Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 328
Conférences

le (2h6m16s)

"Sylvie de Nerval et les genres lyriques : l’idylle, l’élégie, la satire" et "Autour des Chansons et légendes du Valois de Nerval" (par Jean-Nicolas Illouz)

Conférence n°1 : Sylvie de Nerval et les genres lyriques : l’idylle, l’élégie, la satire.À partir des catégories de Schiller, distinguant la « poésie naïve » et la « poésie sentimentale », nous montrerons comment le récit de Sylvie, en faisant jouer l’opposition de l’idéal et de la réalité, relève d’une poétique hybride, associant les trois genres lyriques fondamentaux que sont, selon Schiller, l’idylle (représentée par Sylvie), l’élégie (représentée par Adrienne), et la satire (portée par la voix narrative).Conférence n°2 : Autour des Chansons et légendes du Valois de Nerval.Entre 1842, où il paraît sous le titre « Les Vieilles Ballades françaises » dans la Sylphide, et 1854 où ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h47m58s)

Les esclavages au Congo

Conférence du 5 février 2014, donnée par par Elikia M’Bokolo, historien spécialiste de l’Afrique, directeur d’études à l’EHESS, dans le cadre du cycle "Histoire mondiale de l’esclavage" de l'Université populaire du quai Branly (UPQB).Le cycle Histoire mondiale de l’esclavage aborde différentes formes d’esclavages, connues ou  méconnues, depuis le Code noir jusqu’aux formes d’esclavages modernes, en passant par la Russie, La Réunion, le Congo, ou encore à travers la littérature ou la question du marronnage.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h15m45s)

Temps et Intériorité dans Mrs Dalloway de Virginia Woolf (par Xavier Le Brun)

En quel sens le temps est-il vécu dans Mrs Dalloway ? Quel est ce rapport qui se joue, dans le roman de Virginia Woolf, entre temps extérieur et individualité des consciences ? L'écriture de Woolf ne met pas tant en scène la réception passive et l'interprétation par chaque personnage d'un temps objectif qu'elle ne dessine les contours d'une annexion de l'extérieur. Autrement dit la représentation woolfienne du temps vécu semble être celle d'un empiètement progressif de l'intériorité et de l'intime des pensées sur le monde social et sa durée propre.Xavier Le Brun
Voir la vidéo
Conférences

le (2h29m45s)

Dürer, Schiller, Heidegger : l'œuvre d'art, la chose, le monde (par Jean-François Courtine)

Dürer, Schiller, Heidegger : l'œuvre d'art, la chose, le mondeLa semaine dernière, après avoir envisagé dans son contexte (l’œuvre de Ernst Jünger : La mobilisation totale, Le travailleur), puis amorcé l’étude de quelques termes directeurs de la réflexion heideggérienne consacrée à « l’essence de la technique » : la Machenschaft comme l’empire du faire et de l’efficience, le Ge-stell, comme dispositif général de mise à disposition et d’exploitation de tout ce qui est, nous étudierons lors de la séance du mardi 11 février une autre entente et une autre accentuation de la tekhnè, au titre de l’art et de l’œuvre ...
Voir la vidéo
Conférences

le (55m52s)

L’odyssée de la matière (par Jacques Livage)

L’ODYSSÉE DE LA MATIÈREpar Jacques LIVAGEComment la matière divisée, puis condensée et organiséeest devenue vivante puis pensante ?    L’aventure de la matière a commencé il y a près de 14 milliards d’années lorsque, quelques minutes après le big-bang, les premières particules élémentaires, les quarks, sont apparues. Au sein d’un univers en expansion, elle a conduit à la formation des atomes, des molécules, de la poussière interstellaire, puis des astres et des galaxies. Au cours de ce périple, la matière divisée des origines s’est progressivement condensée et complexifiée pour conduire à l’univers tel que nous le connaissons aujourd’hui. Certains processus ont ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte