Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 890
Conférences

le (59m35s)

1 - Master Classe Jean GAUMY

Master classe Jean Gaumy, enregistré le 23 novembre 2013 à l'EHESS. Organisé par le Comité du Film Ethnographique.Rencontre avec Jean Gaumy, cinéaste et photographe de l’agence Magnum, animée par le critique et cinéaste Alain Bergala. 1ère partie: Autour du film "La Boucane" (1984) 2ème partie: Autour des films "Jean-Jacques" (1987) et "Marcel, Prêtre" (1994) 3ème partie : Autour du film "Sous-marin" (2006) « J’ai commencé à m’intéresser aux films ethnographiques très naturellement. Ce que j’y découvrais était un peu ce que, photographe, je faisais très instinctivement, par approximations successives. Être proche ...
Voir la vidéo
Conférences

le (46m26s)

2 - Master Classe Jean GAUMY

Master classe Jean Gaumy, enregistré le 23 novembre 2013 à l'EHESS. Organisé par le Comité du Film Ethnographique.Rencontre avec Jean Gaumy, cinéaste et photographe de l’agence Magnum, animée par le critique et cinéaste Alain Bergala. 1ère partie: Autour du film "La Boucane" (1984) 2ème partie: Autour des films "Jean-Jacques" (1987) et "Marcel, Prêtre" (1994) 3ème partie : Autour du film "Sous-marin" (2006) « J’ai commencé à m’intéresser aux films ethnographiques très naturellement. Ce que j’y découvrais était un peu ce que, photographe, je faisais très instinctivement, par approximations successives. Être proche des ...
Voir la vidéo
Conférences

le (41m12s)

3 - Master Classe Jean GAUMY

Master classe Jean Gaumy, enregistré le 23 novembre 2013 à l'EHESS. Organisé par le Comité du Film Ethnographique.Rencontre avec Jean Gaumy, cinéaste et photographe de l’agence Magnum, animée par le critique et cinéaste Alain Bergala. 1ère partie: Autour du film "La Boucane" (1984) 2ème partie: Autour des films "Jean-Jacques" (1987) et "Marcel, Prêtre" (1994) 3ème partie : Autour du film "Sous-marin" (2006) « J’ai commencé à m’intéresser aux films ethnographiques très naturellement. Ce que j’y découvrais était un peu ce que, photographe, je faisais très instinctivement, par approximations successives. Être proche des ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h37m4s)

Conférence de Kengo KUMA - The power of location

20th century was the age when architecture turned to gigantic commodities circulating around the globe. In 90s, I was thinking hard if any architecture could be possible that transcend economic waves. Then I concluded it should be a conduct of design that puts its location first before anything else. You use materials available only from that place, work with local specialists who know the site inside out, create a building that harmonizes with the climate and environment of the place and is truly wanted by the ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h45m39s)

De l'art à l'écran, et retour

L’histoire de la relation de l’art à l’image en mouvement n’est certes pas terminée, mais plus de cent ans après la naissance du cinéma, le rapport s’est pour une part inversé : les galeries sont désormais truffées d’écrans, grands ou petits. Pour n’être plus argentique, du moins dans la plupart des cas, ces écrans empruntent au moins autant au cinéma que ce que celui-ci autrefois emprunta (et continue d’emprunter) à l’art. Entre-temps l’art et le cinéma n’ont cessé de « s’entreportraiturer ».
Voir la vidéo
Autres

le (1h15m5s)

La Longue route de sable, Pier Paolo Pasolini. Lecture par François Négret

À l'été 1959, au volant de sa Fiat Millecento, Pier Paolo Pasolini se lance dans un tour complet du littoral italien pour le compte du magazine à grand tirage Successo. Au fil de cette « longue route de sable » se dessinent les contours d'une société en mouvement. Passant parmi les passants, Pasolini effectue ce voyage à contre-courant de la culture de masse et du temps, en quête de l'Italie et de ses propres origines.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h33m0s)

La Belle et la bête. Conférence de Jean-Marc Lalanne et lecture de Cindy Rabouan et Bernard Mazzinghi

Près de quinze ans après un premier coup d'essai sans suite immédiate (Le Sang d'un poète), après être devenu le scénariste prisé d'un cinéma français dont il désavoue tous les préceptes, Jean Cocteau revient à la mise en scène avec La Belle et la bête. Et réussit non seulement un chef-d'œuvre (à la splendeur inentamée), mais aussi un manifeste, un coup de cutter dans le cinéma de son époque – le réalisme poétique – redéfinissant cinématographiquement le réalisme et la poésie. En conclusion de la conférence, lecture à deux voix d'extraits de La Belle et la bête : journal d'un ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte