Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 210
Conférences

le (2h25m46s)

ÉDOUARD GLISSANT ET LE DISCOURS ANTILLAIS : LA SOURCE ET LE DELTA - PARTIE 1

La FMSH a accueilli les deux premières journées de ce colloque qui s'est déroulé du 25 au 28 avril 2019, en même temps que l'exposition « Le Discours antillais d'Édouard Glissant : traces et paysages ».Programme du 25 avril (Partie 1)Ouverture officielle du colloque Mot de bienvenue de Jean-Pierre Dozon, vice-président de la FMSH Introduction au colloque par Sylvie Glissant, directrice de l’Institut du Tout-Monde Introduction aux séances de travail par Loïc Céry (ITM, CIEEG) : « Émergences et postérités du Discours antillais : le multiple et le singulier »Conférence inaugurale par Jacques Coursil, linguiste, musicien, prix Édouard Glissant 2017Le ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h45m39s)

De l'art à l'écran, et retour

L’histoire de la relation de l’art à l’image en mouvement n’est certes pas terminée, mais plus de cent ans après la naissance du cinéma, le rapport s’est pour une part inversé : les galeries sont désormais truffées d’écrans, grands ou petits. Pour n’être plus argentique, du moins dans la plupart des cas, ces écrans empruntent au moins autant au cinéma que ce que celui-ci autrefois emprunta (et continue d’emprunter) à l’art. Entre-temps l’art et le cinéma n’ont cessé de « s’entreportraiturer ».
Voir la vidéo
Conférences

le (1h44m20s)

L'avenir de la scène de ménage

En s’interrogeant sur les limites de la fiction, on verra que celle-ci a remarquablement résisté à tout ce qui, de l’intérieur comme de l’extérieur du cinéma, tend à en réduire la part. Le cinéma est art de la production et la gestion du temps ; la fiction, c’est tout simplement l’art, universellement pratiqué, de mettre imaginairement de l’ordre dans le monde. Leur rencontre n’a pas fini de nous poser des questions.
Voir la vidéo
Conférences

le (1h40m14s)

Les séries TV et le soap opera

En France, la télévision est considérée comme un support « impur », inapte à véhiculer des productions artistiques conçues spécifiquement pour elle. Il n'en va pas de même partout. Aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, où spectacle populaire et production artistique vont toujours de pair (et ont toujours été indépendants du pouvoir), les productions télévisées sont infiniment plus audacieuses et plus inventives qu'en France. Le mépris habituellement réservé aux « séries » et aux « soaps » par les intellectuels français repose sur une seule chose : leur ignorance profonde de ce genre, certes populaire, mais aussi créatif que la bande dessinée, ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte