Canal-U

Mon compte

Résultats de recherche

Nombre de programmes trouvés : 119
Label UNT Conférences

le (1h24m20s)

Volcanisme et évolution de la vie sur terre

Les causes les plus fréquemment citées des extinctions en masse des espèces biologiques comprennent les impacts d'astéroides, les éruptions volcaniques massives (traps), les variations du niveau de la mer, les événements anoxiques (plus d'oxygène dans les eaux profondes des océans), et aussi des mécanismes purement biologiques liés a la dynamique des espèces. Cet exposé fera le point sur les résultats récents concernant l'âge des principaux traps continentaux et océaniques et montrera un nombre croissant de corrélations avec les extinctions et les événements anoxiques. Seule la limite Jurassique-Crétacé (145 millions d'années) ne semble pas correspondre à un trap et pourtant il ...
Voir la vidéo
Conférences

le (24m16s)

Design & stratégie pour activer le changement 2. Introduction : l'observation comme levier / Fabienne Denoual

L'effondrement qui vient #2. Introduction : l'observation comme levier / Fabienne Denoual, in collection "Design et stratégie pour activer le changement", journée d'étude organisée sous la responsabilité de Fabienne Denoual par le laboratoire Lettres, Langages et Arts-Création, Recherche, Émergence, en Arts, Textes, Images, Spectacles (LLA-CRÉATIS), Université Toulouse Jean-Jaurès, 8 décembre 2017.Une première matinée d’étude, qui a eu lieu en mars 2017, a permis d’e ffectuer un premier état des lieux des leviers de changement face à la non soutenabilité du mode de vie industriel qui prévaut actuellement. Face à ce constat de ...
Voir la vidéo
Conférences

le (1h17m50s)

De l'homme - et de la femme - préhistoriques

Depuis leur fondation au milieu du XIXème siècle, les sciences de la préhistoire ont situé le devenir de la famille humaine dans les 5 ou 7 millions d'années de son existence. Ils ont déployé une rigueur et une inventivité extraordinaires pour faire parler les vestiges rares, disséminés et fragmentaires dont ils disposent. La théorie de l'évolution conduit à penser l'origine de l'Homme, non comme création, moment ponctuel miraculeux où il serait triomphalement apparu sur la terre, mais comme filiation, qui enracine notre espèce dans l'ensemble du règne animal, dans les embranchements et les buissonnements multiples de l'histoire du vivant. Anthropologues ...
Voir la vidéo
Label UNT Vidéocours

le (32m42s)

Concept général d'énergie : exercices

Vidéocours réalisé dans le cadre des DUT à distance : "Génie thermique et énergie" et "Mesures physiques".Ce programme est organisé en courts modules rassemblés en chapitres. Il est orienté vers la pratique. Il se veut une aide à la compréhension et à l'utilisation de la thermodynamique. Les démonstrations mathématiques, développées dans les documents d'accompagnement, mais que l'on peut trouver dans de nombreux ouvrages, ne sont pas présentées, mais mises en perspective. L'accent est mis sur la conceptualisation de la thermodynamique. L'ensemble est orienté vers la réalisation de bilans énergétiques des installations industrielles (moteurs, machines thermiques).GénériqueRéalisation Michel BRUNEAUX, Jean-Michel CRHA, Jean-Claude ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (1h17m25s)

La notion d'évolution

« Rien n'a de sens en biologie si ce n'est à la lumière de l'évolution ». Cet adage célèbre de Th Dobzhansky prend encore plus de valeur quand on se rend compte à quel point la notion d'évolution a été difficile à faire émerger. En effet, au 18ème siècle, de nombreuses idées fausses, comme le créationnisme, l'échelle des êtres, les métamorphoses, la génération spontanée, empêchaient la constitution d'une biologie cohérente. Pas à pas, principalement par la réfutation de ces dernières, un environnement propice à l'apparition du transformisme s'est constitué. Avec Charles Darwin, au milieu du 19ème siècle, un cadre théorique ...
Voir la vidéo
Label UNT Conférences

le (1h17m43s)

La cosmologie moderne : les nouveaux outils d'observation de l'univers

La nuit semble être noire. Il n'en est rien. L'univers baigne dans un rayonnement aux multiples origines. Dès le 17e siècle, le physicien Olberg montre tout le parti pouvant être tiré de la brillance du ciel. Si l'univers était uniforme et infini, la brillance du ciel due à la superposition de l'émission de toutes les sources qui le composent, devrait être infinie. Le fait qu'elle ne le soit pas, montre que l'univers n'est ni uniforme, ni infini. Il faut attendre le début du XXe siècle pour comprendre les implications profondes du paradoxe de Olberg. Grâce aux observatoires spatiaux, les astrophysiciens ...
Voir la vidéo

 
FMSH
 
Facebook Twitter
Mon Compte