Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 518
Label UNT Documentaires

le (2m18s)

Actinosphaerium, un cousin d'Actinophrys

Dans la végétation de surface ou posés sur les feuilles en décomposition au fond de la mare, Actinospherium aeschorni fait partie de ces protozoaires à axopodes rayonnants comme Actinophrys sol : les héliozoaaires.Cependant, Le cytoplasme d'Actinosphaerium est séparé en deux parties, la couronne périphérique formée par les vacuoles et le cytoplasme profond qui renferme les noyaux. Car Actinosphaerium est polynucléé et les multiples noyaux se situent juste en dessous des vacuoles. Cet à cet endroit que naissent en grand nombre, les actinopodes rayonnants. Au total l'animal peut être de grande taille, jusqu'à 500 microns de diamètre.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m19s)

Hydra olygactis, l'hydre brune

L'hydre brune se rencontre dans les mares dormantes au même titre que l'hydre verte. Dépourvue de chlorelles synbiotiques, elle est plus difficile à discerner dans les prélèvements d'eau douce à cause de la transparence de ses tissus. L'hydre des eaux douces stagnantes fait partie des premiers animaux étudiés dès le XVIIIè siècle. Outre la longueur supérieure des tentacules, l'anatomie de l'hydre brune est semblable à celle de l'hydre verte.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m21s)

Le noyau moniliforme des ciliés

De nombreux protozoaires peuvent présenter plusieurs noyaux ou un noyau polylobé, dit moniliforme. Chez Stentor, l'observation en fond noir fait apparaître dans le plan de mise au point un noyau polylobé moniliforme, c'est à dire régulièrement et alternativement dilaté, ce qui le fait ressembler à un chapelet de perles ovales. Sur cette video, on en distingue quatre nettement visibles. Chez Spirostomum, comme chezStentor, l'observation en contraste de phase fait apparaître dans le plan de mise au point un noyau polylobé moniliforme. En histologie, sur un individu contracté et coloré, le chapelet polylobé du noyau moniliforme est mis en évidence. C'est ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m22s)

Laginophrys vaginicola, épizoïte des crustacés

Logé dans une lorica de 50 à 80 microns, elle-même collée sur la carapace des crustacés tels que les ostracodes, Laginophrys profite des déplacements de ces derniers pour se nourrir. La couronne ciliaire, par ses mouvements semblables à ceux d'une vorticelle, crée un flux qui apporte les particules alimentaires. En cas de stress, l'animal se rétracte précipitamment dans sa lorica, puis ressort lentement, déployant à nouveau sa couronne ciliaire.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m22s)

Euglena oxyura, protiste vert

Comme l'ensemble des euglèniens, Euglena oxyura renferme de nombreux chloroplastes qui lui donnent une couleur verte intense. Le cytoplasme peut renfermer plusieurs paramylons. A l'avant, la tache rouge représentel'organite photosensible qui informe l'euglène sur la direction de la lumière vers laquelle elle s'oriente. Enfin, tout à fait en avant, un flagelle tractant assure la locomotion de l'algue. Cette locomotion hélicoïdale est dûe à la forme de la cellule elle même hélicoïdale, qui imprime un mouvement tournant à la nage de l'algue.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m27s)

Hydre brune et verte, la larve planula

Le développement embryonnaire des hydres d'eau douce commence au contact du corps de l'hydre mère. Puis, l'embryon se détache et commence à mener une vie libre. C'est le stade de la larve "planula", sorte d'yhdre miniature sans bouche ni tentacule. On commence à discerner les cellulesurticantes ou cnidocystes. Comme l'hydre adulte, la larve planula est constituée des deux feuillets fondamentaux des organismes diblastiques, l'ectoderme et l'endoderme.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte