Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 524
Label UNT Documentaires

le (2m41s)

La limnée, escargot d'eau, la radula

Gasteropode pulmoné d'eau douce, la limnée se déplace par reptation sur la sole pédieuse, comme les escargots terrestres. La tête porte la bouche ventrale d'où sort périodiquement, la radula, organe chitineux qui fonctionne comme une râpe. Ainsi, comme l'escargot sur terre, à mesure que la limnée progresse, elle broute les plantes aquatiques et les algues, ainsi que les parois de l'aquarium.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m22s)

Laginophrys vaginicola, épizoïte des crustacés

Logé dans une lorica de 50 à 80 microns, elle-même collée sur la carapace des crustacés tels que les ostracodes, Laginophrys profite des déplacements de ces derniers pour se nourrir. La couronne ciliaire, par ses mouvements semblables à ceux d'une vorticelle, crée un flux qui apporte les particules alimentaires. En cas de stress, l'animal se rétracte précipitamment dans sa lorica, puis ressort lentement, déployant à nouveau sa couronne ciliaire.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (1m57s)

Herpetocypris reptans,crustacé ostracode

En fond noir, ce petit crustacé ostracode montre une carapace blanc nacré. Cette carapace est bivalve et ouverte ventralement d'où sortent les extrémités des appendices. Les mouvements de "balayage" de la cavité  par les appendices se voient par transparence. La pigmentation de l'oeil tranche sur l'opalescence bleuâtre de la carapace. Herpetocypris appartient au groupe des ostracodes marcheurs qui se déplacent dans le feutrage végétal de la mare.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m15s)

Euplotes, le cilié marcheur

Parmi les protozoaires ciliés, certains portent des cirres épais, aglomérats de cils, qui caractérisent les ciliés hypotriches. C'est le cas d'Euplotes. Posé sur ses cirres ventraux "articulés", Euplotes les utilise pour se déplacer sur le substrat comme avec de "petites pattes". C'est particulièrement bien perceptible sur une vue de profil. Le cytostome, largement ouvert, est bordé d'une zone adorale riche en membranelles. De nombreuses vacuoles digestives pleines de microalgues vertes sont présentes.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m32s)

Stylonychia mytilus, cilié marcheur, cousin d'Euplotes

Garni de nombreux cirres comme Euplotes, Stylonychia marche sur ses cirres ventraux de manière saccadée. Morphologiquement, il se caractérise par la présence de 3 grands cirres postérieurs prohéminents. Le péristome, largement ouvert est bordé d'une ligne de membranelles, là aussi comme chez Euplotes. Les mouvements des membranelles créent un courant d'eau dirigé vers le péristome apportant les particules alimentaires, principalement des microalgues vertes. Finalement, le cytoplasme est rempli de vésicules digestives chargées de ces microalgues vertes.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m30s)

Litonotus fasciola, prédateur à toxicystes

Prédateur redoutable, Litonotus chasse les petits ciliés grâce à des organites superficiels toxiques qu'il projette sur ses proies: les toxicystes. Ceux-ci sont localisés près du cytostome, lequel est situé dans la courbure convexe de la région antérieure. Litonotus se divise par scissiparité. Le plan de division sépare deux moitiés antériere et postérieure. L'individu postérieur régénèrera la région antérieure convexe au moment de la séparation.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte