Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 999
Conférences

le (1h19m0s)

Filmer après/avec Truffaut. Table ronde de cinéastes

En 1993, Serge Bozon, pas encore cinéaste, écrivait : « Nous croyons que le nom de Truffaut résonne pour les jeunes gens qui veulent faire du cinéma, aujourd'hui et en France, comme promesse. » De quelle promesse de cinéma Truffaut était-il le nom et, vingt ans après, sous quelles formes cette promesse a-t-elle été tenue ? Avec Guillaume Brac, Noémie Lvovsky, Axelle Ropert, Bruno Podalydès et Serge Bozon. Table ronde animée par Bernard Benoliel et Serge Toubiana.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h18m56s)

Spielberg / Eastwood : chroniques du chaos et de l'au-delà

Dès la fin des années 1970, à l'époque où le cinéma américain affronte les conséquences du Vietnam, Spielberg fuit le présent. Burlesques (1941), intimes et spirituelles (L'Empire du soleil, Cheval de guerre), viscérales (Il faut sauver le soldat Ryan, La Liste de Schindler) : ce sont les guerres du passé, celle de 1939-1945 surtout, qui hantent son imaginaire. Eastwood, lui, dévoile peu à peu son goût des mondes classiques, secoués par une mélancolique angoisse de l'au-delà. Produites par Spielberg, les chroniques du Pacifique (Mémoires de nos pères, Lettres d'Iwo Jima) composent alors un dialogue avec les mêmes mystères de la ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h18m54s)

03 - Évocations de la ville industrielle (2) - Nicolas Appelt et Ingrid Junillon

Nicolas Appelt - The Taste of Cement ou Beyrouth comme reflet du conflit syrienLa ville de Beyrouth constitue le personnage principal du documentaire The Taste of Cement (2017) du jeune réalisateur syrien Ziad Kalthoum. Elle incarne par ses gratte-ciels en construction une certaine forme d’opulence à laquelle sont confrontés les ouvriers syriens du bâtiment qui les érigent. Sur le chantier, se déploie leur savoir-faire appartenant à la société industrielle pour rebâtir cette ville, tandis que, de l’autre côté de la frontière, les habitations de leurs compatriotes sont réduites en ruines par des armes, ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h18m49s)

Comment sortir du choc des mémoires ? - Quand l’immigration fait débat #6

Sixième rencontre du cycle Quand l'immigration fait débat avec l'écrivain Alexis Jenni et l'historien Benjamin Stora, à l’occasion de la parution de leur ouvrage commun "Les mémoires dangereuses" (Éditions Albin Michel).  Notre pays doit faire face aujourd'hui à une violence des mémoires. En dépit de l'immense travail accompli par les historiens dans le champ des études postcoloniales depuis une vingtaine d'années, la société française semble encore en difficulté pour transmettre et enseigner son histoire coloniale. En conséquence, nous assistons aujourd'hui à une forme de cloisonnement inédit des mémoires qui prend la forme de la communautarisation du souvenir.  Pour ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h18m21s)

Du Rwanda à Homère et Virgile, récit d'une expérience personnelle - Ginette Vagenheim

Une conférence du cycle : "Quels humanismes pour quelle humanité aujourd'hui ?"Du Rwanda à Homère et Virgile, récit d’une expérience personnelle ou comment l’Europe plongea ses racines en Afrique.Par Ginette VagenheimLangues et littératures anciennes, Université de Rouen, IUFSi mon parcours personnel n’a rien d’exceptionnel, puisque j’ai été recrutée par concours sur un poste de maître de conférences de latin à l’université de Rouen, après avoir fait des études de langues anciennes dans le secondaire puis à l’université, il est cependant le résultat d’une « rencontre-choc » entre la culture occidentale incarnée respectivement par mon grand-père paternel, Frédéric Vagenheim (un alsacien ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h18m0s)

Antonioni, ou l'érosion d'Éros. Conférence de Céline Scemama

Dès Chronique d'un amour, les hommes ne savent plus quoi faire en face des femmes. Quelque chose a disparu, quelque chose est perdu, il y a un malaise. Les hommes sont érotiques parce qu'ils sont « malades d'Éros », nous dit Antonioni. Les femmes les regardent peinées, voire avec pitié. L'érosion d'Éros les conduit dans une quête érotique nouvelle. Les corps s'éclipsent, s'envolent, disparaissent dans le brouillard, mais les choses s'animent d'une intensité nouvelle et portent une charge érotique et existentielle insolite, inquiétante peut-être, mais aussi vertigineuse, euphorique.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h17m54s)

Stanley Kubrick, l'artiste et sa méthode. Table ronde

Rencontre avec Ken Adam, Marisa Berenson, Michel Ciment, Nigel Galt, Jan Harlan, Christiane Kubrick, Tim Heptner, animée par Serge Toubiana.Directeur artistique britannique d’origine allemande, Ken Adam fait ses débuts à Hollywood sur d’importantes productions : Le Tour du monde en quatre-vingts jours ou Ben-Hur. Par la suite, il travaille notamment avec Jacques Tourneur, Robert Aldrich, J. L. Mankiewicz et pour la série des James Bond des années 1960 et 1970. Pour Stanley Kubrick, il a signé les décors de Docteur Folamour (1964) et de Barry Lyndon (1975).Avant d’interpréter la superbe Lady Lyndon pour Stanley Kubrick (Barry Lyndon, 1975), Marisa Berenson ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h17m45s)

Qui êtes-vous Kinji Fukasaku ? Conférence de Jean-François Rauger

Une carrière prolifique construite sous le règne de la politique des genres des grands studios japonais. Kinji Fukasaku s'est d'abord affirmé comme le spécialiste du film de gangsters (yakusas) à la japonaise, dès le début des années 1960 avec des titres comme Gangsters en plein jour. La décennie suivante, il réalise des œuvres qui constitueront une véritable relecture critique (la série des Combats sans code d'honneur, Le Cimetière de la morale) où seront brocardées les mythologies traditionnelles. Sa mise en scène, souvent spectaculaire, est au service ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h17m36s)

Le cerveau et le monde : Shining et après. Conférence d'Emmanuel Siety

Dans L’Image-temps, Gilles Deleuze voyait en Stanley Kubrick, à l’instar d’Alain Resnais, un cinéaste « de l’identité du monde et du cerveau ». En partant de Shining, nous questionnerons et prolongerons ce rapprochement en avançant trois autres noms de cinéastes explorateurs d’états limites du monde et de la conscience : David Lynch, Michael Haneke et Gus Van Sant.Emmanuel Siety est maître de conférences en cinéma à l’université Paris 3 - Sorbonne nouvelle. Il est l’auteur de La Peur au cinéma (Cinémathèque française/Actes Sud, 2006), Fictions d’images (Presses Universitaires de Rennes, 2009) et Le Plan, au commencement du cinéma (Cahiers du ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte