Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 943
Conférences

le (1h9m2s)

Clint Eastwood, le grand "réparateur"

Depuis presque cinquante ans, Eastwood n'en finit pas de vouloir "réparer" toutes les histoires : la sienne par exemple, objet d'un malentendu de départ qu'il n'aura de cesse de dissiper ; celle d'un cinéma hollywoodien défunt dont il incarne à lui seul une forme de prolongement magnifique ; le temps lui-même qui fuit et dont il rêve de contrarier la course ; les accidents historiques d'une nation qu'il rêve de réconcilier avec elle-même. Bref, le projet de toute une vie.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h17m10s)

Fritz Lang / Eleanor Rosé, dialogue d'exilés. Lecture de Hanns Zischler

Lecture inédite par Hanns Zischler de la correspondance de Fritz Lang avec l'une de ses plus proches amies, Eleanor Rosé. Lang et Rosé se rencontrent à Munich avant la Première Guerre mondiale et vont correspondre jusqu'à la fin de la vie du cinéaste, en 1976. Au fil des lettres se révèle un Fritz Lang intime et méconnu, observateur aigu de son temps et de l'Amérique qui l'a accueilli, très grave dans l'évocation du traumatisme du nazisme et de la guerre, du déracinement, mais aussi plein d'humour et d'autodérision...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h31m54s)

Fritz Lang : une vie à l'œuvre. Conférence de Bernard Eisenschitz

« Savez-vous, chère Lotte Eisner, que vous tous, et la Cinémathèque, m'avez infiniment donné ? Quand on fait des films depuis aussi longtemps que moi et qu'on a vécu depuis vingt-cinq ans en Amérique (...), l'attitude qu'on a envers les problèmes de création s'en trouve modifiée. L'accueil qui m'a été réservé lors de ma venue à La Cinémathèque m'a profondément ému, car il m'a prouvé que le dur travail de toute une vie n'a pas été gaspillé, n'a pas été dépourvu de sens. » (Fritz Lang, lettre du 29 juin 1959)
Voir la vidéo
Conférences

le (1h33m31s)

Dialogue avec Nanni Moretti

Dialogue animé par Serge Toubiana. Traduction par Rosanna Gasbarro. "Nous sommes à la fin de l'été 1972, je sors du lycée et je dois décider de ce que je vais faire dans la vie. Je me souviens d'une conversation avec un ami qui me demande ce que je veux faire. En devenant tout rouge, je lui réponds : "Je voudrais faire du cinéma". Il insiste : "Mais quoi exactement, acteur ou réalisateur ?" Et moi, encore plus embarrassé : "Les deux"." (Nanni Moretti)
Voir la vidéo
Conférences

le (43m51s)

Dialogue avec Francesco Rosi

Dialogue animé par Michel Ciment, Costa-Gavras et Serge Toubiana."Je respecte le scénario mais j'invente dès que c'est possible et j'ajoute l'épaisseur que la scène filmée doit avoir par rapport à la scène écrite. C'est, je crois, un peu une caractéristique des réalisateurs italiens. Nous laissons une marge pour le travail sur le plateau. Si je décrivais tout dans mon script, si tout était prévu, peut-être qu'ensuite je n'aurais plus envie de le tourner. Il faut laisser une ouverture pour l'imagination ou la situation du moment."Francesco Rosi, 1986
Voir la vidéo
Conférences

le (1h45m32s)

Stanley Kubrick, l'invention technique au service de l'art du cinéma. Conférence de Joe Dunton

L'intemporelle qualité visuelle des films de Stanley Kubrick est une des raisons pour lesquelles le public du monde entier continue d'être si fasciné par cette œuvre singulière. Le style cinématographique de Kubrick sert strictement la narration en donnant forme à des atmosphères et en intégrant à la perfection décors, jeu d'acteurs et mouvement. Kubrick reste imperméable aux modes visuelles, tout comme aux engouements de l'industrie du cinéma.Il débute sa carrière en tant que photographe. Puis il s'adonne à des productions aussi diverses que des films à petits budgets et des épopées réalisées au sein des studios, jusqu'à ce qu'il devienne ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h17m36s)

Le cerveau et le monde : Shining et après. Conférence d'Emmanuel Siety

Dans L’Image-temps, Gilles Deleuze voyait en Stanley Kubrick, à l’instar d’Alain Resnais, un cinéaste « de l’identité du monde et du cerveau ». En partant de Shining, nous questionnerons et prolongerons ce rapprochement en avançant trois autres noms de cinéastes explorateurs d’états limites du monde et de la conscience : David Lynch, Michael Haneke et Gus Van Sant.Emmanuel Siety est maître de conférences en cinéma à l’université Paris 3 - Sorbonne nouvelle. Il est l’auteur de La Peur au cinéma (Cinémathèque française/Actes Sud, 2006), Fictions d’images (Presses Universitaires de Rennes, 2009) et Le Plan, au commencement du cinéma (Cahiers du ...
Voir la vidéo
Conférences

le (16m46s)

Les contextes cachés du film de Wojciech Has "Manuscrit trouvé à Saragosse" / Marcin Maron

Les contextes cachés du film de Wojciech Has "Manuscrit trouvé à Saragosse" / Marcin Maron. In colloque "Jean Potocki. Pérégrinations", organisé par la section de slavistique de l'UFR de Langues, Littératures et Civilisations Étrangères de l'Université Toulouse II-Le Mirail dans le cadre de la "Semaine polonaise". Toulouse : Université-Toulouse II-Le Mirail, 14-15 avril 2011.Thématique 3 : D'un genre à l'autre.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte