Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 518
Label UNT Documentaires

le (0s)

Rotaria macroceros, le rotifère au long tentacule

Cousin du genre Philodina, ce rotifère se caractérise par des yeux pairs rouges sombres proches de l'appareil rotateur. Le tentacule impair est particulièrement développé. Celui-ci explore l'environnement, notamment lorsque l'animal émerge du feutrage végétal. En même temps, l'appareil rotateur se déploie. En arrière des yeux, le mastax volumineux se remarque par ses mouvements de mastication.
Voir la vidéo
Label UNT Vidéocours

le (1m0s)

6- Dispersion de la lumière par un prisme

Maurice Françon, ancien professeur de Physique à la faculté des Sciences de Paris puis à l'Université Pierre et Marie Curie présente, dans ces vidéos, douze expériences d'optique.Vous découvrirez dans ces vidéos des expériences illustrant visuellement et expliquant des phénomènes variés : rélexion et réfraction de la lumière, dispersion de la lumière par un prisme, principe de l'holographie et de la microscopie par interférences en lumière polarisée, couleurs d'origine interférentielle des colibris.
Voir la vidéo
Label UNT Vidéocours

le (1m0s)

7- Dispersion de la lumière par un prisme : influence de l'indice

Maurice Françon, ancien professeur de Physique à la faculté des Sciences de Paris puis à l'Université Pierre et Marie Curie présente, dans ces vidéos, douze expériences d'optique.Vous découvrirez dans ces vidéos des expériences illustrant visuellement et expliquant des phénomènes variés : rélexion et réfraction de la lumière, dispersion de la lumière par un prisme, principe de l'holographie et de la microscopie par interférences en lumière polarisée, couleurs d'origine interférentielle des colibris.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (1m21s)

Stentor pyriformis, le stentor vert, pourquoi vert?

La couleur chlorophyllienne de Stentor pyriformis n'est pas un cas isolé. On la rencontre chez d'autres protozoaires et même chez  des hydres. De petites algues vertes unicellulaires symbiotiques en sont la cause. Celles-ci vivent en grand nombre dans le cytoplasme sans être apparemment digérées, quoique l'on lise ici et là qu'elles constitueraient une sorte de garde-manger pour l'animal qui pourrait ainsi en disposer à loisir. En tous cas, les zoochlorelles pratiquent la photosynthèse, et rejettent, pour l'animal, de l'oxygène et des sucres.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte