Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 475
Entretiens

le (1h18m28s)

JEAN-ROBERT GUICHARD, CHEF DU SERVICE DOCUMENTATION DU MATERIEL AU CETIH, PUIS DIRIGEANT DU CENTRE DE LA MODE ET DE LA TECHNOLOGIE DE LA CONFECTION (CMTC) AU MUSÉE DE LA CHEMISERIE A ARGENTON-SUR-CREUSE (PARTIE 1)

... les reportages réalisés dans les entreprises et au sein des salons professionnels. Il collabore régulièrement avec le service audio-visuel du CETIH. Il commence à filmer pour le compte du CMTC en 1997.Cet entretien a été réalisé par une équipe de...
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h45m47s)

JEAN-ROBERT GUICHARD, CHEF DU SERVICE DOCUMENTATION DU MATERIEL AU CETIH, PUIS DIRIGEANT DU CENTRE DE LA MODE ET DE LA TECHNOLOGIE DE LA CONFECTION (CMTC) AU MUSÉE DE LA CHEMISERIE A ARGENTON-SUR-CREUSE (PARTIE 2)

... les reportages réalisés dans les entreprises et au sein des salons professionnels. Il collabore régulièrement avec le service audio-visuel du CETIH. Il commence à filmer pour le compte du CMTC en 1997.Cet entretien a été réalisé par une équipe de...
Voir la vidéo
Conférences

le (2h47m20s)

Critical conversations on the neurosciences from feminist, sociological and philosophical points of view - An evening with Victoria Pitts Taylor and friends

Les sciences du "cerveau" (neurosciences / sciences cognitives) ont en grande partie pris en charge la manière dont nous expliquons (et parfois expliquions) notre comportement quotidien. Même les enfants ont l'habitude de justifier leur mauvais comportement par "mon cerveau m'a obligé à le faire". On peut lire dans la presse qu'un nombre croissant de personnes souffrent de problèmes de santé mentale, que la dépression, l'épuisement professionnel et les problèmes de santé liés au cerveau, tels que la migraine, sont en hausse. Même dans les tribunaux pénaux, les crimes d’un auteur seront jugés avec l’aide d’experts en sciences cognitives, tandis que ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (14m0s)

Le danger y a toujours. Thomas, pêcheur de Penmar’ch

Thomas nous montre le cahier de bord du bateau écrit de la main de sa femme où figure toutes les dépenses inhérentes à la traversée (gas-oil, alimentation, boisson…) qu’il fallait soustraire au montant de la pêche pour obtenir le revenu global partagé entre l’équipage. Sa femme et ses enfants ont choisi avec lui le nom de son bateau, un nom breton suggestif qui signifie : « Ne crois que ce que tu vois ! ». Thomas partait en mer avant sept heures du matin alors que ses enfants n’étaient pas encore réveillés : « On connaissait pas la famille ! ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte