Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 333
Témoignages

le (27m4s)

Tanner par Tanner : une leçon de cinéma (6/6)

Partie 6 : La modernité, découpage et plan-séquence, Bulle Ogier, un rideau dans le vent"Le désir est une nécessité absolue pour faire du cinéma. Ce métier demande du temps, de la patience, de l'énergie. Sans un désir très fort, les choses partent en quenouille. Il faut, pour travailler le cinéma, être travaillé par lui. Il ne faut pas vouloir faire des films, mais faire du cinéma, ce qui est très différent. Ce désir doit être comme un poing fermé, qu'on laisse au fond de sa poche pendant le travail du film. (...) Je sais parfaitement pourquoi on rate un film, ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (27m26s)

Expérimentation et thérapeutique : le cas Doyen (1859-1916) / Anne Carol

Expérimentation et thérapeutique : le cas Doyen (1859-1916) / Anne Carol. Dans "Histoire du cancer (1750-1950)", colloque international organisé par le laboratoire FRAMESPA (université Toulouse II-Le Mirail), l'Institut Claudius Regaud et le Centre d'Études d'Histoire de la Médecine. Toulouse : Institut Claudius Regaud, 20-22 janvier 2011. Thématique 2 : Pour une meilleure prise en charge thérapeutique (1890-1914), 21 janvier 2011.Au cours de l’été 1891, un scandale éclate dans la presse. Un membre de l’Académie de médecine révèle qu’un médecin, vite identifié comme le chirurgien rémois Eugène Doyen, aurait pratiqué quelques années auparavant une greffe de tumeur cancéreuse sur des patients ...
Voir la vidéo
Conférences

le (28m2s)

Michel Legrand et la musique de film (6/8) : Dialogue avec le compositeur Philippe Rombi

"Jacques Demy, Louis Malle, Jean-Luc Godard et les autres... Ils voulaient tous changer le cinéma et travailler avec des gens nouveaux. La musique de jazz collait merveilleusement à leurs films. Privé d'un repère mélodique précis, le spectateur ne pouvait pas anticiper l'évolution de la musique : les personnages devenaient ainsi plus imprévisibles, plus mystérieux. Ils étaient nombreux à fréquenter les clubs de Saint-Germain. Je pense à Roger Vadim, qui fit appel à Thelonious Monk pour la musique de ses Liaisons dangereuses, ou à Marcel Carné, qui décrivit cette atmosphère dans Les Tricheurs, avec des musiques de Dizzy Gillespie, Oscar Peterson ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte