Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 524
Label UNT Documentaires

le (0s)

Rotaria macroceros, le rotifère au long tentacule

Cousin du genre Philodina, ce rotifère se caractérise par des yeux pairs rouges sombres proches de l'appareil rotateur. Le tentacule impair est particulièrement développé. Celui-ci explore l'environnement, notamment lorsque l'animal émerge du feutrage végétal. En même temps, l'appareil rotateur se déploie. En arrière des yeux, le mastax volumineux se remarque par ses mouvements de mastication.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (9m16s)

La grenouille rousse (Rana temporaria), pontes et têtards

Fin février début mars, les grenouilles rousses vont à l'eau pour pondre leurs oeufs. Les mares se remplissent alors de ces masses "gélatineuses" flottantes, dans lesquelles se développent les embryons. Sous la surface de l'eau, chaque gangue sphérique enveloppe un embryon fortement pigmenté. L'oeuf fécondé subit d'abord la période de clivage qui produit une blastula composéede plusieurs milliers de cellules. Viennent ensuite de nombreux remaniements cellulaires qui caractérisent la gastrulation. Une indentation ou sillon blastoporal creuse l'hémisphère inférieur ou hémisphère végétatif. A cet endroit, la pigmentation est absente. Par la suite, le corps de l'embryon se modèle.Le système nerveux est le ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h24m3s)

Le principe anthropique, science ou pas ? (IAP)

Conférence de l'Institut d'Astrophysique de Paris présentée par Suzy Collin (astrophysicienne à l'Observatoire de Paris-Meudon) et Christiane Vilain (historienne de la physique à l'Observatoire de Paris-Meudon) le 9 avril 2013.Depuis des décennies, une discussion agite le monde scientifique et plus particulièrement le monde astronomique. Pourquoi vivons-nous dans un Univers qui paraît organisé spécifiquement pour y engendrer la vie, avec un grand nombre de coïncidences sans lesquelles elle n'aurait pu se développer ? Si l'Univers n'avait pas vécu aussi longtemps, s'il avait été un peu plus ou un peu moins accéléré, ...
Voir la vidéo
Conférences

le (53m50s)

Quelques problèmes de l'eau au XXIe siècle

www.agreenium.orgSéminaire résidentiel de l’Ecole Internationale de Recherche Agreenium (EIR-A), Bordeaux Sciences Agro, 24-29 mars 2013 Les ressources en eau ne semblent plus répondre aujourd’hui aux besoins de la population mondiale. Les raisons de cette « crise de l’eau » sont nombreuses : augmentation de la population, changement des habitudes alimentaires, changements climatiques….Mais quel est l’impact de cette crise sur la société et l’écosystème ? quels sont les enjeux de la gestion de l’eau? Et quelles sont les mesures prises pour y remédier ? Différents acteurs, professionnels ou chercheurs, ...
Voir la vidéo
Conférences

le (17m49s)

Journées EMOIS Nancy 2013 : Apport d’une démarche d’assurance qualité de la production de l’information médicalisée pour l’enregistrement et le codage des mort-nés par le PMSI, dans les sites de naissances de l’APHP (projet NEMOSI).

... NEMOSI).Auteur (s) : Annie SERFATY (AP-HP, Hôpitaux Universitaires Est Parisien, Département de l’Information Médicale, Armand Trousseau-La Roche Guyon, Rothschild, Paris, France ; Inserm, U953, UMR S 953, UPMC, Unité de recherche épidémiologique en santé...
Voir la vidéo
Conférences

le (53m57s)

USING GENERAL RELATIVITY TO STUDY CONDENSED MATTER

It has recently been shown that in addition to describing black holes, gravitational waves, and other gravitational phenomena, general relativity can also describe aspects of nongravitational physics including condensed matter. This is a result of a remarkable gauge/gravity duality that has emerged from string theory. I will explain this surprising development and illustrate it by showing how general relativity can reproduce aspects of superconductivity. It can even reproduce novel aspects of the mysterious high temperature superconductors.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h43m58s)

Darwin et Herschel : La science entre la Terre et les étoiles (IAP)

Conférence de l'Institut d'Astrophysique de Paris présentée par Pascal Picq (paléoanthropologue, maître de conférence au Collège de France) le 5 mars 2013.Le jeune Charles Darwin rencontre le célèbre astronome John Herschel au Cap, en Afrique du Sud, le 3 juin 1836 alors que son long voyage d'exploration sur le HMS Beagle arrive à son terme. Le naturaliste des mers du sud rencontre l'astronome qui construit une carte du ciel depuis l'hémisphère sud. Deux ans plus tard, en 1838, deux lectures influencent la genèse de la théorie darwinienne de ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (10m15s)

La limnée, développement embryonnaire

D'un naturel prolifique, la limnée se reproduit rapidement. Chaque ponte, de 30 à 40 oeufs,se développe en 15 à 20 jours selon la température ambiante. Hermaphrodites, les limnées s'accouplent soit mâle, soit femelle alternativement. Le mâle s'accroche par son pied dans la cavité palléale de  la femelle. Sous forme d'un cordon collant, la ponte  a lieu sur les herbes aquatiques ou sur les parois d'aquarium, voire sur les autres individus selon la densité des populations. Chaque ponte renferme entre 30 et 50 oeufs d'une centaine de microns, enveloppés d'une large coque ovale d'un millimètre de longueur, remplie de réserves protéiques ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h25m6s)

La découverte du boson de Higgs au Cern (IAP)

Conférence de l'Institut d'Astrophysique de Paris présentée par Bruno Mansoulié (ingénieur au Service de Physique des Particules du CEA) le 5 février 2013. En 2012 les grandes expériences du Cern auprès de l'accélérateur LHC ont annoncé la découverte d'un nouvelle particule, correspondant à ce qu'on attend du boson de Higgs. Je décrirai le rôle essentiel du "Higgs" dans la compréhension microscopique de la matière, et les grandes lignes de cette découverte. La conférence tentera aussi d'évoquer brièvement le lien (et les tensions) entre physique des particules élémentaires et cosmologie, en relation avec le boson de ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h2m15s)

LOCALISATION D'ANDERSON D'ATOMES ULTRA-FROIDS DANS UN POTENTIEL LUMINEUX DÉSORDONNÉ

La localisation d'Anderson est un phénomène quantique imaginé par Phillip Anderson il y a plus de 50 ans pour comprendre le comportements surprenant de certains matériaux désordonnés à basse température. En physique de la matière condensée, on n'a que des indications indirectes de la validité de ce modèle. En revanche, en plaçant des atomes ultra-froids dans un potentiel lumineux désordonné (champ de tavelures laser), il a été possible d'observer directement et d'étudier le phénomène, ainsi que son précurseur, la rétrodiffusion cohérente (encore appelé localisation ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte