Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 941
Conférences

le (1h16m1s)

David Lynch : la double vie des personnages. Conférence de Diane Arnaud

Le cinéma de Lynch voit double en concevant ses personnages. D'un côté, le geste de l'artiste, modelant ses créatures et animant des figures, jusqu'à les transformer. De l'autre, le désir du metteur en scène de s'attacher au corps d'un acteur, de le rediriger vers un autre rôle, de changer son image. Miroitement incessant entre création et fiction qui reflète les troubles du sujet, d'Eraserhead à Inland Empire.Diane Arnaud enseigne l'analyse et l'esthétique filmiques à l'Université Paris Diderot. Elle a publié des ouvrages sur Alexandre Sokourov et Kiyoshi Kurosawa, ainsi que plusieurs articles sur David Lynch.
Voir la vidéo
Label UNT Vidéocours

le (52m6s)

Le documentariste et ses outils à travers les âges (Penser le cinéma documentaire : leçon 1, 1/2)

Le cinéma documentaire est né de la rencontre entre le désir des cinéastes d'explorer le monde et la passion des inventeurs d'enregistrer le réel :Entre Louis et Auguste Lumière, filmant le déjeuner en famille avec une caméra cinématographe noir et blanc muette et Dominique Cabréra se filmant elle-même avec une caméra DV numérique en couleurs et sonore, il y a cent ans d'écriture documentaire et d'inventions techniques.Les cinéastes ont cherché à transmettre, avec leur point de vue, la vie quotidienne de leurs contemporains en s'approchant progressivement au plus près de leur intimité, jusqu'à parfois devenir les propres "acteurs" de leurs ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h16m14s)

Le cinéma de Kubrick, entre raison et passion

Un fil rouge relie les films de Kubrick qui sont autant d’avertissements en forme de fables : le rapport au coeur de chaque homme et dans la société entre une volonté de contrôle, l’affirmation de la raison et l’irruption de la passion, de la violence et du refoulé.Historien et critique de cinéma, Michel Ciment est maître de conférences en civilisation américaine à l’université de Paris 7 et membre du comité de rédaction de Positif, collaborateur régulier du Masque et la Plume à France Inter et producteur de Projection privée à France Culture. Il est l’auteur, entre autres, de Kazan par ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h17m36s)

Le cerveau et le monde : Shining et après. Conférence d'Emmanuel Siety

Dans L’Image-temps, Gilles Deleuze voyait en Stanley Kubrick, à l’instar d’Alain Resnais, un cinéaste « de l’identité du monde et du cerveau ». En partant de Shining, nous questionnerons et prolongerons ce rapprochement en avançant trois autres noms de cinéastes explorateurs d’états limites du monde et de la conscience : David Lynch, Michael Haneke et Gus Van Sant.Emmanuel Siety est maître de conférences en cinéma à l’université Paris 3 - Sorbonne nouvelle. Il est l’auteur de La Peur au cinéma (Cinémathèque française/Actes Sud, 2006), Fictions d’images (Presses Universitaires de Rennes, 2009) et Le Plan, au commencement du cinéma (Cahiers du ...
Voir la vidéo
Conférences

le (43m51s)

Dialogue avec Francesco Rosi

Dialogue animé par Michel Ciment, Costa-Gavras et Serge Toubiana."Je respecte le scénario mais j'invente dès que c'est possible et j'ajoute l'épaisseur que la scène filmée doit avoir par rapport à la scène écrite. C'est, je crois, un peu une caractéristique des réalisateurs italiens. Nous laissons une marge pour le travail sur le plateau. Si je décrivais tout dans mon script, si tout était prévu, peut-être qu'ensuite je n'aurais plus envie de le tourner. Il faut laisser une ouverture pour l'imagination ou la situation du moment."Francesco Rosi, 1986
Voir la vidéo
Conférences

le (1h33m31s)

Dialogue avec Nanni Moretti

Dialogue animé par Serge Toubiana. Traduction par Rosanna Gasbarro. "Nous sommes à la fin de l'été 1972, je sors du lycée et je dois décider de ce que je vais faire dans la vie. Je me souviens d'une conversation avec un ami qui me demande ce que je veux faire. En devenant tout rouge, je lui réponds : "Je voudrais faire du cinéma". Il insiste : "Mais quoi exactement, acteur ou réalisateur ?" Et moi, encore plus embarrassé : "Les deux"." (Nanni Moretti)
Voir la vidéo
Conférences

le (24m34s)

Introduction

Introduction par Raymond Dartevelle : Ce premier colloque s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche en cours, d’une collaboration pluridisciplinaire histoire économique/histoire de l’art entre institution académique (INHA), structure de recherche publique (Université Paris 1/HiCSA-CIRHAC) et privée (IMEF). A partir d’une réflexion initiée par Guylaine Dartevelle (historienne de l’art à l’IMEF) et approfondie dans le cadre de nombreux échanges autour de Michel Poivert (Université Paris 1), le colloque a pour objectif d’ouvrir un nouveau champ de recherche, de penser l’image moderne, en l’occurrence la photographie, dans son rapport à l’argent et d’analyser son insertion dans ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (1h8m27s)

Le film documentaire, les approches et les méthodes

Dans cet entretien, Djamel TAHI nous parle de son expérience de réalisateur de films documentaires en évoquant des aspects et des étapes essentiels de la réalisation comme : l’élaboration d’un synopsis, le choix du mode de narration et l’importance de l’interview dans ce genre de films. Djamel TAHI - auteur, réalisateur et producteur de films documentaires, - commence sa carrière dans l’audiovisuel en tant que monteur de films de fiction et de documentaires. Il anime plusieurs ateliers rattachés à ce domaine en France et au Maghreb, tout en travaillant également comme journaliste d’investigation, activité qui l’amène à ...
Voir la vidéo
Entretiens

le (32m27s)

Entretien avec l'actrice et peintre-floriste Sugra BAGIRZADE /Aktrisa və florist-rəssam Suğra BAĞIRZADƏ ilə müsahibə

Sugra BAGIRZADE est une actrice et peintre-floriste célèbre en Azerbaïdjan. Dès son enfance, sa vie a été liée au monde de l'art, notamment grâce à son interprétation de la chanson "Cucelerim" ("Djudjelerim"- Mes poussins) qui a connu un brillant succès non seulement en Azerbaïdjan mais également au-dela de ses frontières. Mais c'est surtout comme ingénieur, suite à ses études, que Sugra BAGIRZADE fait ses débuts au Studio Cinématographique d'Etat "Azerbaïdjanfilm". De par son talent artistique, elle est, par la suite, invitée à tourner dans de nombreux films, s'inscrivant ainsi dans l'histoire du cinéma azerbaïdjanais. Des années plus tard, ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte