Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 326
Conférences

le (2h3m21s)

L’individu selon Leibniz (par Michel FICHANT)

L’individu selon LeibnizDans L’ère de l’individu. Contribution à une histoire de la subjectivité (1979), Alain Renaut a voulu voir dans la philosophie de Leibniz une origine de l’« individualisme moderne », caractérisé par la « fragmentation du réel » en unités exclusives les unes des autres, chacune déployant ses dispositions selon son propre plan, la communication ou la connexion entre elles se surajoutant de façon externe par l’artifice de l’harmonie préétablie. Dans mon étude « De l’individuation à l’individualité universelle » (Science et métaphysique dans Descartes et Leibniz, 1998, p. 143-162), j’avais combattu cette thèse, en montrant que la conception leibnizienne de l’individualité est aux antipodes ...
Voir la vidéo
Conférences

le (2h2m24s)

Paris/poésie dans Aurélien de Louis Aragon (par Olivier Barbarant)

« Tout m'est également parole », déclarait le jeune Aragon, considérant que les catégories et les genres littéraires étaient débordés par l'intensité d'une écriture. Pour ce qui concerne Aurélien, ce roman considéré comme un poème par Claudel, il a été choisi de considérer ce que l'usage de Paris apporte de poésie à la prose et à la construction romanesques. Ainsi se trouvent conjointes, de manière un peu oblique, ou diagonale, deux des entrées du programme de l'année. Qu'est-ce qui fait d'Aurélien un poème ? Que vient faire Paris dans cet alliage de roman et de poésie ? Un cri lancé ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h57m30s)

Le romantisme II - Les thèmes, les représentants majeurs et les œuvres essentielles (par Gérard Gengembre)

L'ampleur de la sphère romantique englobe des thématiques diverses, liées à l'histoire et à la culture des différentes nations, ainsi que des illustrations artistiques, philosophiques et littéraires extrêmement nombreuses, qui ont contribué à approfondir la représentation romantique de l'homme et du monde.Gérard Gengembre
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h56m56s)

Anthropologie de l'Himalaya : milieux, sociétés, cultures

Dans cet entretien, Gérard TOFFIN nous explique son travail sur les communautés rurales et urbaines Néwar de la vallée de Katmandou au Népal. Il a également mené des enquêtes dans les collines népalaises, chez les Tamang du Ganesh Himal et les Indo-Népalais des districts de Gulmi et d'Argha Kanchi. Il s'est intéressé à la civilisation matérielle, à l'organisation sociale et aux religions des populations himalayennes. Il mène actuellement des recherches en anthropologie de l'espace, tout particulièrement sur les villes asiatiques, ainsi que sur diverses questions touchant aux religions de l'Inde et de l'Himalaya. Il a travaillé au Népal en ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h53m26s)

La nouvelle norme de vérité : science et philosophie à l’âge classique (P. Guenancia)

Les mathématiques, selon la célèbre formule de Spinoza, ont apporté aux hommes une autre norme de vérité. C’est cette norme nouvelle qui a permis la révolution galiléenne suivie par Descartes et tous les savants et philosophes de l’âge classique. « La nature est écrite dans la langue mathématique ». Cette autre formule célèbre de Galilée signifie que la nouvelle science de la nature est fondée sur l’utilisation des mathématiques qui est non seulement la clé de l’explication de tous les phénomènes de la nature, mais qui est aussi le modèle de la certitude. Avant d’être définie par la correspondance avec les choses, ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h51m40s)

La guerre selon Clausewitz (par Martin Motte)

La guerre selon Clausewitz"Peu de penseurs de la guerre ont été aussi admirés et aussi attaqués que Clausewitz. Référence indépassable pour les uns, il est pour les autres le lointain responsable des guerres totales du XXe siècle, pour d'autres encore un auteur typique du système westphalien, donc anachronique à l'heure des nouvelles conflictualités. René Girard y a vu pour sa part le prophète angoissé d'une poussée de violence apocalyptique dont les horreurs du XXe siècle n'ont été qu'une pâle préfiguration, et dont l'hyperterrorisme précise aujourd'hui les contours. Seule certitude : Clausewitz continue à nourrir le débat stratégique. Comment ? Pourquoi ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte