Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 1455
Conférences

le (25m47s)

41 - Guerre d’Algérie et vie politique française (1954-2005)

par Franck Renken (Université de Heidelberg)Colonialisme et anticolonialisme français : session thématique (prés. Michelle Zancarini-Fournel)Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne La Guerre d’indépendance d’Algérie a amené en France une polarisation sociale aiguë qui a conduit le pays maintes fois au bord de la guerre civile. La réaction des gouvernements de la IVe et de la Ve République a consisté à nier la réalité coloniale et la réalité même de la guerre. Cela n’a pas pu empêcher que sur le plan de la politique intérieure, la métropole connaisse de vastes mouvements contre la mobilisation ...
Voir la vidéo
Conférences

le (19m58s)

42 - Politiques, militaires, intellectuels français.

De la guerre d’Indochine à la guerre d’Algérie : continuités et ruptures par Alain RuscioColonialisme et anticolonialisme français : session thématique (prés. Michelle Zancarini-Fournel)Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne Cela peut paraître aller de soi : avant la guerre d’Algérie (1954-1962), les Français, civils et militaires, responsables et « hommes de la rue », ont agi et réagi lors de la guerre d’Indochine (1945-1954). L’Empire colonial, comme le Premier Empire, a connu ses « Cent-Jours » : ceux qui ont séparé la signature des accords de Genève (20 juillet 1954) de la Toussaint ...
Voir la vidéo
Conférences

le (21m25s)

44 - La résistance française à la guerre d’Algérie : motivations, sociologie et mémoire

Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne Colonialisme et anticolonialisme français : session thématique (prés. Michelle Zancarini-Fournel)par Martin Evans (Université de Portsmouth)Dans cette présentation je vais esquisser une typologie des motivations conduisant à la résistance d’une minorité de Français contre la guerre d’Algérie. Utilisant et recroisant à la fois les sources orales et écrites, il est possible d’identifier quatre motivations majeures : l’héritage intellectuel lié à la mémoire de la résistance antinazie, l’impact des idées anticoloniales, le contact direct avec les populations colonisées, les motivations d’ordre politique. Ces sources permettent aussi d’ébaucher une sociologie ...
Voir la vidéo
Conférences

le (21m48s)

50 - Les femmes dans l’Armée de libération nationale

par Rime Seferdjeli (Université d'Ottawa (Canada)De la construction d’une identité nationale à la guerre d’indépendance algérienne (2) Résistances anticoloniales et nationalisme : 1954-1962 : session thématique (prés. René Gallissot)Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne Si le rôle des femmes dans l’Armée de libération nationale - ALN - fut essentiellement celui d’infirmières, de cuisinières et de blanchisseuses, et si l’ALN va imposer une stricte ségrégation des sexes au sein de ses unités, la présence des femmes au maquis a, tout de même et sans conteste, suscité une mise en question dans les relations de ...
Voir la vidéo
Conférences

le (29m14s)

51 - Bilan du 17 octobre 1961 à Paris

par Jim House (Université de Leeds (Grande-Bretagne)), Neil Mac Master (Université de Leeds (Grande-Bretagne)De la construction d’une identité nationale à la guerre d’indépendance algérienne (2) Résistances anticoloniales et nationalisme : 1954-1962 : session thématique (prés. René Gallissot) Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne Afin de comprendre la répression de la manifestation algérienne du 17 octobre 1961 à Paris, il faut remonter beaucoup plus loin en amont de cet événement et étudier le transfert des méthodes répressives forgées en Algérie et d’autres contextes coloniaux avant leur pratique en région parisienne.En effet, si la ...
Voir la vidéo
Conférences

le (21m43s)

53 - L’Armée nationale de libération face à l’armée française

par Dalila Aït El Djoudi (Université de Montpellier 3)Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne Il s’agit d’une étude sur la culture de guerre et son héritage vu du côté algérien, sans négliger aucun des aspects des « mémoires plurielles ». Ce sujet permet de décloisonner et de confronter les mémoires algériennes et françaises de la guerre d’Algérie.Il est question d’aborder l’univers mental des combattants en l’inscrivant dans un cycle long qui commence avec la conquête, car l’image du combattant français, tout en se nourrissant de l’action quotidienne, résulte d’une accumulation. Les troupes françaises ...
Voir la vidéo
Conférences

le (19m21s)

55 - La wilâya 2 : organisation, orientations politiques et conflits internes.

Approche d’une région en guerre de libération par Daho Djerbal (Université d'Alger)De la construction d’une identité nationale à la guerre d’indépendance algérienne (2)La guerre d’indépendance algérienne (1954-1962) : session thématique (prés. Khaoula Taleb-Ibrahimi)Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne Des circonstances historiques et politiques particulières ont fait que la plupart des éléments qui sont passés à l’action armée en novembre 1954 étaient des militants anonymes sans visibilité particulière dans la structure du parti MTLD. Ce dernier, en pleine crise de direction, n’était pas prêt à leur servir de réserve en hommes ni même de ...
Voir la vidéo
Conférences

le (30m50s)

59 - Le haut commandement, la direction et la conduite de la guerre d’Algérie : Paris ou Alger ?

par André-Paul Comor (Institut d’études politiques, Aix-en-Provence)De la construction d’une identité nationale à la guerre d’indépendance algérienne (2)Une guerre de reconquête coloniale : session thématique (prés. Franck Renken)Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne Dans les premiers mois qui suivent le déclenchement de la Guerre d’indépendance, il revient aux chefs militaires de prendre la mesure de l’événement. À Paris, le général Callies, inspecteur des forces terrestres, aériennes et maritimes de l’Afrique du Nord, donne le premier le ton, le 9 décembre 1954, au cours d’un long exposé devant ses pairs du conseil supérieur des ...
Voir la vidéo
Conférences

le (34m45s)

60 - Bilan sur les camps de regroupement de la guerre de 1954-1962

par Michel Cornaton (Université Lyon 2)De la construction d’une identité nationale à la guerre d’indépendance algérienne (2)Une guerre de reconquête coloniale : session thématique (prés. Franck Renken)Colloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne 350 000 Algériens regroupés, 1 200 000 « recasés », c’est-à-dire une sorte de déportés clandestins, des dizaines de milliers de prisonniers, la plupart dans des camps d’internement, dont quatre en France. Si l’on fait les comptes, on s’aperçoit que près de 40 % de la population algérienne a été déplacée et enfermée. Devant pareils chiffres, on peut comprendre que certains ...
Voir la vidéo
Conférences

le (28m41s)

61 - Au-delà de la victimisation et de l’opprobre : les harkis

par François-Xavier HautreuxColloque pour une histoire critique et citoyenne - le cas de l'histoire franco-algérienne De la construction d’une identité nationale à la guerre d’indépendance algérienne (1)Une guerre de reconquête coloniale : session thématique (prés. Franck Renken)Depuis la fin de la guerre d’Algérie s’est formée sur le sol métropolitain une communauté originale, distincte des pieds-noirs ou des immigrés d’origine algérienne : la communauté harki.Le terme « harki » fait référence à une unité auxiliaire créée par la France à l’occasion des « événements d’Algérie ». Pendant les huit années de guerre, l’armée française fit massivement appel à ce type de ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte