Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 9386
Label UNT Entretiens

le (2m41s)

11. Quelle est la posture du scientifique qui étudie les socio-écosystèmes ? Question à Raphaël Mathevet, chercheur CNRS, MAB France

Dinguant trois types de recherche sur les systèmes socio-écologiques - recherche fondamentale recherche appliquée et recherche engagée - Raphaël Mathevet souligne que la posture du scientifique vis-à-vis de ses recherches, de l’interprétation et de l’utilisation de ses résultats doit tenir compte de son implication personnelle dans la gestion du socio-écosystème qu’il étudie.
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (4m40s)

12. Comment l’éducation à la biodiversité et au développement durable est-elle mise en œuvre ? Question à Catherine Cibien, Directrice scientifique du MAB France

Catherine Cibien présente les différents types d’activités pédagogiques proposées par les réserves de biosphère aux établissements scolaires locaux. Les activités scientifiques s’inscrivent souvent dans des projets de sciences participatives, à l’échelle nationale ou régionale. Un élément important est la possibilité ...
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (2m40s)

13. Les Réserves de Biosphère favorisent-elles la préservation collective de la biodiversité par les citoyens ? Question à Anne-Caroline Prévot-Julliard, chercheuse CNRS/MNHN, Comité MAB France

Soulignant qu’un des objectifs des réserves de biosphère est la construction d’une identité commune par les habitants de ces territoires, qui soit favorable à la préservation de la biodiversité, Anne-Caroline Prévot-Julliard résume les trois composantes de la relation de chacun avec la nature (composantes cognitive, affective et sociale), qui toutes trois sont stimulées (respectivement par l’enseignement, la proximité spatiale et le discours collectif) dans les réserves de biosphère.
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (2m27s)

14. Qu’apportent les sciences participatives à la recherche et à la préservation de la biodiversité ? Question à Anne-Caroline Prévot-Julliard, chercheuse CNRS/MNHN

Les sciences participatives sont des opérations de recherche qui s’appuient sur la collaboration de réseaux d’observateurs bénévoles, collectant les données selon des protocoles bien précis. Anne-Caroline Prévot-Julliard souligne que ces recherches sont importantes non seulement (au plan scientifique) parce qu’elles contribuent largement aux progrès des connaissances sur la dynamique ...
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (3m30s)

15. Les Réserves de Biosphère sont-elles propices au développement durable ? Question à Christophe Le Page, chercheur au CIRAD, comité MAB France

Après avoir brièvement exposé la question de la gestion durable de biens communs, casse-tête pour les économistes depuis plus de quarante ans, Christophe Le Page énonce les principales conditions nécessaires à la gestion collective et durable d’un système socio-écologique complexe : exploration du fonctionnement de ce système, partage des connaissances, donc recherche, éducation, communication, concertation entre les parties prenantes, mais aussi motivation des acteurs.Sachant que ces «prérequis» sont des objectifs prioritaires du MAB, il conclut que les réserves de biosphère offrent des conditions favorables à la gestion collective durable des ressources régionales.
Voir la vidéo
Label UNT Entretiens

le (3m3s)

16. Vingt ans d’expérience en réserve de biosphère : Quel bilan pour la vallée du Galeizon ? Question à Yannick Louche, Maire de Cendras, Président du Syndicat Mixte d’Aménagement de la Vallée du Galeizon

A l’occasion des vingt ans d’expérimentation du programme MAB dans la Vallée du Galeizon, Yannick Louche dresse un bilan des actions menées dans ce territoire en termes d’impact sur le développement économique, la préservation de la biodiversité, l’information (et la culture écologique) des habitants, ainsi que leur participation aux projets d’écodéveloppement locaux.
Voir la vidéo
Documentaires

le (17m32s)

Porto : genèse et adaptation des paysages d’un vin généreux

Au Portugal, depuis le XVIIe siècle, la vallée du Douro est célébrée pour ses vins généreux, au style inimitable, les portos. Le vignoble du Haut-Douro, classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco, en 2001, en tant que paysage culturel évolutif et vivant, associe des formes diversifiées d’organisation de la vigne, correspondant à plusieurs techniques utilisées au cours des temps. Commençant par un rapide survol historique, puis par l’observation du paysage viticole actuel, ce film documentaire  essaye de comprendre l’évolution historique de la région du Haut-Douro, en rapport avec les politiques de régulation du système du vin de Porto produit dans cette ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (36m45s)

La Contraviesa, un vignoble d’altitude

Situé entre la mer Méditerranée et la Sierra Nevada, le massif de la Contraviesa est une montagne littorale andalouse culminant à 1400 m. Ce milieu d’altitude, à pentes fortes et ne disposant que d’une ressource en eau très limitée, est traditionnellement caractérisé par un triptyque de cultures pérennes : amandier-figuier-vigne.Cette polyculture ancestrale est sur le déclin depuis les années 1970.Sur la base d’interviews et s’appuyant sur la connaissance de chercheurs locaux, ce film souligne quatre aspects principaux, tout en inscrivant l’ensemble dans une perspective de mutations de la vitiviniculture à l’échelle du sud-ouest européen :1. La viticulture traditionnelle,2. Les initiatives de reconversion ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (22m22s)

La Liébana, ou le sauvetage, au XXIe siècle, d’un micro vignoble montagnard

La Liébana est l’exemple d’un bassin intra montagnard bénéficiant de conditions climatiques relativement favorables. Celles-ci lui ont permis d’abriter un vignoble longtemps important puisqu’il couvrait jusqu’à 1000 hectares au Moyen-âge.L’histoire récente de ce petit vignoble est celle d’une longue dégradation (phylloxéra, vieillissement des producteurs, exode rural), jusqu’à une période toute proche. Ce retournement de la conjoncture est surtout lié au tourisme local qui permet à une poignée de producteurs, s’appuyant également sur diverses aides institutionnelles, de se lancer dans la commercialisation du vin. Le succès dépasse leurs espérances entrainant la replantation de nouvelles parcelles de vignes.
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte