Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 2616
Documentaires

le (14m14s)

Des richesses écologiques aux spécificités de l’hydrosystème justifiant la mise en Réserve

L’objectif de cette séquence est de présenter les paysages, l’histoire de la formation du bolsón endoréique de Mapimí, la biodiversité floristique, l’hydrologie et les conditions climatiques afin de comprendre l’organisation des milieux. La région de Mapimí se situe au nord du Mexique dans le désert de Chihuahua qui recouvre 350 000 km2, représentant plus de 13 % du territoire du Mexique. La Réserve de Biosphère occupe une superficie de 342 387 hectares étendus sur 3 régions : Durango, Chihuahua et Coahuila. La zone ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (14m1s)

Le patrimoine historique de la RBM : origine de la présence humaine et des activités au cœur du bolsón

On rencontre aujourd’hui au cœur du bolsón de Mapimí une richesse et diversité culturelle résultant des différentes influences indigènes et espagnoles. Après une période marquée par le nomadisme (peintures rupestres et pointes de flèches taillées), le peuplement du bolsón se concrétise par la colonisation espagnole qui développe les premières haciendas et conduit au déplacement et à la sédentarisation des indigènes. Apparaît alors un élevage équin à destination des mines mais ces activités restent extensives en raison de la présence indienne. La révolution mexicaine, associée ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (8m56s)

Une réserve à deux temps : une gestion moins tournée vers l’écologie avec le changement de coordinateur

L’idée de la zone protégée émerge au début des années 1970 et se matérialise en 1977 d’abord par une « reserva forestal integral » établie par Décret de l’Etat de Durango. Avec l’adhésion au programme MAB la même année, elle portera aussi le statut de « reserva de biosfera y refugio faunistico ». On observera alors deux phases dans l’histoire de la RBM : la première 1977-2000 se caractérise par une Réserve de Biosphère sous la tutelle de l’INECOL et une prédominance des actions de conservation et d’investigations. Cette première phase est ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (23m6s)

Principes et modalités de gestion des aires naturelles protégées et réserves de biosphère au Mexique

Au Mexique, les réserves de biosphère sont reconnues par la législation nationale et intégrées aux ANP, aires naturelles protégées identifiées et gérées par le SEMARNAT, Secrétariat de l’Environnement et des ressources naturelles, au même titre que les parcs nationaux ou les sanctuaires. Etablies par décret fédéral, le zonage dans les réserves de biosphère mexicaines répond au principe du programme MAB et comprend une zona nucleo, où les activités sont interdites, et différentes subzonas, où les activités et les actions sont établies en collaboration avec les ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (24m17s)

La participation dans la réserve : modalités et facteur de réussite des actions de restauration et de sensibilisations

L’intégration des communautés aux prises de décision et aux actions est un point emblématique des réserves de biosphère. La participation dans le cas de Mapimí s’initie par la présence de la population aux assemblées du Consejo Asesor et de la CONANP aux réunions des 11 ejidos de la réserve, ce qui permet des échanges avec les usagers des ressources comme les éleveurs. La situation géographique – à cheval sur 3 états - et la taille de la réserve - avoisinant 340 000 ha - ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (14m24s)

L’agriculture dans la réserve : entre difficultés et attachement au territoire

Jusqu’aux années 1950, l’activité et l’occupation agricole sur le site de la future réserve se limitent à quelques haciendas comme celle de la Flor. En 1950 s’amorce une colonisation de la région sous l’impulsion de l’état qui finance l’installation de nouveaux ejidos formés de paysans sans terre déplacés et l’aménagement de barrages pour assurer la ressource en eau nécessaire à l’élevage bovin, animaux destinés à l’exportation vers les Etats Unis. L’activité se développe essentiellement au sein d’ejidos comme celui du NCPE Tlahualilo (créé en ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (12m32s)

L’agriculture sur les marges de la réserve : pratiques intensives fondées sur la ressource en eau

Au cours des dernières décennies, la région a vu se développer une agriculture intensive basée sur l’usage de la ressource en eau souterraine, de denses réseaux d’irrigation et une haute technification, bénéficiant de soutiens agricoles et financiers estadal et fédéral. L’agriculture en temporal, basée sur l’eau pluviale, a quasiment disparue : le blé, le maïs et les haricots ont laissé place au coton puis aux melons, oignons, poivrons, piments, figuiers - en plein champs ou sous serres - et élevages intensifs de bovins et de volailles ...
Voir la vidéo
Documentaires

le (15m42s)

L’écotourisme dans la réserve : histoire et dynamisme de l'association de « La Flor »

La fréquentation désordonnée de la <em>zona del silencio, zone du silence, des années 1970 a progressivement laissé place à l’organisation d’un tourisme culturel, rural et environnementale, accompagné et respectueux de l’environnement. Ce nouveau tourisme, témoignant d’un fort attachement au lieu, s’appuie sur la mise valeur la richesse naturelle, culturelle et historique du bolsón comme l’héritage archéologique, la quiétude, voir la spiritualité générée par l’atmosphère du désert et attire des touristes autant mexicains qu’étrangers. Il conduit sur les traces des premiers habitants ou des ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter Google+
Mon Compte