Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 524
Label UNT Documentaires

le (2m8s)

Cyclops, l'oeil nauplien

Dès le développement dans les sacs ovigères l'oeil médian de la larve nauplius se voitnettement grâce au pigment rouge de la rétine. Une fois éclos, les nauplii nagent dans le milieu attités par la lumière. L'oeil nauplien apparaît nettement en contraste de phase. L'observation en lumière polarisée renforce la couleur rouge de la rétine. Cette caractéristique est conservée chez le copépode adulte, Cyclops, dont est issue la larve nauplius.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m8s)

Stentor, la frange adorale

En pleine extention, le Stentor déploie une couronne ciliaire complexe qui entoure le péristome : la frange adorale. Constituées de cils aglomérés, les membranelles de la frange adorale forment un entonnoir et battent à une vitesse élevée. Une large couronne externe forme un tourbillon qui dirige les microalgues vertes et autres particules vers le péristome. Le flux généré par la frange adorale dirige les particules vers l'entrée du péristome.
Voir la vidéo
Label UNT Vidéocours

le (2m8s)

1- Phénomènes de réflexion et de réfraction de la lumière

Maurice Françon, ancien professeur de Physique à la faculté des Sciences de Paris puis à l'Université Pierre et Marie Curie présente, dans ces vidéos, douze expériences d'optique.Vous découvrirez dans ces vidéos des expériences illustrant visuellement et expliquant des phénomènes variés : rélexion et réfraction de la lumière, dispersion de la lumière par un prisme, principe de l'holographie et de la microscopie par interférences en lumière polarisée, couleurs d'origine interférentielle des colibris.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m10s)

Chaetogaster, un annélide oligochète aquatique

Dès la fin de l'hiver, alors que bactéries, petits ciliés et algues vertes prolifèrent dans les eaux stagnantes, de nombreux prédateurs se multiplient pour s'en nourrir. C'est le cas de ces vers oligochètes comme Chaetogaster qui vivent dans ces eaux riches. Ils se regroupent dans les feutrages végétaux d'où ils étendent leur tête prolongée par un prostomium et garnie d'une large bouche suivie par un pharynx puis un estomac musculeux. La transparence des tissus de l'animal laisse voir le contenu intestinal en digestion. En suivant le trajet de l'intestin, on remarque que le corps de l'animal subit des constrictions. Il ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m10s)

Chaetonotus, le gastrotriche

De la taille d'un petit protozoaire, les gastrotriches comme les rotifères, n'en sont pas moins des animaux pluricellulaire. Recouverts d'une cuticule ciliée, ils appartiennent à l'ensemble des cuticulates qui comprennent entre autre, les tardigrades et le grand groupe des arthropodes. Chaetonotus mesure environ 100 microns et présente des cils ventraux qui servent à la locomotion. Le dos est couvert d'écailles et d'épines 4 fois plus grandes dans la moitié postérieure. L'extrémité postérieure est fourchue. Le tube digestif montre antérieurement un pharynx musculeux dont on perçoit les contractions rapides sous forme d'un "éclair" blanc extrêmement fugace. La bouche, sous forme d'un ...
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m11s)

Bursaria, le "grandgousier"

Ce cilié de grandes dimensions (environ 1 mm de long) se présente sous forme d'une outre ouvetre par une large bouche ou vestibule. Par cette bouche, l'animal engouffre des proies volumineuses telles que des paramécies (notamment Paramecium bursaria), mais aussi des diatomée, dinoflagellés, etc., voire de petits rotifères. Le vestibule dirige les proies dans un large péristome. Couvert de cils et de membranelles, Bursaria nage de manière très mobile, ce qui augmente son aptitude à la capture de grandes proies.
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (2m12s)

Macrobiotus, le tardigrade

Les tardigrades, mélanges de caractères annélidiens et arthropodiens, appartiennent aux pararthropodes. Ils possèdent 4 paires de "pattes" qui rappellent les arthropodes. Leurs griffes déterminent le genre. Ici, il s'agit de Macrobiotus qui possède 2 griffes identiques à chaque patte. Ses griffes lui permettent de s'accrocher dans le feutrage des algues filamenteuses où il progresse lentement par des mouvements alternés de ses 8 pattes.L'observation en lumière polarisée met en évidence l'armature buccale avec les stylets et leurs supports.Deux yeux simples sont visibles de chaque côté dans la région antérieure.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte