches des tentacules ainsi que l'hypostome où s'ouvrira la bouche. Le bourgeon devient une petite hydre. La bouche s'ouvre entourée d'une couronne de tentacules.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (3m27s)

Hydre verte, l'ovaire

'hydre verte est hermaphrodite. Les ovaires se forment dans le tiers médian du corps de l'hydre, sous la zone des ampoules testiculaires. L'ovaire commence par un épaississement de la couche intermédiaire anhyste ou mésoglée, entre l'épiderme et l'endoderme. La mésoglée est peuplée de cellules "interstitielles" qui prolifèrent puis s'aggrègent pour former un épaississement à l'origine de l'ovaire. Les cellules interstitielles deviennent nourricières et se condensent. L'une d'entre elles absorbe le cytoplasme des autres et croît considérablement pour devenir l'ovocyte. A mesure que l'ovocyte en croissance absorbe les cellules nourricières, il devient sphérique. L'ovocyte, devenu sphérique, est entouré de l'épithélium épidermique ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m27s)

Hydre brune et verte, la larve planula

Le développement embryonnaire des hydres d'eau douce commence au contact du corps de l'hydre mère. Puis, l'embryon se détache et commence à mener une vie libre. C'est le stade de la larve "planula", sorte d'yhdre miniature sans bouche ni tentacule. On commence à discerner les cellulesurticantes ou cnidocystes. Comme l'hydre adulte, la larve planula est constituée des deux feuillets fondamentaux des organismes diblastiques, l'ectoderme et l'endoderme.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (3m9s)

Hydre verte, le développement précoce

L'ovocyte prêt à être fécondé se dégage de son enveloppe èpidermique et reste "collé" fortement au niveau de la cupule épidermique. La fécondation déclenche le développement embryonnaire qui débute par la période de clivage. Les spermatozoïdes contenus dans les ampoules testiculaires assurent la fécondation de l'ovocyte. Les stades de clivage se succèdent.L'embryon reste accolé à la cupule épidermique. Au centre de l'embryon, apparaît une cavité discrète, le blastocoele. A la fin de la période de clivage, l'embryon est une blastula. Des centaines de cellules forment l'embryon. l'embryon est prêt à se détacher pour évoluer en larve planula.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (3m36s)

Hydre verte, le retournement

Comme l'hydre brune, l'hydre verte est capable de se déplacer en se retournant de la tête au pied. (sur cet exemple, l'hydre est bourgeonnante). Dans un premier temps, l'hydre bascule la bouche et les tentacules vers le substrat. Elle adhère au substrat par la bouche et les tentacules. Elle détache son pied et contracte la colonne gastrique qui passe à la verticale dans le champs d'observation. Le pied est reposé plus loin et la tête se relève. Ainsi se déplacent les hydres d'eau douce selon Abraham Trembley, qui l'observa pour la reière fois en 1744(Mémoire pour servir à l'histoire d'un ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m36s)

Brachionus et sa progéniture, un rotifère abondant

Chez les rotifères, la famille des brachionidae représente une large part du peuple des mares et Brachionus le plus répandu. Ils possèdent fréquemment une lorica aplatie en forme de bouclier avec des ornementations épineuses. Comme tous les rotifères, Brachionus est doté d'un mastax. Celui-ci est volumineux. Brachionus bidentatus s'accroche souvent au substrat à l'aide de son pied garni de glandes adhésives. Il porte un ou deux oeufs ou embryons en développement à la base du pied. En fin de morphogénèse, le jeune Brachionus éclos et on distingue l'enveloppe vide restée accrochée à l'organisme maternel.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte