Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 252
Conférences

le (2h31s)

3/A Passions et récits des décolonisations./ Conférences / Il était une fois. Les indépendances africaines… La fin des empires ?

Il était une fois. Les indépendances africaines… La fin des empires ?  Rencontre internationale organisée par Elikia M’Bokolo, Catarina Madeira-Santos, Jean-Claude Penrad. Enregistrées les Jeudi 21 octobre 2010 et vendredi 22 octobre 2010. Résumé : Cinquante ans sont passés depuis les indépendances de dix-huit pays de l’Afrique anglophone, francophone et italophone. Au fil des ans, les débats sur les décolonisations se sont prolongés avec des intensités passionnelles variables selon les contextes et les acteurs impliqués. Il est temps de sortir de l’émotion et des engagements pérennes pour tenter une approche distanciée, même lorsqu’elle s’intéresse aux productions ...
Voir la vidéo
Conférences

le (16m46s)

Femmes, féminisme, recherches, 30 ans après : introduction et hommage à Françoise Collin / Sylvie Chaperon, Isabelle Lacoue-Labarthe

Femmes, féminisme, recherches, 30 ans après : introduction et hommage à Françoise Collin / Sylvie Chaperon, Isabelle Lacoue-Labarthe. In colloque dédié à Françoise Collin (1928-2012) organisé par l'Université Toulouse II-Le Mirail avec le soutien de la MSH-T, l'IEP de Toulouse, la Mission égalité entre les hommes et les femmes (UT2-IUFM), la Fédération RING, l'ANEF... Avec la participation des doctorants (colloque Jeunes chercheurs) ainsi que l'aide des étudiants du Master 2 "Politiques sociales et rapports sociaux hommes-femmes". Toulouse, Université Toulouse II-Le Mirail, École supérieure de commerce de Toulouse, 14-15 décembre 2012.En décembre 1982, se tenait à Toulouse le colloque intitulé « Femmes, ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (24m44s)

Conjuguer bien commun, aspiration à l'autonomie et refus des contraintes

L'individu a été longtemps encadré par des systèmes de valeurs qui donnaient du sens à sa vie. Il était inséré dans des groupes organisés : la famille, l’usine, le syndicat, le parti... Il était établi dans des lieux : le quartier, la commune, le village... Cela produisait un individu relativement sécurisé, disposant d’une place (pas toujours choisie) dans la société.Aujourd’hui, ce système s'est désagrégé. Les relations doivent obéir au principe de la satisfaction et du libre choix. Mais l'individu y a gagné en liberté et en autonomie.
Voir la vidéo
Entretiens

le (23m27s)

La mondialisation du droit : vers une communauté de valeurs (Mirelille Delmas-Marty)

La mondialisation du droit renvoie-t-elle uniquement à la globalisation économique ou à l’universalisation des Droits de l’Homme, et donc à une communauté mondiale de valeurs ?Si la réponse n’appartient pas aux seuls juristes, les pratiques juridiques ont une place nécessaire pour consolider les choix de valeurs, voire pour anticiper et former des valeurs. La notion de « crime contre l’humanité » (Nuremberg) a créé une interdiction pénale à vocation universelle, alors même que l’« humanité » n’était pas conçue et définie comme une valeur à protéger. Si logiquement, l’éthique précède le droit, le chemin se parcourt parfois du droit à ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (24m29s)

De l'individu libre et autonome : retour sur un grand mythe contemporain (Bernard Lahire)

Au nom de l’individualisme, on parle souvent du déclin des institutions (famille, école...) en affirmant que les collectifs (groupes, classes, communautés...) ne rendent plus compte des comportements individuels. Ces analyses sont-elles scientifiquement étayées ? Relèvent-elles de discours idéologiques ? Les hiérarchies culturelles, les inégalités sociales d'accès à la culture, les institutions familiales, scolaires et culturelles et leur travail de socialisation disparaissent-elles avec les groupes, classes et leurs cultures ?
Voir la vidéo
Entretiens

le (25m27s)

Faire du collectif avec des individus.

Durkheim pensait que le collectif, ayant une existence propre, était irréductible à la somme de ses parties. Tarde voyait dans le groupe, une force irrésistible réduisant l’individu à la perte de son individualité. Aujourd’hui, alors que l’antinomie entre l’individu et le collectif demeure, une question se pose : l’individualisme est-il responsable du délitement des solidarités de classe ?
Voir la vidéo
Entretiens

le (35m50s)

Entre travail individuel et action collective.

Quel est le rapport entre le travail et l’action ? À quelles conditions les évolutions actuelles du monde du travail peuvent-elles être transformées ?« Individualisme et dynamiques collectives » rappelle une contradiction centrale de la théorie politique : la noblesse du politique serait du côté de l’action, alors qu’il conviendrait de se méfier de l’individu. Or, sous la loupe du travail, cette contradiction n’est pas antagonique. L’individu n’est pas un obstacle à l’action mais une exigence spécifique : penser ensemble l’action et la vie. Mieux, l’action (collective) pourrait gagner en rationalité si elle intégrait l’exigence de respecter la vie (individuelle). ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte