Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 336
Conférences

le (32m48s)

Il y avait un académicien nommé Fourier...

Il y avait un académicien nommé Fourier... Le titre est un clin d'oeil à la fameuse (mais peu divinatoire) phrase de Victor Hugo : « Il y avait à l’Académie des sciences un Fourier célèbre que la postérité a oublié et dans je ne sais quel grenier un Fourier obscur dont l’avenir se souviendra. » (Les Misérables, Livre III, chapitre i, intitulé « L’Année 1817 » ; Hugo compare ainsi le mathématicien et académicien Joseph Fourier, 1768-1830, et le philosophe utopiste Charles Fourier, 1772-1837, contemporains).C'est justement... à l'Académie (que nous remercions, en les personnes de son Secrétaire perpétuel Etienne Ghys et de sa directrice des Archives Isabelle ...
Voir la vidéo
Conférences

le (28m51s)

L'imaginaire artistique homme-machine-prothèse post-1918

Emmanuelle Raingeval, ATER en histoire de l'art contemporain à l'Université de Picardie-Jules-Verne (cette conférence fait suite à une communication scientifique tenue par E. Raingeval tenue lors du colloque des 13-14 février 2020 à Lille, L’homme augmenté en Europe : rêve et cauchemar de l’entre-deux-guerres).Sélection parmi les œuvres commentées par l'intervenante (les musées d'origine de ces œuvres sont donnés dans la vidéo)Oskar Nerlinger, Mutilés de guerre, 1915(voir aussi diorama Mission Centenaire 14-18, Musée de Strasbourg)Otto Dix, Employable à 45 %, ou Mutilés de guerre, 1920 (tableau d'origine détruit par les Nazis)Jules Amar, Le bras de travail, ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h16m24s)

Les poètes de la Résistance

par François de Saint-Chéron, maître de conférences HDR en littérature contemporaine à Lettres Sorbonne Université.L'intervenant donne lecture d'extraits des poèmes suivants :Louis ARAGON « Les lilas et les roses » (Le Crève-Coeur)« La rose et le réséda » (La Diane Française)Le Musée Grévin (extraits)   Pierre EMMANUEL Cantos (extrait)« Prophétie sur les nations » (Combats avec tes défenseurs)« Anathème » et « Je crois » (Jour de colère)   Robert DESNOS « Le Veilleur du Pont-au-Change »   Paul ELUARD « Liberté » (Poésie et vérité 1942)« Courage » et « Comprenne qui voudra » (Au Rendez-vous allemand) ...
Voir la vidéo
Conférences

le (53m59s)

Une approche initiatique de Mallarmé

par Bertrand Marchal, professeur des universités, Sorbonne Université*******La vidéo est rythmée par les séquences suivantes (cliquer sur la bande déroulante à droite de la vidéo):Par qui Mallarmé est-il influencé ?Qui Mallarmé influence-t-il ?L'art pour l'art ? Ou non ?La ponctuation !« Lumineusement sur champ obscur »Mythes et linguistiquePoèmes et circonstances« Prince des poètes » ?Meurtrier du langage ?Du Verbe divin au verbe humain Et Hugo dans tout ça ?Le symbolismeMallarmé misanthrope ?« L'homme, vaine forme de la matière » (1866)La rencontre du NéantCe n’est avec des idées mais avec des MOTS qu’on fait des poèmesCabbale et alchimieMallarmé ou l'obscurité lumineuse (Cerisy ...
Voir la vidéo
Conférences

le (42m30s)

Excursions daguerriennes (1839-1860)

par Serge Plantureux, expert en photographies anciennes.(transcription par A. Moatti ci-dessous d'une partie de la vidéo de S. Plantureux)C’est en janvier 1839 que l’on apprend qu’Arago prépare à l’Académie des sciences le porter à connaissance du daguerréotype, inventé par Nicéphore Niepce (1765-1833), représenté par son fils Isidore, et Louis Daguerre (1787-1851) ; l’annonce officielle se fait en juillet (Chambre des Députés), et des démonstrations publiques ont lieu dès septembre 1839. Le daguerréotype est un miroir d’argent plaqué sur du cuivre – ce sont les orfèvres qui faisaient les plaques (c’est le métier de planeur, qui signe la plaque par un ...
Voir la vidéo
Conférences

le (51m6s)

De Gaulle : sens et vision de l'État

par Arnaud Teyssier, haut fonctionnaire, historien, professeur associé à l'École normale supérieure, président du Conseil scientifique de la Fondation Charles de Gaulle.La vidéo se compose de trois parties :1) 1944-1945 : Rebâtir la démocratie, sur des bases sociales.2) 1958- 1968 : Une France sans empire, une administration et des institutions modernes et surtout robustes (16'17)3) post-1968 : L'échec d'une vision territoriale et d'une conception du rôle de l'Etat et du service public (*), toutes deux pourtant fort contemporaines (35'42)(*) au deux sens de la locution : les "services publics", et la façon dont un (haut) fonctionnaire doit concevoir le "service ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte