Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 408
Label UNT Entretiens

le (4m8s)

2. Comment s'organise le MAB au niveau international ? Question à Mireille Jardin, juriste, Comité MAB France

Après un bref rappel des origines et grands concepts du MAB, Mireille Jardin présente son organisation et le fonctionnement de ses instances à différents niveaux d’intégration, depuis la réunion du Conseil intergouvernemental tous les deux ans jusqu’à la mise en œuvre et l’adaptation du programme par les gestionnaires et acteurs dans les réserves de biosphère.
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (2m45s)

4. Qu’apporte la désignation Réserve de Biosphère à un Parc National ? Question à Jacques Merlin, Directeur du Parc National – Réserve de Biosphère des Cévennes

Jacques Merlin explique pourquoi les concepts, méthodes et la philosophie générale du MAB ont séduit les gestionnaires du Parc National des Cévennes dès les années 1980, et donc pourquoi ceux-ci ont demandé à l’UNESCO la labellisation de ce Parc National comme Réserve de Biosphère, accordée en 1985.Les résultats obtenus dans la vallée du Galeizon sont tout à la fois source de satisfaction et d’inspiration pour mettre en oeuvre ce programme dans l’ensemble du territoire.
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (4m22s)

5. Quel est l’intérêt d’une réserve de biosphère à l’échelle d’un grand bassin versant ? Question à Frédéric Moinot, Coordinateur de la Réserve de Biosphère de Dordogne

En 2012, soit vingt ans après la mise en place d’une Charte de la Vallée - Dordogne pour lagestion de l’eau et des milieux aquatiques, le Bassin de la Dordogne a été labellisé«Réserve de Biosphère» par l’UNESCO. Après avoir rappelé l’unité fonctionnelle de ce va ste écosystème, qui s’étend sur onze départements et subit les pressions de multiples activités socio-économiquesliées à divers usages de l’eau, Frédéric Moinot souligne la nécessité d’une meilleure organisation et coordination intra-interdépartementale et interrégionale des habitants, pour gérer collectivement cette ressource commune - coordination qui sera favorisée par la mise en œuvre du programme MAB dans ...
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (3m14s)

6. Les réserves de biosphère transfrontières : pourquoi et comment ? Question à Eric Brua, Coordinateur de la Réserve de Biosphère Vosges du Nord – Pfälzerwald

En 1998, à la demande de leurs habitants respectifs à l’UNESCO, le Parc Naturel Régional des Vosges du Nord a fusionné avec le Parc Naturel mitoyen allemand du Pfälzerwald pour former la Réserve de Biosphère Vosges du Nord – Pfälzerwald. Après avoir souligné la continuité écologique des écosystèmes locaux et la similitude ...
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (3m7s)

7. En quoi consiste le travail d’un gestionnaire de Réserve de Biosphère ? Question à Régis Vianet, gestionnaire de la Réserve de Biosphère de Camargue

Depuis l’organisation de réunions de travail jusqu’à l’animation de projets et manifestations dédiées à divers publics, en passant par la proposition, le portage et le suivi de projets de valorisation de la biodiversité et/ou d’éco-développement, ou encore de formation du grand public et des étudiants, etpar la mise en relation des différents acteurs socio-économiques, la mission d’un gestionnaire de réserve ...
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (3m55s)

9. Comment mobiliser les acteurs socio-économiques ? Question à Jean-Michel Martin, coordinat eur de la RB de Fontainebleau - Gâtinais

La labellisation d’un territoire en Réserve de Biosphère par l’UNESCO est un argument de base pour mobiliser les acteurs de ce territoire dans des projets d’éco-développement , mais ce ne peut être le seul, souligne Jean-Michel Martin. Pour impliquer les acteurs socio-économiques dans la gestion commune de leur territoire, Réserve de Biosphère, une stratégie qui a fait ses preuves consiste à proposer une charte d’engagement autour d’un projet commun, tel que la valorisation des activités liées au secteur vitico le (pour la RB du Mont Ventoux) ou à l’écotourisme (pour ...
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (3m54s)

10. Comment la recherche peut-elle s’appliquer à la gestion adaptative d’un territoire ? Question à Raphaël Mathevet, chercheur CNRS, comité MAB France

Raphël Mathevet résume les étapes où intervient la recherche dans la gestion collective d’un territoire : aide à la définition des questions de recherche, identification et élaboration des protocoles de collecte des données, élaboration ou utilisation d’outils et méthodes scientifiques (ex : indicateurs), coordination éventuelle d’observatoires citoyens, aide à l’analyse et ...
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (2m41s)

11. Quelle est la posture du scientifique qui étudie les socio-écosystèmes ? Question à Raphaël Mathevet, chercheur CNRS, MAB France

Dinguant trois types de recherche sur les systèmes socio-écologiques - recherche fondamentale recherche appliquée et recherche engagée - Raphaël Mathevet souligne que la posture du scientifique vis-à-vis de ses recherches, de l’interprétation et de l’utilisation de ses résultats doit tenir compte de son implication personnelle dans la gestion du socio-écosystème qu’il étudie.
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (4m40s)

12. Comment l’éducation à la biodiversité et au développement durable est-elle mise en œuvre ? Question à Catherine Cibien, Directrice scientifique du MAB France

Catherine Cibien présente les différents types d’activités pédagogiques proposées par les réserves de biosphère aux établissements scolaires locaux. Les activités scientifiques s’inscrivent souvent dans des projets de sciences participatives, à l’échelle nationale ou régionale. Un élément important est la possibilité ...
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (2m40s)

13. Les Réserves de Biosphère favorisent-elles la préservation collective de la biodiversité par les citoyens ? Question à Anne-Caroline Prévot-Julliard, chercheuse CNRS/MNHN, Comité MAB France

Soulignant qu’un des objectifs des réserves de biosphère est la construction d’une identité commune par les habitants de ces territoires, qui soit favorable à la préservation de la biodiversité, Anne-Caroline Prévot-Julliard résume les trois composantes de la relation de chacun avec la nature (composantes cognitive, affective et sociale), qui toutes trois sont stimulées (respectivement par l’enseignement, la proximité spatiale et le discours collectif) dans les réserves de biosphère.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte