Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 16699
Conférences

le (21m13s)

Détection des moulins hydrauliques en milieu fluvial. Olivier Bauchet (Inrap)

Avec la collaboration de Luc Lecomte (Inrap).Depuis une quinzaine d’années, des prospections subaquatiques sont effectuées dans le cours de la Marne dans le cadre d’un projet de prospection diachronique établi par le Groupement de recherches archéologiques subaquatiques. Un bilan de cette expérience peut aujourd’hui être dressé sur l’étude de la meunerie Fluviale. Ce travail est marqué par la pluridisciplinarité de la méthode. Le dépouillement des sources historiques occupe une partie importante de la recherche menée au préalable (textes et plans anciens). Cette documentation apporte des indices topographiques qui peuvent être confrontés à la microtoponymie. L’analyse parcellaire permet également de repérer ...
Voir la vidéo
Conférences

le (19m50s)

Les premiers moulins à nefs de la Saône et du Doubs (IIIe - Ve siècles). Louis Bonnamour (Musée Denon, Chalon-sur-Saône)

La plupart des auteurs qui ont traité des moulins sur bateaux, considèrent que l’origine de ces derniers, remonte à l’année 536 à l’occasion du siège de Rome par les Wisigoths. Les premiers moulins hydrauliques sont aujourd’hui attestés dés le premier siècle de notre ère ; il paraît surprenant que l’on ait dû attendre 5 siècles pour que germe l’idée d’installer un tel mécanisme sur un bateau.Observons que dans la région de Verdun-sur-le Doubs (Saône-et-Loire), tant sur le Doubs que sur la Saône, l’amplitude des grandes crues peut dépasser 8 m. et que pour les périodes historiques, les seuls moulins ...
Voir la vidéo
Conférences

le (24m34s)

Le moulin d’Audin-le-Tiche (Moselle) (IXe siècle). Pierre Mille (Inrap)

avec la collaboration de Pascal Rohmer (Inrap) et Luc Jaccottey (Inrap) Du moulin d’Audun-le-Tiche, sans doute exclusivement construit en bois, ne subsistent que des éléments d’infrastructure, dont la conservation est due à un milieu hygromorphe et qui trahissent au moins deux états de construction. Au premier état, daté par dendrochronologie de 840, appartiennent les fondations de la plate-forme. Le moulin a pu fonctionner sans bief, car il était possible d’installer une roue au cours de l’eau en faisant l’économie de la construction d’un canal d’amenée. Le second état voit une seconde construction, datée de 851 par dendrochronologie.Divers ...
Voir la vidéo
Conférences

le (21m35s)

Les moulins médiévaux du cours de la Marne. Olivier Bauchet (Inrap)

avec la collaboration de Luc Leconte (Inrap). La Marne appartient à la catégorie des cours d’eau majeurs caractérisé par une assez forte amplitude saisonnière des débits conjugué à une faible pente. Ces deux principales caractéristiques vont conditionner la technologie du moulin, que ce soit sur le moteur hydraulique qui est nécessairement mobile, la structure qui le supporte (flottante ou fixe), que sur la canalisation du flux. Quelques rares textes évoquent leur existence à partir du XIe siècle. Les mentions deviennent nombreuses au siècle suivant mais elles ne garantissent pas un développement de ces équipements à cette période. Seul ...
Voir la vidéo
Conférences

le (28m29s)

Le moulin de Thervay : Evolution d’un site de meunerie de la période carolingienne à l’installation du domaine de l’abbaye cistercienne d’Acey (Xe - XIIe siècles). Gilles Rollier (Inrap), Olivier Girarclos (CNRS), Luc Jaccottey et Pierre Mille (Inrap)

Les fouilles de Thervay mettent en évidence deux installations hydrauliques qui se succèdent avec discontinuité entre le VIIIe siècle et le troisième quart du XIIe siècle. Les pièces appartenant aux deux moulins (éléments de la roue, meules) présentent des caractéristiques qui permettent d’envisager qu’il y a sur le même site une augmentation du double des puissances des machines. Ce doublement des capacités est permis grâce à des modiἀcations du moteur hydraulique qui ne peut bénéficier d’un accroissement substantiel de l’énergie fournie par le petit ruisseau du Gravelon. Il est remarquable de constater que l’évolution du site meunier semble répondre ...
Voir la vidéo
Conférences

le (27m13s)

Un moulin du XIe siècle dans un ancien lit de la Thielle (Neuchâtel, Suisse). Daniel Pillonel et Nicole Plumettaz (Office et Musée d’archéologie de Neuchâtel)

Réalisée en 1996-1997, une opération de sauvetage a mis au jour divers aménagements médiévaux localisés à l’intérieur d’un paléochenal de la Thielle, rivière qui s’écoule entre les lacs de Neuchâtel et de Bienne. Parmi ces vestiges datés entre le milieu du Xe et le milieu du XIIe siècle, un moulin, une pêcherie fixe et des renforcements de berges témoignent d’une intense exploitation de ce cours d’eau. Des analyses stratigraphiques ont permis de comprendre le contexte de ces installations, en reconstituant la morphologie du chenal, la dynamique de la rivière, ainsi que l’évolution du tracé au cours du temps. Construit ...
Voir la vidéo
Conférences

le (25m12s)

Breviandes (Aube) « Les Naurades », un moulin hydraulique du XIIe siècle. Raphaël Durost (Inrap), Stéphanie Lepareux-Couturier (Inrap)

avec la collaboration de Gilles Fronteau (URCA). L’étude d’une partie de cette occupation est faite sur le tracé d’une bretelle d’accès à la rocade sud-est de l’agglomération troyenne, d’une largeur réduite à 18 m. Les vestiges consistent en pieux de chêne fichés dans la moitié nord d’un chenal de la Seine. Son lit se comble à partir de la période antique, et est curé environ dix siècles plus tard sur une de ses moitiés, afin d’alimenter le moulin. Les aménagements de ce dernier se manifestent par quatre alignements de pieux perpendiculaires au courant, et par un affouillement en aval ...
Voir la vidéo
Conférences

le (23m30s)

Un moulin hydraulique (fin XII•e - fin XIIIe s.) découvert à Bourges (Cher) : Données archéologiques et d'endrochronologiques.

avec la collaboration de Mélanie Fondrillon, (Service d’archéologie préventive de Bourges Plus), Christine Locatelli et Didier Pousset (LEB2d). Les fouilles préventives de la ZAC Avaricum à Bourges ont mis en lumière le développement d’un quartier urbain du début du Ier siècle ap. J.-C. jusqu’à nos jours. Vers la fin du XIIe s., ce quartier se densifie et s’organise en lotissement autour de deux éléments majeurs que sont l’Yévrette, modeste rivière alors canalisée, et un moulin qui s’installe sur son cours. L’état de conservation des vestiges est exceptionnel : si les éléments verticaux et le mécanisme ont été récupérés ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte