Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 529
Label UNT Documentaires

le (1m47s)

Oscillatoria, une cyanobactérie filamenteuse

Les Cyanobactéries sont des procaryotes. Elles ne possèdent pas de systèmes cloisonnés par des membranes (compartimentation). En particulier, de même que toutes les bactéries, elles ne possèdent pas de noyau limité par une membrane nucléaire. Comme Spirulina ( voir : La cyanobactérie et la diatomée http://www.canal-u.tv/video/tele2sciences/la_cyanobacterie_et_la_diatomee.10640), Oscillatoria est animé de mouvements lents et amples plus ou moins oscillatoires, d'où son nom.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m47s)

Carchesium, le pédoncule de la vorticelle

Abondantes dans les eaux douces stagnantes, les vorticelles vivent normalement attachées à un substrat soit inerte soit vivant selon les espèces. Les Carchesium sont des vorticelles coloniales dont chaque individu est relié au substrat par un pédoncule contractile. La contraction est extrêmement rapide ( de l'ordre d'une dizaine de millisecondes ) et la décontraction peut prendre plusieurs secondes. La contractilité est assurée par une structure filamenteuse qui sous tend le pédoncule :  le spasmonème. Ce dernier est formé par la coalescence de myonèmes provenant du corps cellulaire. Le spasmonème apparaît comme une fibre réfringente dans la gaine hyaloplasmique.   Sa forme ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (1m27s)

Epistilys, vorticellidae commensal

Ce vorticellidae en forme d'urne allongée vit en colonies fixées sur les copépodes (epizoitic) peut former des colonies de plusieurs dizaines à plusieurs centaines d'individus. Morphologiquement proches des vorticelles, Epistylis ne montre cependant pas de plasmonème contractile dans le pédoncule. Seul le corps cellulaire se contracte. Bien qu'Epistylis ne soit pas parasite des copépodes, les colonies peuvent prendre de grandes proportions et gêner les déplacements de l'hôte. Le commensalisme d'Epistylis semble résider dans l'avantage que procure un transporteur comme les copépodes pour augmenter les chances de traverser des milieux nutritifs.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m36s)

Stentor, le protozoaire " trompettomorphe"

En forme de trompette de héraut d'arme, le stentor est un protozoaire ciliè capable de se fixer sur les plantes aquatiques. Son extrémité antérieure forme un entonnoir aux bord couverts de cils qui, comme chez les vorticelles,  crée un vortex qui génère un flux vers la bouche, apportant les micro-organismes dont il se nourrit. Doué d'une grande faculté d'extension, le stentor prend alors cette forme de trompe utilisée au moyen-âge pour célébrer les faits d'arme. de nombreuses vacuoles digestives sont observables tout le long du corps.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m59s)

Stentor coeruleus, le stentor bleu

L'un des plus grands protozoaires d'eau douce puisque le stentor "bleu" peut mesurer jusqu'à 2 mm de long. La couleur bleu-cyan est dûe à l'accumulation de grains de pigment, la stentorine, dans le cytoplasme cortical. La charge en pigment détermine l'intensité de la couleur de l'animal.  Le stentor bleu est capable de fortes et rapides contractions. La décontraction, plus lente, permet à l'animal de s'insinuer dans le feutrage végétal de la mare. A l'état libre, il reste contracté et nage jusqu'à trouver un point de fixation. Tout en s'allongeant, le stentor reste fixé au substrat par son pied. 
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (1m42s)

Stentor pyriformis, le stentor vert

Possédant une forte propension à quitter son support et à nager en tous sens, Stentor pyriformis peut se trouver par millions d'individus sur les plantes aquatiques de nos mares stagnantes, comme ici sur les racines de lentilles d'eau, ou sur la paroi d'un aquarium. Ne présentant pas un allongement démesuré comme son cousin Stentor polymorphus, il garde cette forme de poire qui lui a donné son nom d'espèce. Son mode d'alimentation est le même et le courant d'eau est bien matérialisé sur cette séquence,  par le péridinien tournoyant dans la frange adorale.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (1m21s)

Stentor pyriformis, le stentor vert, pourquoi vert?

La couleur chlorophyllienne de Stentor pyriformis n'est pas un cas isolé. On la rencontre chez d'autres protozoaires et même chez  des hydres. De petites algues vertes unicellulaires symbiotiques en sont la cause. Celles-ci vivent en grand nombre dans le cytoplasme sans être apparemment digérées, quoique l'on lise ici et là qu'elles constitueraient une sorte de garde-manger pour l'animal qui pourrait ainsi en disposer à loisir. En tous cas, les zoochlorelles pratiquent la photosynthèse, et rejettent, pour l'animal, de l'oxygène et des sucres.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte