Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 890
Conférences

le (1h15m49s)

Nitrates d'outre-mer ! Cartographies maritimes imaginaires de Raoul Ruiz. Conférence de Gabriela Trujillo

Périples, errances, jeux de l'oie et voyages initiatiques : Raoul Ruiz, fils de marin, est sans conteste l'un des grands maîtres dans l'art de la navigation. Son cinéma tresse faits divers, légendes, superstitions et adaptations-« poursuites » des grands classiques (Stevenson, Homère, Proust, Balzac) pour renouveler l'imaginaire de la traversée.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h40m8s)

River Phoenix : un ange engourdi. Conférence de Jean-Marc Lalanne

Tapin narcoleptique entre assomption et évanouissement, River Phoenix incarne dans My Own Private Idaho la quintessence du nouage van-santien entre angélisme et autodestruction, jeunesse suave et trépas imminent. Cette figure, l'acteur l'a aussi prolongée dans la vie, jusqu'à disparaître à l'âge de vingt-trois ans d'une overdose. De sa brève mais intense filmo d'acteur aux œuvres qui le réfléchissent comme icône (My Own Private River, le film de James Franco à partir des rushes de celui de Gus Van Sant), pérégrination sur les traces du plus vibrant des anges foudroyés.
Voir la vidéo
Conférences

le (2h16m5s)

Derrière le miroir, trucages, jeux d'optiques et effets d'étrangeté dans les films de Raoul Ruiz

Les expérimentations techniques sont au cœur de nombreux films de Raoul Ruiz, car il aimait faire des jeux d'images comme on fait des jeux de mots. Nombre de ses films ont été tournés avec des budgets souvent dérisoires, parfois avec des chutes de pellicule, une caméra prêtée et le concours bénévole d'amis acteurs et techniciens. Sur le plan technique, cette utilisation des trucages directs correspond à une méthode que Ruiz ne cessera d'explorer.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h32m41s)

Changements de têtes, de Méliès à David Lynch. Conférence de Diane Arnaud

Un comédien qui interprète plusieurs rôles attire irrésistiblement l'attention. Dans l'autre sens, les manipulations plastiques de son image, dédoublée ou transformée, peuvent démonter son jeu et menacer sa présence au point d'opérer un remplacement par un autre acteur. Ce sont ces destins d'images, spectaculaires et périlleux, qu'il s'agira de raconter, de Méliès à Face/Off en passant par Lost Highway.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h44m28s)

L'Œil des monstres : traversée de John Huston. Conférence de Pierre Berthomieu

Scénariste privilégiant les adaptations impossibles, aventurier excentrique, John Huston fut d'abord un « cinéaste classique ». Son indépendance farouche révéla ensuite un grand narrateur mais anti classique – sans doute le véritable Huston, naturaliste, moderne, mais porté par l'obsession du mythique. On pourra ainsi traverser les périodes créatrices d'un cinéaste irréductible aux grilles thématiques, à l'aise avec l'échec de l'immense.
Voir la vidéo
Conférences

le (37m8s)

Une photographie contre-révolutionnaire : le calotype français des années 1840-1850

Le développement du calotype en France à la fin des années 1840 s'appuie sur l'idée d'une pratique alternative de la photographie contre l'industrie photographique symbolisée alors par le daguerréotype. Se créer alors autour de cette technique un cénacle qui tente de rapprocher l'image argentique d'une culture aristocratique en défendant une pratique plus noble de la photographie. Une noblesse alimentée autant par la qualité des opérateurs que par leurs prétentions artistiques.
Voir la vidéo
Conférences

le (27m11s)

Le cas Lartigue : un amateur de la haute bourgeoisie

La photographie de Lartigue se développe au début du XXème siècle au sein d’une famille d’ingénieurs et entrepreneurs en télécommunication (téléphone) et transport (chemins de fer). Depuis un demi-siècle, cette longue lignée d’inventeurs se passionne pour les nouvelles technologies en photographie, cinéma, aéronautique ou encore la presse. Le milieu de la haute bourgeoisie, auquel appartient Lartigue, est également féru de spectacle, tel que le théâtre, les actualités et le sport. Il sera ici question de montrer les liens entre les premiers instantanés de Lartigue, montrant des sujets en mouvement et leur contexte, celui d’une famille captiveé par le spectacle ...
Voir la vidéo
Conférences

le (26m57s)

« EAST » : des archives à la collection

Entre 1992 et 2000, l’entreprise allemande VNG (groupe de gaz européen) passe commandes à de grands noms de la photographie issus principalement de l’école de Leipzig afin de documenter les transformations du territoire de l'ex-RDA peu après la chute du mur. "Stand Land Ost" ou "Les archives de la vérité", se situe entre volonté de témoignage historique et constitution d'une collection, cette commande semble paradigmatique des problématiques de la photographie contemporaine. Au fil du projet, le document photographique devient oeuvre d'art, perdant sa valeur d'usage aux yeux du commanditaire pour prendre une valeur économique.
Voir la vidéo
Conférences

le (37m58s)

« Ultra-réalisme » et détournement : la photographie dans l'oeuvre de Hans Haacke et la question du mécénat

Depuis les années 1970, Hans Haacke a réalisé de nombreuses œuvres pour dénoncer les connivences entre les milieux artistiques, politiques et économiques. Ainsi, le chocolatier Peter Ludwig et le joaillier et horloger Cartier sont les cibles de quelques-unes de ses œuvres les plus radicales. Partant des œuvres réalisées sur ces deux mécènes, il sera question du rôle et de la fonction de la photographie entre « ultra-réalisme » (Bourdieu) et détournement dans l’exploration rigoureuse que l’artiste mène sur le lien existant entre mécénat et économie.
Voir la vidéo
Entretiens

le (12m13s)

Entretien avec Juan Ignacio Sabatini (Rencontres 2009)

Juan Downey, oncle de Juan Ignacio Sabatini, qui donne son titre au film, "Juan Downey, más allá de estos muros", 2005, était un plasticien célèbre à New York dans les années 70 et 80, exilé qui est peu rentré au Chili, étant persona non grata pour le régime de Pinochet. Le documentariste part à la rencontre de ce parent lointain et trouve une œuvre solide, novatrice, brillante, ignorée dans son pays d’origine.Les documentaires produits au Chili ces dernières années sont d’une grande qualité, il y a un grand travail de mémoire.Entretien réalisé dans le cadre des 21ème Rencontres Cinémas d'Amérique ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte