Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 14
Conférences

le (1h5m56s)

Espoir et théorie des catastrophes. L’intelligibilité : norme d’une science de l’acceptable ?

Fondée dans les années 70 par le mathématicien René Thom, la théorie des catastrophes devient rapidement, malgré l’engouement qu’elle suscite, sujet de controverse et de critique. Visant à décrire les phénomènes discontinus à l'aide de modèles mathématiques continus, elle se définit comme un langage mathématique, un outil d’intelligibilité du monde mais son manque de rigueur et sa nature qualitative laissent sceptique positivistes et mathématiciens purs. Bien que ces critiques n’aient que partiellement entamé son expansion puisque ses domaines d’application s’étendent au fil du temps de la biologie aux disciplines de sciences humaines telles que l’éthologie et la psychologie (théorie de ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (1h19m19s)

Espaces courbes

La notion d'espace (intrinsèquement) courbe a mis beaucoup de temps avant de s'imposer. Pour la définir il convient de dépasser le premier modèle de géométrie systématiquement développée qu'est la géométrie d'Euclide. De ce point de vue, l'émergence au début du XIXe siècle des géométries non-euclidiennes a joué un rôle déterminant, qui a été encore amplifié par l'oeuvre révolutionnaire de Bernhard Riemann en 1854. Ce contexte mathématiquement riche sera complété par la reconnaissance par Albert Einstein qu'il pouvait servir de cadre à sa théorie de la Relativité Générale, qui identifie les effets gravitationnels à la courbure de l'espace. Le sujet n'a ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (1h17m50s)

Nécessité et pièges des définitions mathématiques

D'où viennent et à quoi servent les définitions mathématiques ? En quoi sont-elles nécessaires ? En quoi peuvent-elles être pernicieuses ? Sur des exemples liés à l'histoire, à l'enseignement, et au mouvement contemporain des mathématiques, je m'efforcerai de montrer les définitions comme aboutissements de processus, comme commencement de théories, comme merveilles et comme pièges.
Voir la vidéo
Vidéocours

le (54m37s)

La science pense-t-elle ?

Lorsque Heideger écrit en 1954 : " La science ne pense pas ", il parle en tant que métaphysicien. Sortie de son contexte, cette formule a connu la postérité et est alors devenue très provocatrice. Mais elle peut servir de point de départ à un débat sans concession sur les rapports entre science et philosophie, science et société, science et éthique. On verra que si la science ne pense pas, les scientifiques -ici des physiciens- pensent et prennent position aussi bien sur l'histoire de la philosophie que sur le rôle joué par le scientifique dans l'histoire contemporaine ou encore le ...
Voir la vidéo
Vidéocours

le (51m47s)

Les sciences de l'esprit

Que signifie percevoir, reconnaître un visage, manier le langage, être conscient, penser, ressentir une émotion ? Ces interrogations autrefois littéraires et philosophiques sont devenues récemment scientifiques. Les très jeunes sciences cognitives explorent aujourd'hui, méthodiquement, le territoire de l'esprit. Ce faisant, n'ont-elles pas déjà commencé à renouveler les débats au sein même de la philosophie ? Ne proposent-elles pas des bases nouvelles pour les sciences humaines ? Et, plus généralement, ne remettent-elles pas profondément en cause, l'idée que nous nous faisons de notre activité mentale ?GénériqueA venir
Voir la vidéo
Label UNT Documentaires

le (22m40s)

Les effets d'une procédure d'engagement

Ce sujet sera abordé de deux façons complémentaires :- un film bref relatant une expérimentation qui met en jeu une procédure d'engagement.- un exposé qui analyse cette expérimentation, présente d'autres expérimentations sur le même thème et apporte des notions théoriques sur la psychologie d'engagement.Une procédure d'engagement, également appelée "pied dans la porte", permet d'obtenir un comportement d'une personne, en la conduisant à s'engager d'abord dans un comportement préparatoire, un petit acte "peu coûteux" qu'elle ne peut refuser.Cette expérimentation a été mise en scène avec :M. Dupond: Frédéric Schiffler - Doctorant en psychologie sociale - Université Nancy 2Mme De Lalaisse : ...
Voir la vidéo
Label UNT Vidéocours

le (49m47s)

Le temps

Jean-Pierre Briand, physicien des particules élémentaires et François Jullien, philosophe, évoquent, l'un et l'autre leur conception de la notion de temps. Aristote, Platon, Saint-Augustin, Thomas d'Aquin, Avicenne, Ronsard, Lamartine, Baudelaire, mais aussi Newton et Einstein sont également convoqués dans le débat.La philosophie des sciences est morte du divorce, au siècle dernier, entre la Natürphilosophie allemande représentée par Schelling et Hegel et le monde scientifique. L'explosion des résultats en mathématique, en physique et en biologie a accentué ce divorce et les scientifiques se sont faits philosophes en expliquent le monde à leur manière. Cette série fait le point sur ces positions ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte