Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 889
Entretiens

le (55m0s)

Formation et promotion : les films « d’enseignement » de cardiologie d’Éric Duvivier

Intervention de Christian Bonah (SAGE, Université de Strasbourg) :Formation et promotion : les films « d’enseignement » de cardiologie d’Éric Duvivier.MEDFILM Journée d’étude n°221 septembre 2012 à l'Université Paris Diderot Grands MoulinsÀ la croisée de la promotion, de la formation et du film expérimental médical : Éric Duvivier et la compagnie de production ScienceFilm (1950-2000)Dans le cadre des journées d’étude MEDFILM « Histoire du film médical et sanitaire en France et en Allemagne : Recherche, enseignement et propagande, 1895-1960 »Coordination : Thierry Lefebvre, Christian Bonah, Vincent LowyEn partenariat avec le CERIMES
Voir la vidéo
Entretiens

le (47m47s)

Les « spécificités féminines » dans le film médical d’Éric Duvivier : problèmes et traitements

Intervention de Anne Masseran (Université de Strasbourg, CREM Université de Lorraine).MEDFILM Journée d’étude n°221 septembre 2012 à l'Université Paris Diderot Grands MoulinsÀ la croisée de la promotion, de la formation et du film expérimental médical : Éric Duvivier et la compagnie de production ScienceFilm (1950-2000)Dans le cadre des journées d’étude MEDFILM « Histoire du film médical et sanitaire en France et en Allemagne : Recherche, enseignement et propagande, 1895-1960 »Coordination : Thierry Lefebvre, Christian Bonah, Vincent LowyEn partenariat avec le CERIMES
Voir la vidéo
Conférences

le (1h21m4s)

Preminger, ou comment survivre en Amérique. Conférence de Mathieu Macheret

De Laura (1944) à The Thirteenth Letter (1951), à travers les dix premiers films qu'Otto Preminger réalisa, et souvent produisit, pour la Twentieth Century Fox, une étude de l'arrivisme, de l'égoïsme, des figures de domination et d'exclusion dans un univers – les États-Unis d'après-guerre – où il faut sans cesse lutter pour espérer rester dans le cadre, assurer sa place devant la caméra.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h24m38s)

Qui êtes-vous Uri Zohar ? Conférence d'Ariel Schweitzer

Historien de cinéma, critique et enseignant (Paris 8, Université de Tel-Aviv), Ariel Schweitzer est l'auteur du Cinéma israélien de la modernité (Paris, 1997 / Tel- Aviv, 2003) et le coordinateur de l'ouvrage Il cinema israeliano contemporaneo (Marsilio Editori, 2009). Critique aux Cahiers du cinéma, il est également le traducteur en hébreu de Notes sur le cinématographe de Robert Bresson et commissaire de rétrospectives (Bresson, Godard, David Perlov...).
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h3m59s)

Dialogue avec Jean-Louis Trintignant

Dialogue animé par Serge Toubiana« Ce que j'ai le plus aimé au cinéma, c'est d'être l'incarnation d'un personnage différent de moi et réaliste. C'est pour cela que je suis devenu acteur. Je suis curieux des autres. Il n'y a pas de façon plus intime pour rentrer dans leur peau(...) En général, je trouve que les acteurs surjouent toujours un peu. On devrait être plus simples, mettre moins d'intentions. En avançant en âge, je m'efforce d'intérioriser mon jeu. Il faut ressentir les choses, et c'est l'œil de la caméra ...
Voir la vidéo
Conférences

le (2h21m55s)

Conférence du Conservatoire des techniques cinématographiques par Anne Gourdet-Mares : "Un anniversaire : le Pathé-Baby et le format 9,5 mm (1922)"

En proposant en décembre 1922 un petit projecteur d'utilisation simple et de forme séduisante, le Pathé-Baby, et, un an plus tard, sa caméra, Pathé-Cinéma réussit à imposer le 9,5 mm comme le format amateur en France. Le succès est immédiat et dépasse les frontières, installant définitivement le cinéma dans les foyers, comblant cinéphiles en herbe et apprentis cinéastes (Jacques Demy en sera un exemple célèbre). A partir de leur modèle originel, projecteurs et caméras se modernisent, s'accessoirisent, se déclinent afin de plaire à un public toujours plus large et exigeant. Pendant près de 60 ans, le 9,5 mm coexiste avec ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h21m3s)

1/2 Master class de Claire Simon, réalisatrice.

Rencontre avec la réalisatrice Claire Simon, animée par Marc Henri Piault, directeur de recherche honoraire au CNRS, anthropologue et cinéaste.« Pour moi faire un film, c’est avant tout peindre, montrer dans ce que je vois, ce qui crie, ce que je ne veux pas voir, ce que je ne sais pas deviner et qui finalement se révèle peu à peu dès que le tournage commence » (Claire Simon)Claire Simon a appris le cinéma par le biais du montage ainsi qu’en tournant parallèlement des courts-métrage de manière indépendante. Parmi ses films les plus remarqués on trouve  La police en 1988 ou Scènes de ménage avec Miou Miou, en 1991. ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte